Pariez en ligne avec Unibet
  • IND3.35BOS1.33Pariez
  • DAL1.75MIN2.01Pariez
  • 100€ offertsLa suite →

Alexandre Sarr sous le feu des projecteurs

Prospect – Avec ses deux performances face à la Team Ignite, le Français a marqué les esprits. Il aurait aussi déjà gratté quelques places pour la Draft 2024 où il pourrait être attendu très haut.

Tout est allé très vite pour Alexandre Sarr. En deux matches face aux jeunes stars de la Team Ignite, dans le cadre du G-League Fall Invitational, le Français a fait parler de lui avec ses 21.5 points, 8.5 rebonds et 6 contres de moyenne !

Il a ainsi fait considérablement grimper sa cote pour la Draft 2024. La preuve avec deux déclarations de GM de la NBA. « Il a dominé tout le monde », constate le premier pour Andscape. « C’est un talent fascinant. Un Top 5 de Draft et même un possible premier choix », estime le second.

Le frère d’Olivier (2m13, 18 ans), qui évolue au sein de l’équipe australienne de Perth, a donc impressionné les scouts présents. Il faut dire qu’avec sa taille, sa mobilité et son shoot, le natif de Toulouse possède énormément de qualités. Et comme la Draft 2024 s’annonce ouverte, avec Ron Holland et Matas Buzelis annoncés comme les premiers choix, Alexandre Sarr a visiblement une carte à jouer pour, pourquoi pas, imiter Victor Wembanyama.

Surtout que, après deux années avec l’Overtime Elite, il a rejoint la NBL et le programme « Next Star » afin de se préparer au mieux pour débarquer la NBA l’an prochain. Comme LaMelo Ball ou Josh Giddey avant lui.

« Il s’agit pour moi de grandir en tant que joueur », explique-t-il. « J’avais déjà pensé à l’Australie auparavant, j’avais entendu parler des expériences des autres prospects NBA. Donc je me suis dit pourquoi pas, même si c’est loin, ça vaut le coup. Je pense que c’est la bonne décision. »

A Sarr is Born ?

S’il confirme durant la saison australienne, nul doute que son nom va revenir de manière insistante au sommet de la Draft 2024. En attendant, son frère, Olivier Sarr, va le surveiller afin qu’il continue de travailler.

« Il est construit pour ces moments-là, et même pour des plus grands encore. Pour l’instant, je suis le grand frère et je suis là pour lui, en m’assurant qu’il garde les pieds sur terre », livre celui qui a rempilé au Thunder. « Il fait du bruit, les regards sont tournés vers lui et il y a de la hype autour de lui. On peut se réjouir de ce qu’il a déjà réalisé, mais il faut se concentrer sur ce qu’il peut faire mieux encore. »

Jusqu’à maintenant, le jeune talent français semble bien résister à la pression. La présence des scouts NBA, en Overtime Elite ou pendant ces deux matches estivaux, n’a pas semblé le bousculer.

« Je n’y pense pas vraiment. Au fond, ce n’est que du basket. Je ne me mets pas plus de pression que ça. »

Suivez toute l'actualité NBA sur la chaîne WhatsApp de Basket USA

Suivez nous également sur Google Actualités