Pariez en ligne avec Unibet
  • IND3.35BOS1.33Pariez
  • DAL1.75MIN2.01Pariez
  • 100€ offertsLa suite →

Hall Of Fame : Tim Duncan a réussi à surmonter sa timidité

NBA – Tim Duncan appréhendait l’exercice, mais le légendaire intérieur des Spurs est venu à bout de son discours de douze minutes pour son intronisation au Hall of Fame.

Jamais le plus loquace lorsqu’il régnait sur les raquettes de la NBA, Tim Duncan a joué carte sur table dès le début de son discours d’intronisation au Hall of Fame. Accompagné de son mentor et ancien coéquipier, David Robinson, l’intérieur légendaire des Spurs a avoué qu’il était sous pression.

« On va essayer de faire ça… Je n’ai jamais été aussi nerveux dans ma vie. J’ai vécu des Finals, des Game 7 mais c’est le moment le plus stressant de ma vie ! J’ai fait les cent pas dans ma chambre toute la journée. Cette histoire et ce parcours n’ont pas de sens. »

Le grand timide des Iles Vierges aura finalement réussi à tenir une douzaine de minutes, probablement un record en carrière pour lui face à un micro, passant l’essentiel de ce temps à remercier sa famille, ses amis et ses entraîneurs.

À commencer par ses parents, William et Ione, qui, selon lui, n’avaient « zéro connaissance basket en cumulé, mais ils m’ont plus appris sur le jeu que n’importe qui. Ils m’ont dit et m’ont appris à tirer de la fierté dans tout ce que j’entreprenais. »

Une pensée à Manu Ginobili et Tony Parker…

Tim Duncan a forcément consacré une partie importante de son discours à Gregg Popovich, son entraîneur mais plus encore, une figure paternelle essentielle à son parcours. Et réciproquement pour Coach Pop, qui ne pouvait manquer ce moment pour rien au monde…

« Tu es venu sur mon île, tu as discuté avec mes amis et ma famille. Tu as parlé à mon père. J’ai trouvé ça normal, mais ça ne l’était pas. Tout est parti de là. C’est parti de cette volonté de venir me voir chez moi pour savoir qui j’étais en tant que personne, de vouloir rencontrer mes amis, de vouloir rencontrer mon père et de lui parler. Tout est parti de là. Il a construit cette confiance très tôt, simplement pour essayer de comprendre qui j’étais, pas simplement en tant que joueur de basket mais comme individu. Tu es un être exceptionnel. »

Quintuple champion NBA, triple MVP des Finals, quinze fois All-Star, double MVP et désormais Hall of Famer, Tim Duncan a fait forte impression dès ses premières saisons, sacré champion NBA en 1999, lors de sa deuxième saison.

Face à Gregg Popovich, mais aussi Bill Walton, Tim Duncan a aussi fait un petit clin d’oeil à ses coéquipiers, les deux tiers du « Big Three » des Spurs, Manu Ginobili et Tony Parker.

« J’espère qu’on en aura bientôt deux autres bientôt dans les tuyaux. Je suis honoré d’être le prochain sur la liste. Mais j’ai hâte de les voir eux sur la scène… Et que moi, je n’y sois plus. »

Suivez toute l'actualité NBA sur la chaîne WhatsApp de Basket USA

Suivez nous également sur Google Actualités