Pariez en ligne avec Unibet
  • IND3.35BOS1.33Pariez
  • DAL1.75MIN2.01Pariez
  • 100€ offertsLa suite →

Unrivaled, une nouvelle ligue pour compléter la saison WNBA

Basket féminin – Les joueuses Breanna Stewart et Napheesa Collier sont à l’initiative de ce projet de ligue de 1-contre-1 et 3-contre-3 qui aura lieu à Miami de janvier à mars. Objectif : proposer une alternative aux championnats européens.

UnrivaledLa crème des basketteuses américaines migrera-t-elle toujours vers l’Europe en attendant la saison WNBA ? La question mérite d’être posée puisque les trente meilleures d’entre elles pourraient en effet être séduites par le nouveau format mis en place par deux joueuses. Breanna Stewart et Napheesa Collier sont ainsi à l’origine de « Unrivaled », une nouvelle ligue professionnelle de 1-contre-1 et 3-contre-3 qui aurait lieu de janvier à mars à Miami avec trente joueuses réparties en six équipes.

L’objectif est de débloquer suffisamment de fonds et de sponsoring pour générer assez de revenus afin de conserver les meilleures joueuses sur le sol américain, car c’est bien là le nerf de la guerre.

En réponse à la « prioritization rule »

Ce projet vise aussi à répondre aux nouvelles restrictions de la WNBA qui exige que les joueuses soient disponibles pour le début du « training camp », soit avant la fin des championnats européens.

« C’est la possibilité pour les joueuses de rester à la maison, d’être dans un marché comme Miami où nous pouvons faire le buzz et créer cette ambiance avec les meilleures joueuses de la WNBA » a déclaré Breanna Stewart. « Nous ne pouvons pas continuer à nous battre contre la « prioritization rule » de la ligue. C’est une règle qui nous prive de nos choix, ce qui ne devrait jamais être le cas, surtout en tant que femmes, mais c’est quand même une règle ».

Si Breanna Stewart, qui jouait à Fenerbahçe cette saison, a confié ne jamais avoir souffert de passer dix mois en Europe, ce n’est pas le cas de toutes les joueuses.

Ce sont donc les discussions sur le sujet, avec Napheesa Collier notamment, qui a de son côté arrêté de jouer en Europe après la naissance de son premier enfant en 2022, qui ont abouti à ce projet de nouvelle ligue.

« Ce n’est pas facile d’être loin de sa famille pendant six mois. Et puis il y a le fait d’être une famille qui doit se débrouiller pour faire garder ses enfants à l’étranger. C’était en quelque sorte la raison principale », a pour sa part expliqué Napheesa Collier. « Ensuite, c’est l’histoire de l’évolution du jeu qui m’a poussé à fonder une nouvelle ligue ».

Les championnats européens plumés ?

Pour la nouvelle structure, le chantier se place désormais à deux niveaux : générer suffisamment d’argent d’abord, pour pouvoir attirer les meilleures joueuses, ou l’inverse. D’après le tandem Stewart-Collier, une belle équipe de sponsors composée de Twitter, DAZN, la WTA et la WWE est prête à rejoindre l’aventure.

Les joueuses approchées auraient fait part de leur enthousiasme pour le projet, à condition évidemment que les salaires suivent, à hauteur de ce que certaines pouvaient toucher sur l’intégralité d’une saison en Europe.

« Je pense que les meilleurs joueuses veulent jouer, elles veulent rester chez elles pour le faire, mais il faut que cela ait un sens. Il faut que ce soit un bon niveau et que l’argent soit bon aussi. Et je pense que c’est ce qu’Unrivaled essaie de faire », a poursuivi Breanna Stewart.

Parmi les joueuses sollicitées, on retrouve notamment la meneuse des Las Vegas Aces, Chelsea Gray, 30 ans, qui compte trois expériences sur le Vieux Continent.

« Vous allez voir nos visages plus longtemps au cours de l’année, et c’est une chance de faire grandir le basket féminin. Il ne s’agit pas nécessairement de supprimer d’autres opportunités, mais c’est un moyen pour les joueuses de continuer à être compétitives, gagner de l’argent, attirer les fans et de rapprocher les gens ».

Si le jeu en vaut la chandelle sur le plan financier, et que les meilleures joueuses venaient à zapper la saison en Europe pour participer à la ligue « Unrivaled » avant de basculer sur la WNBA, ce serait alors un gros coup dur pour le basket féminin professionnel européen.

Suivez toute l'actualité NBA sur la chaîne WhatsApp de Basket USA

Suivez nous également sur Google Actualités