Pariez en ligne avec Unibet
  • MIL1.85BRO1.89Pariez
  • LOS1.45GOL2.62Pariez
  • 100€ offertsLa suite →

La saison 2021/22 en questions | Gagner le titre uniquement avec des vétérans, c’est possible ?

NBA – Composés presque exclusivement de joueurs de 30 ans ou plus, les Lakers tenteront de devenir l’équipe la plus âgée de l’histoire à remporter le titre.

De LeBron James (37 ans) à Russell Westbrook (33 ans), en passant par Carmelo Anthony (38), Dwight Howard (36), Rajon Rondo (36), DeAndre Jordan (33), Trevor Ariza (36), Wayne Ellington (34) et Kent Bazemore (33), les Lakers comptent actuellement dans leurs rangs neuf joueurs qui seront âgés d’au moins 33 ans au 1er janvier 2022 !

À l’inverse, parmi les contrats garantis des « Purple & Gold », ils ne seront que quatre à ne pas dépasser la barre des 30 ans, d’ici au 19 juin 2022, date limite de fin du prochain exercice : Anthony Davis (29 ans), Kendrick Nunn (26), Malik Monk (24) et Talen Horton-Tucker (21).

Éliminés dès le premier tour des playoffs cette année, après avoir remporté le titre dans la « bulle » d’Orlando, les Lakers tenteront donc de ramener le trophée Larry O’Brien en terres californiennes, en s’appuyant plus que jamais sur l’expérience, avec leur effectif composé à plus de 60% de trentenaires.

À tel point que, dans l’attente de deux éventuelles signatures supplémentaires, les 13 joueurs de la franchise de Los Angeles posséderont tous ensemble une moyenne d’âge de 32 ans tout pile, à l’issue de cette saison 2021/22. Un total vertigineux, qui laisse dubitatif bon nombre d’observateurs, quant à la capacité des hommes de Frank Vogel à décrocher une 18e bannière de champion, au bout d’une campagne longue d’une centaine de matchs.

D’où cette question : une équipe peut-elle gagner le titre en étant majoritairement constituée de vétérans ?

À lire également : Damian Lillard et/ou Bradley Beal seront-ils transférés ?

31 ans de moyenne pour attaquer la saison !

Il est d’abord nécessaire de préciser que les Lakers seront évidemment la franchise la plus âgée de toutes, à l’ouverture de cet exercice 2021/22. Avec une moyenne d’âge de 30.7 ans, les « Purple & Gold » se classent ainsi devant les Nets (28.4), le Heat (27.9), le Jazz (27.9) et les Warriors (27.8). Autrement dit que des candidats au titre ou, du moins, aux playoffs. Quant aux Bucks, champions cette année, ils affichent 27.7 ans de moyenne d’âge et suivent juste derrière.

Il est ensuite important de souligner que, pour déterminer la franchise championne la plus âgée de l’histoire, le critère retenu n’a pas été cette simple moyenne d’âge, mais bien l’âge pondéré, qui prend en considération le temps de jeu de chacun (saison régulière et playoffs confondus).

En clair, la méthode de calcul repose, ici, sur la formule suivante : l’âge d’un joueur est multiplié par son nombre total de minutes jouées, chaque résultat individuel est alors additionné aux autres résultats individuels obtenus et cette somme est finalement divisée au nombre total de minutes disputées par l’ensemble de l’effectif.

Historiquement, les Bulls 1997/98 mènent La(st) Dance

Grâce à cette opération, et en attendant de disposer des données chiffrées des Lakers de 2021/22, la moyenne d’âge de Los Angeles (32.0 en juin 2022) se situerait juste en-dessous l’âge pondéré de la franchise championne la plus âgée de l’histoire : les Bulls de 1997/98. En pleine « Last Dance », et emmenés par Michael Jordan (35 ans), Scottie Pippen (32) ou encore Dennis Rodman (37), les hommes de Phil Jackson affichaient, ainsi, un âge pondéré de 32.1 ans, cette saison-là.

En revanche, les Lakers de 2021/22 se hisseraient potentiellement devant les Mavericks de 2010/11, guidés par Dirk Nowitzki (32 ans), Jason Terry (33), Shawn Marion (33), mais aussi Jason Kidd (37), qui possédaient quant à eux un âge pondéré de 31.6 ans, lors de leurs formidables playoffs 2011.

Sur la troisième marche de ce podium, derrière Chicago et Dallas, donc, on retrouve actuellement les Celtics de 1968/69, qui comptaient dans leurs rangs Bill Russell (35 ans), John Havlicek (29 ans) ou encore Sam Jones (36 ans), pour un âge pondéré de 30.8 ans. Soit autant que les Bulls de 1996/97, toujours portés par leur célèbre et expérimenté « Big Three », un an avant leur fameux record d’ancienneté.

Les champions NBA les plus âgés (en âge pondéré)

1. Chicago Bulls 1998 – 32.1 ans
2. Dallas Mavericks 2011 – 31.6 ans
3. Boston Celtics 1969 – 30.8 ans
3. Chicago Bulls 1997 – 30.8 ans
5. San Antonio Spurs 2007 – 30.7 ans
6. Chicago Bulls 1996 – 30.5 ans
7. San Antonio Spurs 1999 – 30.1 ans
7. Miami Heat 2013 – 30.1 ans
9. Boston Celtics 1968 – 30.0 ans
10. San Antonio Spurs 2014 – 29.6 ans

Les Lakers ne se soucient pas de leur âge

Pour autant, malgré les nombreux doutes émis à leur encontre, les vieux briscards des Lakers ne se disent pas spécialement inquiets par leur âge avancé. C’est en tout cas ce qui est ressorti des différentes déclarations prononcées par les principaux intéressés, ces dernières semaines.

« J’ai hâte que les détracteurs disent que notre âge est un problème, car vous n’avez pas de longévité dans cette ligue sans discipline », expliquait par exemple le revenant, Rajon Rondo. « Nous avons des gars qui ont du kilométrage, mais il y a une raison pour laquelle ils jouent encore dans cette ligue. Donc je ne suis pas inquiet à ce sujet, ou du fait que les observateurs disent que l’âge est un problème. Je pense que le mental sera la clé pour l’emporter cette année. »

Et Wayne Ellington d’emboiter le pas de son nouveau coéquipier : « Je ne pense pas que [l’âge] sera un problème. Ce n’est qu’un chiffre. J’ai la sensation que nous avons des joueurs en assez bonne santé, qui se déplacent toujours très bien et qui, pour certains, jouent actuellement leur meilleur basket. Donc, avec l’expérience et le leadership que nous avons, je ne pense pas que ce sera un problème. »

« Nous sommes aussi dangereux que n’importe quelle équipe de la ligue », prévenait de son côté le coach de la franchise, Frank Vogel. « Nous avons une énorme puissance de feu, beaucoup de gars très motivés pour développer les bonnes compétences pour tout gagner. Il va falloir mettre tout ça en place au cours de la saison, mais je pense que nous avons une très bonne chance. »

Quant à LeBron James, il préférait lui aussi se servir de ces critiques comme d’un surplus de motivation. « Continuez de parler de mon équipe, de l’âge de nos joueurs, de leur manière de jouer, qu’untel est toujours blessé, qu’on a fait notre temps en NBA, etc, etc. Faites-moi une faveur s’il vous plait, et j’insiste, s’il vous plait : gardez la même énergie quand ça va commencer. C’est tout ce que je demande. Merci ! »

Si le sondage ne s’affiche pas, cliquez ici.

A lire aussi