Pariez en ligne avec Unibet
  • 100€ offertsLa suite →

Spencer Dinwiddie n’oublie pas l’époque où il n’était que « back-up » de Steve Blake aux Pistons

Drafté par les Pistons, le meneur a explosé par la suite avec les Nets. Coach de Detroit à l’époque, Stan Van Gundy s’interroge encore sur la trajectoire du joueur, s’il l’avait fait jouer davantage.

Et dire qu’à l’approche de la Draft 2014, certains le comparaient à… Brian Shaw. Spencer Dinwiddie a depuis réalisé un bon bout de chemin, faisant voler en éclats cette analogie avec l’ancien « role player » des Lakers, et terminant même cette année aux portes du « All-Star Game ».

Si la cote du joueur était si basse à l’époque, c’est aussi parce qu’il s’est rompu les ligaments croisés lors de sa dernière saison à Colorado. Sans cette blessure, les Pistons et leur président/coach Stan Van Gundy n’auraient sans doute jamais mis la main sur lui… à la modeste 38e place de cette Draft.

« Quand il a eu des opportunités avec nous, il a fait quelques très bons matches », se souvient le dirigeant de l’époque, qui arrondit les angles pour décrire son début de carrière. Alors âgé de 21 ans, Spencer Dinwiddie collectionne le « DNP » et les passages en G-League. Difficile de se faire sa place derrière Brandon Jennings, « remplacé » en cours de saison par Reggie Jackson, D.J. Augustin ou encore Steve Blake par la suite.

Avec 34 matches joués pour seulement 13 minutes de moyenne en tant que « rookie », il ne voit même pas sa situation s’arranger l’année suivante.

« C’était l’époque où je me disais, merde, est-ce que je vais jouer un jour ? Du genre, ça n’a pas de sens bordel. Steve Blake est un super vétéran mais quand je suis derrière lui dans la rotation… Sérieux, les gars. »

« Je m’interroge à chaque fois que je le vois »

Jamais le meneur ne trouvera sa place parmi ces remplaçants. Au point que les Pistons décident de l’envoyer à Chicago en juin 2016 contre l’ailier australien Cameron Bairstow. Coupé par les Bulls, il rebondit finalement quelques mois plus tard aux Nets, pour lancer sa carrière pour de bon.

Désormais analyste pour Turner Sports, Stan Van Gundy se questionne encore sur son ancien joueur : « Aurait-il vraiment pu nous aider si je lui avais donné davantage d’opportunités ? Et aurions-nous dû être plus patients et nous accrocher à lui plus longtemps ? J’ai des doutes sur mon approche quand je le vois jouer aussi bien. »

Évidemment, le jeune Spencer Dinwiddie a eu le temps de grandir. Et l’ancien coach se souvient qu’à l’époque, « un certain nombre de personnes » se disaient que la G-League pourrait lui faire du bien.

« Il aurait peut-être bien joué pour nous et changé la trajectoire de notre organisation si nous lui avions donné plus d’opportunités, » concède tout de même « SVG ». « Je n’ai pas la réponse mais je m’interroge à chaque fois que je le vois. Je sais que la réponse d’un joueur sera toujours le besoin d’avoir une opportunité. »

Spencer Dinwiddie Pourcentage Rebonds
Saison Equipe MJ Min Tirs 3pts LF Off Def Tot Pd Fte Int Bp Ct Pts
2014-15 DET 34 13 30.2 18.5 91.2 0.1 1.3 1.4 3.1 1.6 0.6 1.0 0.2 4.3
2015-16 DET 12 13 35.2 10.0 57.6 0.3 1.1 1.4 1.8 1.7 0.3 0.6 0.0 4.8
2016-17 BRK 59 23 44.4 37.6 79.2 0.5 2.3 2.8 3.1 2.0 0.8 1.1 0.4 7.3
2017-18 BRK 80 29 38.7 32.6 81.3 0.5 2.7 3.2 6.6 2.3 0.9 1.6 0.3 12.6
2018-19 BRK 68 28 44.2 33.5 80.6 0.4 2.1 2.4 4.6 2.8 0.6 2.2 0.3 16.8
2019-20 BRK 64 31 41.5 30.7 77.8 0.5 3.0 3.5 6.8 2.8 0.6 2.7 0.3 20.6
Total   317 26 41.0 31.8 79.3 0.4 2.3 2.8 5.0 2.4 0.7 1.8 0.3 12.9

A lire aussi
Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |   0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Brooklyn Nets en 1 clic

Detroit Pistons en 1 clic

Toute l’info en continu

Afficher les actus suivantes

Les + partagés

Afficher la suite des + partagés