NBA
Ce soir
NBA
Ce soir
DAL25
BOS16
Pariez en ligne avec Unibet
  • IND3.35BOS1.33Pariez
  • DAL1.75MIN2.01Pariez
  • 100€ offertsLa suite →

Interview Ousmane Dieng : « L’Équipe de France tient une place importante dans mon coeur »

NBA – Ousmane Dieng, l’ailier sophomore du Thunder, s’est confié sur les difficultés de sa saison, au sein d’une rotation armée pour les playoffs.

Ousmane DiengC’est entre les immenses portes en bois du vestiaire ultra moderne du Thunder qu’on retrouve Ousmane Dieng, en civil pour la soirée, lui qui est précisément entre les portes de l’ascenseur entre la NBA et la G-League.

Dans sa deuxième saison, le jeune ailier tricolore de 20 ans est encore tenu à la portion congrue, avec un temps de jeu en baisse, à 11 minutes par match (18 rencontres). Mais l’ancien de l’Insep et des New Zealand Breakers garde le moral au sein d’une équipe qui vit bien son récent succès.

Ousmane, comment se passe votre deuxième saison au Thunder ? 

Ça se passe bien. En ce moment, je fais pas mal d’allers-retours avec la G-League pour avoir plus de minutes, et plus de confiance. Et chaque fois que j’ai été avec le Thunder, quand j’en ai eu l’opportunité, j’essaye de montrer tout mon jeu et de faire gagner l’équipe.

Comment sentez-vous votre progression, depuis votre année rookie qui était celle de la découverte ?

Je me sens beaucoup plus à l’aise. J’essaye de prouver dès que j’ai du temps de jeu. Même quand je joue sur un autre poste, j’essaye de progresser et d’apprendre ce poste. Je continue à travailler donc je pense que je progresse.

On vous a fait jouer à différents postes, est-ce une difficulté supplémentaire ?

Ça dépend des fois. En début de saison par exemple, quand on a eu des blessés, j’avais aidé sur le poste 5. J’essaye d’apprendre et d’aider quand même. On a un bon groupe. On joue très bien en ce moment. On s’entraîne, on s’améliore collectivement, c’est positif pour la suite.

Jouer intérieur, voire pivot, ce n’était pas vraiment votre habitude dans les catégories jeunes en France, comment s’est passée cette adaptation ?

À l’Insep, je jouais meneur, sur les postes extérieurs en tout cas. Donc oui, c’était un peu dur au début, surtout en NBA. Mais bon, ça va, j’apprends. Je tiens. Je me souviens de [Nikola] Vucevic qui avait été difficile à tenir.

« Il faut simplement que je reste prêt à tout donner dès que j’aurai des minutes »

Comment parvenez-vous à gérer votre temps de jeu en dents de scie ?

J’essaye de ne pas y prêter trop attention, même si ce n’est clairement pas le mieux pour un joueur. Il faut simplement que je reste prêt à tout donner dès que j’aurai des minutes. À montrer ce que je vaux.

Que vous communique le coach ? 

De continuer à travailler. Je suis revenu de G-League la dernière fois, et il m’a dit que c’était très bien. Ils m’y ont renvoyé pour engranger des minutes et prendre encore en confiance. Ils m’encouragent à continuer comme ça.

Dans quels domaines en particulier vous attendent-ils ?

Simplement de jouer dur. Le jeu sans ballon. Et puis, faire toutes les petites choses pour aider à faire gagner l’équipe. On a beaucoup de joueurs qui peuvent porter le ballon dans l’équipe, donc faire les autres choses à côté qui vont aider l’équipe.

C’est l’objectif de vos apparitions en G-League où vous tournez à 16.7 points et 7.1 rebonds de moyenne ?

Oui, ça me donne beaucoup plus de minutes avec le ballon. Je peux créer et rejouer un peu comme je jouais avant. Je retrouve plus mes habitudes de jeu.

Quelles sont les zones de progrès que vous visez personnellement cette saison ?

Un peu de tout. Je bosse encore beaucoup physiquement. Et sur mon shoot aussi avec Chip [Engelland]. Il a eu Tony, Boris, plein de joueurs français, on travaille bien. On a revu ma mécanique en fait. Pour que je sois plus dans l’axe, et mieux sur le placement des jambes. Avoir une base plus élargie. Pour déclencher plus vite aussi.

« Il nous suit de près »

Est-ce plus difficile d’avoir un message clair du coaching staff avec tous ces allers-retours ?

Le coach est là pour nous parler et dire ce qu’on doit améliorer. Il vient même aux matchs de G-League pour nous voir. Il nous suit de près. Comme on a les mêmes systèmes de jeu dans les deux équipes, c’est plutôt facile de passer de l’une à l’autre.

Que peut-il vraiment vous manquer pour passer le cap et faire partie intégrante de l’effectif ?

Pas grand-chose. Je dois continuer à faire les efforts, les petites actions qui vont aider l’équipe. Continuer comme ça. Aller poser les écrans sur Shai, ou autres. Progresser encore dans le jeu sans ballon.

Quelle est leur, et votre, vision à long terme ? Un profil « point forward » ? 

Pour le moment, je me concentre seulement sur cette saison. Bien sûr, j’ai des objectifs et des ambitions mais je dois rester focalisé sur cette saison, sur ce que je dois faire pour avoir des opportunités, et profiter de ces opportunités quand elles arriveront.

Vous avez réussi votre meilleur match de la saison à la mi-décembre avec 18 points contre Utah, votre match référence ?

C’était un bon match. J’ai réussi à mettre les tirs ouverts. J’ai fait des bonnes coupes et conclu quelques « rolls ». C’est une opportunité que j’ai réussi à saisir.

« Rien n’a changé mentalement »

Sur le plan collectif, vous avez clairement passé un cap en devenant une équipe solidement installée pour décrocher les playoffs, comment expliquez-vous cette progression très rapide ?

Rien n’a changé mentalement. On a eu le retour de Chet [Holmgren] évidemment. On a eu des gros ajouts, avec Cason [Wallace] aussi. Mais il n’y a rien qui a vraiment changé mentalement. On attaque toujours les matchs de la même manière.

[Alors que l’on discute, Lu Dort débarque dans le vestiaire et apprécie visiblement que ça parle français à OKC, d’où la question suivante] À ce propos, est-ce que ça parle un peu français avec les Canadiens, et la petite rivalité naissante sur la scène internationale ?

Shai, il dit qu’il sait, mais pas vraiment en fait. En revanche, Lu vient de Québec et, comme on l’a vu à l’instant, il aime bien parler français avec nous. Il a quelques expressions marrantes parfois.

Sur le même sujet, où vous situez-vous par rapport à l’Équipe de France, avec les Jeux Olympiques à la maison l’été prochain ?

J’aimerais jouer en Équipe de France. L’été dernier, je n’ai pas pu parce que j’étais blessé au dos. Mais évidemment, l’Équipe de France tient une place importante dans mon coeur et j’aimerais faire le plus de sélections possibles.

D’autant que vous avez déjà porté le maillot bleu en catégorie jeunes…

J’avais fait les U16 mais l’année suivante, c’était le Covid. Et en U18, j’étais malheureusement blessé. On avait fini deuxième [du Championnat d’Eurpe 2019] en U16 avec Victor [Wembanyama]. On avait Adama Bal, qui joue à Santa Clara maintenant. Armel Traoré aussi. Une belle équipe.

Propos recueillis à Oklahoma City

Ousmane Dieng Pourcentage Rebonds
Saison Equipe MJ Min Tirs 3pts LF Off Def Tot Pd Fte Int Bp Ct Pts
2022-23 OKC 39 15 42.0 26.5 65.2 0.5 2.2 2.7 1.2 1.1 0.4 0.7 0.2 5.0
2023-24 OKC 33 11 42.2 30.0 87.5 0.3 1.2 1.6 1.1 0.7 0.2 0.6 0.2 4.0
Total   72 13 42.1 28.0 74.4 0.4 1.8 2.2 1.2 0.9 0.3 0.6 0.2 4.5

Comment lire les stats ? MJ = matches joués ; Min = Minutes ; Tirs = Tirs réussis / Tirs tentés ; 3pts = 3-points / 3-points tentés ; LF = lancers-francs réussis / lancers-francs tentés ; Off = rebond offensif ; Def= rebond défensif ; Tot = Total des rebonds ; Pd = passes décisives ; Fte : Fautes personnelles ; Int = Interceptions ; Bp = Balles perdues ; Ct : Contres ; Pts = Points.

Suivez toute l'actualité NBA sur la chaîne WhatsApp de Basket USA

Suivez nous également sur Google Actualités