Pariez en ligne avec Unibet
  • PHI1.05ORL9.15Pariez
  • MIA1.3DEN3.4Pariez
  • 100€ offertsLa suite →

Joakim Noah, ce sont les autres qui en parlent le mieux

NBA – À l’occasion de la « Joakim Noah Night », ses ex coéquipiers et coaches rendent hommage à l’ancien pivot des Bulls.

Ce soir, à l’occasion de la venue des Knicks, les Bulls vont célébrer la « Joakim Noah Night », une soirée hommage à l’ancien meilleur défenseur de la NBA et pivot de Chicago de 2007 à 2016. L’ancien All-Star est déjà sur place, et mercredi, on l’a vu en photo aux côtés d’Omer Asik, Brad Miller et Kirk Hinrich.

C’est tout Chicago qui va le célébrer, et comme les dirigeants ont bien fait les choses, Derrick Rose, Tom Thibodeau et Taj Gibson seront là, dans le camp d’en face.

« Je suis très heureux pour lui. C’est un gars unique avec une carrière incroyable » estime ainsi Tom Thibodeau, interrogé par Newsday.com. « Quand vous partiez à la guerre avec quelqu’un comme lui, cette équipe était unique. Malheureusement, Derrick s’était blessé, mais cette équipe s’était battue. Pour continuer à faire les playoffs, une année il avait fini troisième ou quatrième dans le vote pour le titre de MVP (4e en 2013/14 en effet). Nous avions un super groupe de gars. Cette équipe était à l’image de la ville et Joakim était le cœur et l’âme de cette équipe. La beauté de son jeu résidait dans ses efforts et son courage. Son jeu de passes était incroyable, et il a tiré le meilleur de ses capacités. Je suis certain que Billy Donovan (qui a coaché Jooks à Florida) dirait la même chose de lui de son expérience à Florida. Je me suis battu avec lui et je l’ai aimé. C’est aujourd’hui un ami cher. »

« Vous aviez quelqu’un qui s’intéressait vraiment à vous et c’est facile de jouer avec un gars comme ça. Il ne se souciait pas des contrats. Il voulait juste être un winner »

Passion et courage, deux termes qu’on retrouve dans les propos de Brad Miller, autre pivot doté de bonnes mains. C’est d’ailleurs lui qui avait enseigné à Joakim Noah les angles pour effectuer des bonnes passes. Des conseils qu’il avait lui-même appris de Vlade Divac du côté de Sacramento.

« J’ai toujours aimé sa passion avant même de jouer avec lui. Quand il était à Florida, je le regardais déjà, et quand je l’ai vu être sélectionné, j’ai pensé : ‘Oh, ce type est un peu excentrique, un peu fou’. Et puis j’ai parlé à Kirk (Hinrich) et il m’a raconté des choses amusantes sur la façon dont il avait dû grandir un peu et canaliser sa passion. Il avait le cœur sur la main. Et c’est ce que j’ai vu tout de suite. J’ai aimé sa manière de vouloir gagner. Vous aviez quelqu’un qui s’intéressait vraiment à vous et c’est facile de jouer avec un gars comme ça. Il ne se souciait pas des contrats. Il voulait juste être un winner. »

Cité par Brad Miller, Kirk Hinrich a vécu cette belle époque des Bulls aux côtés de Derrick Rose, sous la coupe de Tom Thibodeau. Cette équipe faisait trembler le Heat des « Three Amigos », et pour l’ancien meneur, Joakim Noah était le coéquipier idéal par sa personnalité.

« Évidemment, d’abord, c’était un type formidable. Ensuite, il y avait l’effort qu’il fournissait, son énergie et sa capacité à rassembler son équipe. Lorsque Jo joue, il le fait avec une énergie que tout le monde veut égaler. Ce qui m’avait frappé dès son arrivée ici, c’est qu’il voulait simplement gagner. C’est le genre de joueur que vous voulez dans votre équipe. Il n’avait pas fallu longtemps pour comprendre qui était Jo. Ils portent ses émotions sur lui, et c’est quelqu’un de très bien dans sa peau. »

« Ce qui me plaît chez Joakim, c’est sa mentalité, son indépendance »

Coaches et coéquipiers le répètent : Joakim Noah était un coéquipier unique. Ce que confirme Luol Deng.

« Même en jouant dans beaucoup d’équipes différentes, je peux honnêtement dire aux fans que je n’ai pas rencontré ou joué avec quelqu’un comme Jo, qui donnait tout sur un terrain. Je ne parle même pas d’être le meilleur marqueur. C’était juste de tout donner, et c’était de manière régulière. C’était la même énergie, les mêmes efforts, bons ou mauvais. C’était le même Jo. »

Bien sûr, difficile d’évoquer Joakim Noah sans interroger Derrick Rose. Ils sont amis pour la vie, et ils s’étaient envolés ensemble pour New York. Il y a deux ans, l’actuel 6e homme des Knicks avait expliqué que Joakim Noah était un modèle pour lui dans l’éducation de ses enfants. Parce que Joakim Noah était un fils de « bonne famille », et pourtant, il n’en avait pas l’attitude.

« Pendant tout ce temps-là, je gardais les conseils. Je les garde dans un coin de ma tête : ‘OK, quand mon fils va grandir, il va se retrouver dans la même position que Joakim.’ Ce qui me plaît chez Joakim, c’est sa mentalité, son indépendance. Il ne vit pas sur l’héritage de ses parents. Il a créé son propre héritage. C’est quelque chose que j’ai toujours adoré. »

Le mot de la fin pour Joakim Noah bien sûr, Chicagoan d’adoption, toujours aussi présent sur place pour aider cette communauté qui lui a tant donné et qui l’a toujours encouragé.

« Je n’aurais jamais imaginé recevoir autant dans ma vie et c’est surtout grâce à la ville de Chicago », a déclaré Joakim Noah cette semaine. « Je n’oublierai jamais ces moments où je levais les yeux vers la foule, et que je voyais tous ceux qui sont tout en haut devenir dingues et applaudir. Ça m’a toujours fait chavirer. D’être en mesure d’avoir cette soirée, d’être auprès de mes proches et mes anciens coéquipiers… Et puis, il y a cette rivalité Bulls-Knicks qui est bien réelle. »

Tags →