Présaison
NBA
Présaison
NBA
Pariez en ligne avec Unibet
  • MIL1.9BRO1.88Pariez
  • LOS1.52GOL2.48Pariez
  • 100€ offertsLa suite →

Vasilije Micic explique pourquoi il n’a pas rejoint le Thunder

NBA – Le MVP de la saison et du Final Four de l’Euroleague en titre ne savait pas quel serait son rôle en NBA, avec Oklahoma City. Face à cette incertitude, il a préféré rester en Europe.

Au début de l’été, on apprenait que Vasilije Micic allait prolonger son contrat de trois ans avec l’Anadolu Efes, refusant ainsi de rejoindre la NBA et le Thunder, qui possède ses droits. On savait qu’il était prêt pour évoluer dans la ligue, mais son agent avait bien précisé qu’il fallait que « tous les éléments soient réunis ».

C’est-à-dire concrètement du temps de jeu et un rôle conséquent sur les parquets NBA. Ce ne fut pas le cas donc, comme le meneur/arrière serbe l’a confirmé à Basket News, après avoir échangé avec le GM d’Oklahoma City.

« Sam Presti est quelqu’un de génial, c’est un grand GM », déclare le MVP de la saison et du Final Four de l’Euroleague en 2021. « La conversation avec lui a été très utile. J’ai été totalement transparent en disant que je ne pouvais pas me montrer pleinement sans la balle dans les mains ou sans un rôle bien clair. Je sens que mon jeu peut s’adapter à tous les niveaux et que je peux faire de bonnes choses là-bas. »

Sauf que le Thunder est en pleine construction, avec un effectif très, très jeune, et le dirigeant ne pouvait pas promettre à Vasilije Micic un rôle définitif. Face à cette incertitude, le Serbe a donc préféré jouer la sécurité et rester en Turquie. « Pour moi, c’était trop long d’attendre. »

S’il va au bout de son contrat de trois ans, jusqu’en 2024 donc, Vasilije Micic aura alors 30 ans. Ce qui sera un âge assez avancé pour débarquer en NBA, mais après tout, Facundo Campazzo avait 29 ans au moment de quitter le Real Madrid pour rejoindre les Nuggets l’an dernier.

Et Vasilije Milic, s’il veut tenter sa chance aux États-Unis, peut compter sur le soutien de son ancien sélectionneur en équipe nationale, qui a côtoyé le monde de la NBA.

« Igor Kokoskov a été un de mes plus gros soutiens, et je le remercie. Il m’a comparé aux joueurs de ce niveau, aux meneurs remplaçants. Il m’a dit que je pouvais atteindre ce niveau, et que je l’étais déjà en réalité. On a eu de bonnes conversations et je l’ai écouté. J’ai un immense respect pour lui » conclut-il ainsi.

A lire aussi