Pariez en ligne avec Unibet
  • CLE2.62MIL1.49Pariez
  • IND2.03CHA1.79Pariez
  • 100€ offertsLa suite →

Dans le dur, les Warriors ne veulent pas céder à la panique

NBA – Écrasés par les Bucks, les Warriors enchaînent les défaites mais ne veulent surtout pas s’alarmer, malgré la première période de turbulences de leur saison.

Toujours en quête d’un second souffle, et sans leur pierre angulaire Draymond Green, les Warriors ont désormais perdu quatre de leurs cinq dernières sorties. Et le revers concédé cette nuit, chez les Bucks, a de quoi inquiéter.

Dominés dans tous les compartiments du jeu par les champions en titre, sans doute désireux d’envoyer un message au reste de la ligue contre une grosse écurie, les hommes de Steve Kerr ont pris l’eau de bout en bout. Notamment dans cette première mi-temps à l’issue de laquelle ils accusaient pas moins de… 39 points de retard !

Attaque, défense, combat, rebond : rien n’a fonctionné pour les « Dubs », largement distancés après un seul quart-temps (37-21) et déjà en train d’agiter le drapeau blanc à la pause (77-38). Une soirée sans pour eux, tout simplement.

La vérité d’un match n’est jamais celle des autres

Pour autant, malgré les difficultés rencontrées récemment par ses joueurs, plus autant inspirés qu’auparavant sur le plan du jeu, le coach de Golden State ne souhaite surtout pas s’inquiéter, au sortir de la pire prestation collective de la franchise en 2021/22.

« Je sais que nous venons de nous faire botter les fesses, mais il s’agit simplement d’une mauvaise passe », tempérait-il, après coup. « Toutes les équipes en connaissent une en cours de saison, à quelques exceptions près. Nous affrontions une équipe prête et qui jouait très, très bien en première mi-temps. Nous, nous étions un peu à côté de nos pompes et nous devons nous remettre sur de bons rails. Ce que nous ferons. »

Même son de cloche chez Stephen Curry, décevant à Milwaukee (12 points et 4 pertes de balle, à 4/11 aux tirs et 2/6 à 3-points), à l’image de tous ses coéquipiers (sauf peut-être Andrew Wiggins et Jonathan Kuminga), mais qui en a connu d’autres par le passé.

« Nous avons pris un départ horrible et tout est allé de mal en pis, des deux côtés du terrain », regrettait d’abord le meneur All-Star, en pleine crise d’adresse (35% aux tirs et 30% à 3-points depuis le 25 décembre…). « Dans ce genre de situation, vous vous comparez à vous-même. Mais il faut garder confiance en soi, en son identité. Nous avons battu de très bonnes équipes jusqu’à présent, mais nous avons aussi perdu contre de très bonnes équipes et nous nous sommes carrément faits corriger à quelques reprises. C’est comme ça que ça se passe dans une saison de 82 matchs. Mais ce qui est compliqué, c’est de corriger au plus vite les aspects négatifs qui reviennent soir après soir. Il faut rapidement redresser le navire, mais il n’y a pas de panique. »

Un équilibre à (re)trouver

Un discours qui peut surprendre, quand on sait que les Warriors, 2e à l’Ouest, affichent toujours des résultats très satisfaisants (30 victoires – 11 défaites). Sauf que, depuis Noël, la magie n’opère plus, l’attaque s’est déréglée et il faut surtout trouver un nouvel équilibre collectif, avec le retour de Klay Thompson.

Car ce retour, évidemment bénéfique en vue des playoffs et bien accueilli de tous, a forcément bouleversé les rotations auxquelles s’était habituée l’équipe, pendant deux mois et demi.

« Nous avons essayé de nous y préparer, mais ça demande un temps d’adaptation », reconnaissait Stephen Curry. « Au regard de là où nous en sommes dans la saison, il n’y a pas de panique à avoir, car nous avons encore le temps de nous adapter, pour que tout le monde soit à l’aise. Nous avons toujours dit que nous allions découper la saison en trois parties. La première, où nous devions prendre un bon départ en attendant les retours de Klay [Thompson] et [James Wiseman]. La deuxième, que nous traversons actuellement et où nous devons nous adapter, faire preuve de patience, continuer de progresser et permettre à tout le monde d’être à l’aise dans le collectif. La troisième, après le All-Star break, où nous devrons comprendre qui nous sommes réellement. Il faut s’y tenir. »

Dans le creux de la vague, au coeur de son « road-trip » de quatre matchs, Golden State aura la possibilité de relancer la machine dès ce soir, à Chicago. Ce sera d’ailleurs sans Klay Thompson, préservé lors des « back-to-back », alors que Draymond Green, Gary Payton II et James Wiseman manqueront eux aussi à l’appel.

Tirs Rebonds
Joueurs MJ Min Tirs 3pts LF Off Def Tot Pd Bp Int Ct Fte Pts
Stephen Curry 43 34.7 41.6 37.6 91.3 0.6 4.7 5.3 6.2 3.2 1.4 0.5 2.0 26.0
Andrew Wiggins 43 31.6 48.2 40.9 66.9 1.1 3.1 4.2 2.0 1.6 0.9 0.6 1.9 18.2
Jordan Poole 41 29.4 43.6 33.9 90.6 0.3 2.7 3.0 3.3 2.4 0.8 0.3 2.8 16.7
Klay Thompson 6 21.4 37.2 30.2 100.0 0.5 2.3 2.8 2.0 1.8 0.7 0.3 1.3 14.7
Otto Porter 40 21.7 47.2 40.3 71.4 0.9 4.3 5.3 1.6 0.6 1.1 0.5 1.3 8.3
Damion Lee 36 20.4 45.8 36.8 86.0 0.4 2.7 3.1 0.9 0.7 0.6 0.1 1.6 8.2
Draymond Green 34 29.9 53.7 28.6 59.7 1.1 6.4 7.6 7.4 3.1 1.4 1.2 2.8 7.9
Gary Payton Ii 44 16.8 63.1 37.7 57.1 1.1 2.6 3.7 0.8 0.5 1.3 0.2 1.7 7.7
Nemanja Bjelica 47 15.3 44.7 34.5 69.6 0.9 3.1 4.0 1.7 1.1 0.6 0.4 1.6 6.4
Jonathan Kuminga 35 11.8 47.0 29.6 65.3 0.5 1.8 2.3 0.5 0.7 0.4 0.2 1.5 6.3
Kevon Looney 47 20.7 55.3 0.0 64.5 2.7 4.6 7.2 1.6 0.9 0.6 0.8 2.6 6.2
Juan Toscano-anderson 45 15.5 49.1 27.9 59.2 0.5 2.4 2.9 1.9 1.1 0.8 0.3 1.6 4.6
Andre Iguodala 25 20.5 38.6 21.7 81.2 0.8 2.6 3.4 3.9 0.9 0.8 0.8 1.0 4.2
Quinndary Weatherspoon 3 5.3 100.0 0.0 0.0 0.0 0.3 0.3 0.0 0.3 0.3 0.3 1.7 2.7
Moses Moody 26 7.0 33.9 12.1 80.0 0.2 0.9 1.0 0.3 0.2 0.1 0.2 0.5 2.2
Chris Chiozza 23 10.7 28.1 35.1 100.0 0.3 0.8 1.2 1.7 0.9 0.3 0.0 1.0 2.0
Jeff Dowtin 4 6.9 50.0 0.0 0.0 0.2 1.5 1.8 0.8 0.2 0.0 0.2 0.5 1.5

A lire aussi