Tokyo
2020
Tokyo
2020
USA
AUS
FRA
SLO
SF 23
SF 24
L SF 23
L SF 24
Pariez en ligne avec Unibet
  • 100€ offertsLa suite →

Timothé Luwawu-Cabarrot : « On est une équipe, il y a douze joueurs qui ont chacun leur voix »

Equipe de France – Pour sa première véritable campagne avec les Bleus, Timothé Luwawu-Cabarrot démarre sur un tournoi olympique, et un premier match contre les Etats-Unis de son coéquipier, Kevin Durant.

Prévenu dès le mois de janvier qu’il ferait partie de la sélection tricolore pour les Jeux Olympiques de Tokyo, Timothé Luwawu-Cabarrot a rapidement fait le deuil de sa saison terminée en demi-finale de conférence Est avec les Nets.

De moins en moins utilisé dans la rotation de Steve Nash durant les playoffs, l’ailier tricolore avait déjà basculé sur l’Equipe de France et l’objectif olympique, se plongeant studieusement dans des vidéos de ses coéquipiers pour se préparer à l’avance. Désormais de plain pied dans cette prépa qui se termine, Luwawu-Cabarrot confirme que l’intensité est monté d’un, voire plusieurs crans, dans le camp français à Oshino.

« Mardi après-midi et aujourd’hui, on a eu de gros entraînements. Je pense que tout le monde est prêt, mentalement et physiquement. On aime jouer ensemble sur le terrain et être ensemble en dehors, on s’apprécie en tant que personne. C’est très important pour cette compétition. On est tous prêts à y aller ! »

« Ça fait cinq saisons que je joue contre eux »

Pour commencer, la France va affronter l’équipe américaine qui sort de deux victoires plutôt convaincantes, face à l’Argentine puis l’Espagne, après avoir chuté deux fois, contre le Nigéria et l’Australie. Face au Team USA, TLC aura une mission toute particulière : défendre sur son coéquipier de Brooklyn, Kevin Durant.

« C’est un avantage pour moi et pour les autres joueurs qui les connaissent aussi. Ça fait cinq saisons que je joue contre eux. On a d’autres joueurs qui les affrontent depuis encore plus longtemps. Je suis vraiment content de pouvoir jouer contre eux et impatient de me mesurer au meilleur niveau mondial dès le premier match. »

Cela dit, Luwawu-Cabarrot a repris l’antienne développée par ses coéquipiers, et son sélectionneur, avant lui. Ce match initial face à l’ogre américain ne doit pas cacher l’objectif principal qui sera de gagner les deux matchs suivants, face à la République Tchèque et l’Iran.

« On va l’entamer comme tous les autres matchs. On aura un plan de match, on va s’y tenir et jouer le plus dur possible. Ce sera un match comme un autre. »

« Le fait qu’on soit tous ensemble pendant une plus longue période, forcément, ça nous a aidé sur les automatismes »

Aperçu dans le groupe des « rookies » de l’Equipe de France, fréquemment sollicité pour chanter les anniversaires des uns et des autres (notamment Céline Dumerc lors d’une récente remise de maillots), Luwawu-Cabarrot ne s’en sent pas l’âme pour autant. A 26 ans et une carrière professionnelle déjà bien remplie, l’ancien antibois de formation s’inscrit en faux.

« On est une équipe, il y a douze joueurs qui ont chacun leur voix. L’expérience que tu as, en Equipe de France ou pas, ce n’est pas ce qui te caractérise. J’ai de l’expérience, j’ai plusieurs années en NBA mais aussi en France [et en Europe]. J’apporte ma voix, mes idées, mes envies et je pense que ça aide l’équipe. J’essaye de booster les autres joueurs. Je ne me sens pas rookie [dans cette équipe]. »

Au contraire, Timothé Luwawu-Cabarrot est attendu comme un des leaders, par l’exemple, de cette troupe tricolore qui se renouvelle encore après la stabilité qui a caractérisé l’ère Parker – Diaw tout au long des années 2010.

« C’est sûr qu’on a eu des nouveaux joueurs qui sont arrivés, des blessures, des joueurs qui sont arrivés de leur fin de saison tardive, etc. Le fait qu’on soit tous ensemble pendant une plus longue période, qu’on s’entraîne ensemble pendant plus longtemps, forcément, ça nous a aidés sur les automatismes. Sur notre fil de jeu. Par exemple, je n’avais jamais joué avec Thomas [Heurtel] et le fait d’avoir pu avoir faire plusieurs entraînements avec lui, mais aussi avec d’autres joueurs avec qui je n’avais pas beaucoup joué, ça aide forcément et ça donne confiance pour les prochains matchs, c’est sûr. »

A lire aussi