Pariez en ligne avec Unibet
  • IND3.35BOS1.33Pariez
  • DAL1.75MIN2.01Pariez
  • 100€ offertsLa suite →

Le meilleur et le « pire » du Jazz dans le même match

NBA – Face aux Hornets, le Jazz a signé la meilleure mi-temps de son histoire (82 points) avant de signer une seconde période beaucoup moins convaincante.

JazzEn conférence de presse d’après-match, Will Hardy n’a pas le visage enjoué d’un coach dont l’équipe vient de s’imposer. Il faut dire que son Jazz, sur le parquet des Hornets, a montré deux visages : une première mi-temps impressionnante d’efficacité, une seconde beaucoup moins convaincante.

« Offensivement en première mi-temps, avec 25 passes, je ne peux pas imaginer qu’on puisse jouer mieux que ça. C’était en quelque sorte les 24 minutes idéales pour nous en attaque », décrit le coach de Salt Lake City.

Un Collin Sexton intenable en pénétration, aussi efficace au scoring qu’à la création (24 points et 13 passes), un tandem Lauri Markkanen (33 points et 12 rebonds) – John Collins (20 points et 10 rebonds) beaucoup trop costaud à l’intérieur et qui passe son temps dans les airs, ou à sanctionner de loin dans le cas du Finlandais (7/12), un ballon qui n’arrête pas de circuler avec un minimum d’erreurs…

Et tellement de trous dans la défense adverse, la pire de toute la ligue, que le seul Nick Richards (4 contres en plus de ses 26 points et 13 rebonds) n’a pas pu combler. C’est dans ce contexte que le Jazz s’est offert un record de franchise : 82 points inscrits en première période sur des pourcentages de réussite énormes (65% dont 13/22 derrière l’arc). Avec un écart qui paraissait insurmontable pour les locaux, menés de 35 points (47-82).

Une double face par représentative

Mais la belle mécanique du Jazz s’est enrayée par la suite. « En première mi-temps, le ballon circulait très bien. En deuxième mi-temps, on a cessé de faire tout ça. On a arrêté de faire circuler le ballon, on a commencé à jouer beaucoup d’isolations, toutes nos décisions étaient tardives et il y a eu beaucoup de pertes de balle », énumère le coach, dont l’équipe n’a perdu que 13 ballons dans l’ensemble, pour 38 passes décisives.

Beaucoup moins adroits après le passage au vestiaire (45% dont 4/19 de loin), ses joueurs ont quand même trouvé le moyen de marquer 52 points de plus. Le souci, c’est qu’ils ont eu beaucoup plus de mal à stopper leurs adversaires, à commencer par un PJ Washington déchaîné, notamment derrière l’arc : 7/9 de loin, 17/22 au total pour 43 points, dont 31 après la pause. Un record en carrière égalé.

« On l’a perdu de vue à plusieurs reprises et une fois que ses tirs sont rentrés, même pour les tirs difficiles cela devient plus facile », remarque Lauri Markkanen. Des manquements défensifs jugés « horribles » par son coach : « Il nous a échappé dans notre (défense de) zone et j’ai trouvé que la prise en compte des joueurs à l’arrière (de la zone) était atroce ce soir et c’est quelque chose sur lequel on doit travailler. »

Le Jazz, après avoir inscrit 47 points dans le seul premier quart-temps, en a encaissés 41 dans le troisième et a perdu la seconde période de 23 points. Au moins, la victoire est au bout pour Will Hardy qui nuance ce double visage affiché : « On n’est pas aussi bons qu’en première mi-temps, ni aussi mauvais qu’en deuxième mi-temps. Si en venant ce soir, vous nous aviez dit qu’on gagnerait de 12 points à l’extérieur, on l’aurait accepté. »

Suivez toute l'actualité NBA sur la chaîne WhatsApp de Basket USA

Suivez nous également sur Google Actualités