Summer
league
Summer
league
MIA120
MEM118
Pariez en ligne avec Unibet
  • IND3.35BOS1.33Pariez
  • DAL1.75MIN2.01Pariez
  • 100€ offertsLa suite →

Les Wolves attendaient D’Angelo Russell, c’est Malik Beasley qui a surgi

Brillant lors de ses débuts à Minnesota, l’ancien arrière des Nuggets veut donner le ton pour les Wolves. En saisissant à pleines dents l’opportunité qu’il attendait tant.

D’Angelo Russell n’était pas en tenue la nuit dernière face aux Clippers, la faute à une douleur au quadriceps. C’est donc Malik Beasley (23 points à 7/13 de loin) qui s’est chargé de redonner le sourire aux fans des Wolves.

Notamment en fin de première mi-temps, avec ses 11 points en 78 secondes pour offrir 20 points d’avance à Minny.

« J’étais dans la zone », assure l’ancien Nugget. « Je ne voyais et je n’entendais plus personne, et c’était une bonne sensation. J’avais de supers coéquipiers qui m’ont passé la balle et m’ont fait des écrans. Ce n’est pas seulement moi, il faut aussi de bons coéquipiers pour m’aider ».

Coincé dans la rotation très dense des Nuggets, Malik Beasley peut-il exploser chez les Wolves ? C’est ce qu’espère l’arrière, qui avait refusé une prolongation à Denver car il estimait mériter un rôle plus important.

Du côté de Minneapolis, on semble prêt à lui offrir les responsabilités dont il rêvait (et le salaire qui va avec l’été prochain ?) et on assure être déjà fan de son état d’esprit.

Un premier match qui montre ce que les Wolves peuvent devenir ?

« Il y a quelque chose chez Malik qui fait que vous voulez le côtoyer, parce qu’il est dur », assure Ryan Saunders. « J’ai appris ça dès les premiers jours, alors qu’il essayait de faire ressortir le meilleur des autres également. Je pense que nous avons d’autres gars comme ça dans l’effectif, ce qui rend enthousiaste, mais pas satisfait ».

Avec 10 victoires de retard sur Memphis, le 8e à l’Ouest, et encore 31 matchs à jouer, les playoffs sont hors de portée pour les Wolves, mais Malik Beasley assure qu’il y a toujours de l’enjeu dans cette fin de saison.

« Nous sommes dans la course aux playoffs. Il reste 31 matchs. Ce n’est pas fini. Je vais pousser pour aller en playoffs. Il faut viser la lune pour atteindre les étoiles. Et si on ne fait pas les playoffs, on finira une belle saison en étant prêts pour la suivante. C’est de ça dont il s’agit. Il s’agit de construire le futur, chaque jour ».

Peut-être que l’arrière est quand même un peu grisé par ce premier match parfait dans sa nouvelle équipe.

« Ce n’est qu’un match », rappelle ainsi Ryan Saunders. « Il va y avoir des difficultés. Il y aura des soirs où on ne mettra pas 26 tirs à 3-points et où on ne fera pas 39 passes décisives. Je le sais, mais j’apprécie quand même le fait que lorsqu’on voit des choses comme cela, en continuant à travailler le système et en apprenant à se connaître, ça nous rend optimiste sur ce que ça pourrait donner à terme ».

Suivez toute l'actualité NBA sur la chaîne WhatsApp de Basket USA

Suivez nous également sur Google Actualités

Tags →
Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |   0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *