Pariez en ligne avec Unibet
  • 100€ offertsLa suite →

Jamal Mashburn n’abandonne pas son rêve de posséder une franchise NBA

En 2012, l’ancien ailier des Mavericks avait fait un offre pour racheter les Hornets. Huit ans plus tard, il rêve toujours de devenir propriétaire d’une franchise NBA.

On parle peu de lui parmi ceux qui ont réussi leur reconversion mais Jamal Mashburn est un businessman comblé. L’ancien scoreur des Mavericks et des Hornets est même un modèle de réussite, et ses investissements sont nombreux avec une centaine de franchises dans la restauration, des concessions automobiles, une place au conseil d’administration de l’entreprise de presse McClatchy, des chevaux de course, un poste de conseiller chez Revolution Global, spécialisé dans le cannabis médical, et des parts dans une société immobilière dans le Minnesota.

Mais le rêve de « Monster Mash » serait de d’investir dans une franchise NBA, et en 2012, il faisait partie du groupe d’investisseurs qui voulait s’offrir les Hornets version Nouvelle Orléans. « J’avais beaucoup appris. Il y avait un groupe d’investisseurs, dont je ne mentionnerai pas le nom car ils veulent rester discrets sur le sujet. C’était en fait une société, et ils ont beaucoup de succès en Louisiane » se souvient Jamal Mashburn, interrogé par NOLA.com. « À cette époque, je crois que mon offre était de 275 millions de dollars, et j’en avais parlé directement à David Stern. On était devenus amis après ma retraite. Je faisais partie des rares joueurs qui pouvaient prendre rendez-vous directement avec lui, et j’avais le sentiment que si on lui serrait la main le soir de la Draft, on pouvait lui serrer la main en prenant sa retraite. Quand j’ai pris rendez-vous avec lui, ils étaient là à se dire : « Tu aimerais travailler avec nous ? On ne savait pas que tu faisais tout ça en dehors des terrains. » J’ai dit à David : « Je suis flatté, mais je vais revenir et être un associé. » Depuis ce jour-là, David m’a parrainé pour que je devienne propriétaire en NBA. Il me montrait les comptes des équipes à vendre, leurs finances, et des choses comme ça. »

« La valeur des franchises a explosé. On parle d’un milliard de dollars pour une franchise d’un petit marché »

Résultat : en 2012, alors que la franchise est à vendre, il se positionne pour le rachat. « Je me souviens d’être dans le bureau de David, et je lui dis : « Je veux racheter les Hornets ». Il m’annonce que la NBA les a rachetés. Il me donne tous les détails. Il me montre les profits. Ensemble, on est allé déposer la lettre d’intention. Je lève les fonds. Je préviens les gens que nous sommes les seconds à faire une offre, et ce sera la dernière. »

Finalement, la NBA opte pour l’autre offre, celle menée par la famille Benson déjà propriétaire des Saints, la franchise de NFL. « Pour moi, c’était le bon choix » reconnaît, beau joueur, Jamal Mashburn. « J’étais content pour le maintien de l’équipe à la Nouvelle Orléans car ils avaient la famille Benson dans leur camp« .

Huit ans après, est-ce que Jamal Mashburn est prêt à se repositionner sur une franchise ? On sait par exemple que les Wolves sont à vendre, et que l’ancien joueur, Arron Afflalo, s’est positionné avec un groupe d’investisseurs…

« On m’a approché plusieurs fois, et il y a toujours un intérêt » conclut-il. « Ce que je vois aujourd’hui, c’est que la valeur des franchises a explosé. On parle d’un milliard de dollars pour une franchise d’un petit marché. Je pense qu’il y a des opportunités, et je pense qu’il y en aura à l’avenir. Je considère la MLS comme une opportunité. Donc, oui, je suis toujours intéressé. »

A lire aussi
Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |   0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Toute l’info en continu

Afficher les actus suivantes

Les + partagés

Afficher la suite des + partagés