Pariez en ligne avec Unibet
  • PHI1.26NEW3.9Pariez
  • IND1.2POR4.4Pariez
  • 100€ offertsLa suite →

Bulls – Spurs : tout s’est joué dans les dernières secondes

Avec un Zach LaVine décisif dans le quatrième quart-temps, les Bulls s’imposent à domicile face à des Spurs qui n’ont pas su gérer le money time (110-109). DeMar DeRozan rate le lancer de l’égalisation !


Après les deux premières possessions non jouées en hommage à Kobe Bryant, les deux formations ont un peu de mal à se mettre dans le match, et ratent tir sur tir, dans une atmosphère très pesante. Sans LaMarcus Aldridge, blessé au pouce , les Texans ne font que tirer du parking de loin (9-6).

Le rythme de jeu s’élève peu à peu, et Zach LaVine continue de bombarder de loin sans trouver la mire. Ce n’est pas le cas de Patty Mills, qui score rapidement dès ses premières séquences sur le parquet, ce qui donne un coup de boost à son équipe. Coby White tente de lui répondre, mais c’est Jakob Poeltl qui se montre, et qui noircit la feuille sans se faire prier (6 points, 5 rebonds, 2 contres). Les Spurs, après douze minutes, ont déjà une petite avance (28-21).

Les débats reprennent sur… un concours de tirs ratés de la part des deux équipes. Ouverts ou pas, les joueurs présent sur le parquet balances quelques briques du parking, et ratent même deux lay up faciles, devant un public quasi interloqué. Mais Luke Kornet plante (enfin) de loin et un gros dunk de Chandler Hutchinson sur Metu réveille le United Center.

Les Bulls soufflent dans le cou de leurs adversaires du soir (32-31). Les seconds couteaux locaux font un superbe travail en défense, et le duo White-Valentine se trouve à merveille. Mais Mills retrouve le terrain et délivre un superbe caviar à DeRozan, puis punit lui-même les taureaux de loin. Le meneur australien sème le trouble au tir, mais aussi à la baguette, sans oublier de montrer l’exemple en défense, chipant quelques précieux ballons dans les mains de Kris Dunn et White. Les locaux ne lâchent rien, et sur une interception conclue par Satoransky, ils prennent l’avantage à la sirène (50-48).

LaVine se réveille au meilleur moment

DeMar DeRozan décide de prendre les choses en main en cette entame de seconde période, et il prend tous les ticket shoots de son équipe. L’ancien Raptor met quelques floaters sur la truffe du grand Kornet, et les Bulls le regardent jouer avec une passivité inquiétante en défense. Mais LaVine, fâché avec son tir jusqu’à présent, plante deux tirs primés pour que son équipe conserve la main (61-60). Les Bulls plient mais ne rompent pas, sauf que les ballons perdus par Dunn commencent à trop pénaliser sa formation. L’ancien de Providence veut en faire trop ballon en main, et il multiplie les mauvais choix. Et DeRozan en profite pour gonfler ses statistiques et pour aider les siens à retrouver l’avantage au tableau d’affichage (16 points dans ce quart), bien accompagné par Mills qui poursuit son petit clinic à 3-points, bien servi par Gay. Les Spurs ont le momentum, et creusent le plus gros écart du match en leur faveur jusqu’à présent après trois quart (85-75).

La défense des Bulls est friable, mais ceux-ci tentent de bousculer les Spurs par Valentine de loin, et Satoransky qui va provoquer Poeltl au cercle. L’ancien de Michigan est au four et au moulin, et il fait beaucoup de bien à son équipe qui reste dans le coup. Le duel des pivots « Old School » Kornet-Poeltl bat son plein, et le numéro 2 local fait se lever son banc, après un gros contre sur l’Autrichien, puis une banderille et un hook main gauche après avoir pris un rebond offensif sur la tête de Lyles (93-89). LaVine et DeRozan se rendent les points coup sur coup, mais c’est bien l’ancien des Wolves qui se met le plus en valeur.

En retrouvant subitement son énergie,LaVine porte les siens sur ses épaules (14 points en 4e quart), et harangue ses coéquipiers à défendre comme des chiens. Mais DeRozan aime ce genre de situation et collent quatre points pour remettre les compteurs à égalité à huit secondes du terme (108-108). LaVine a la dernière possession en main, il va chercher le cercle et provoque une faute du pauvre Poeltl. Sur la ligne des lancers francs, il ne flanche pas. Dunn gâche presque tout le travail en faisant une faute sur DeRozan à moins d’une seconde du terme, mais le numéro 10 Texan rate son second lancer. Les Bulls peuvent sourire, ils gagnent cette rencontre au forceps (110-109).

Bulls / 110 Tirs Rebonds
Joueurs Min Tirs 3pts LF Off Def Tot Pd Fte Int Bp Ct Pts Eval
T. Young 29 5/11 2/4 1/2 1 8 9 2 4 0 0 0 13 17
L. Kornet 31 4/10 2/5 2/2 2 7 9 3 4 1 1 1 12 19
K. Dunn 35 5/9 0/2 0/0 0 6 6 8 5 3 4 1 10 20
Z. LaVine 35 7/22 3/9 6/6 1 5 6 2 2 1 0 0 23 17
T. Satoransky 28 5/9 1/3 2/2 2 1 3 6 3 2 1 0 13 19
C. Felicio 15 2/2 0/0 0/0 3 1 4 1 2 0 0 0 4 9
C. Hutchison 21 4/7 0/2 0/1 2 1 3 1 1 0 0 0 8 8
C. White 22 4/13 2/6 1/2 3 3 6 1 1 1 2 0 11 7
R. Arcidiacono 5 0/0 0/0 0/0 0 0 0 1 0 0 0 0 0 1
D. Valentine 19 6/10 4/6 0/0 0 4 4 3 1 0 1 0 16 18
Total 42/93 14/37 12/15 14 36 50 28 23 8 9 2 110
Spurs / 109 Tirs Rebonds
Joueurs Min Tirs 3pts LF Off Def Tot Pd Fte Int Bp Ct Pts Eval
D. DeRozan 36 11/21 0/0 14/17 1 9 10 3 1 0 3 0 36 33
J. Poeltl 36 7/12 0/0 2/8 5 8 13 1 3 0 2 3 16 20
T. Lyles 26 3/7 2/4 2/4 3 5 8 1 1 0 0 1 10 14
D. Murray 22 1/4 0/1 0/0 0 3 3 4 0 0 1 0 2 5
B. Forbes 22 1/5 0/4 0/0 0 2 2 5 0 0 0 0 2 5
C. Metu 11 2/5 0/0 0/0 1 2 3 0 0 0 1 1 4 4
R. Gay 22 3/6 1/2 2/2 1 3 4 3 1 0 3 0 9 10
D. White 22 0/3 0/1 0/0 0 2 2 2 2 0 1 1 0 1
P. Mills 29 8/15 6/12 3/3 1 0 1 2 2 2 0 0 25 23
L. Walker IV 14 2/4 1/1 0/0 0 1 1 0 2 0 0 0 5 4
Total 38/82 10/25 23/34 12 35 47 21 12 2 11 6 109

A lire aussi
Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |   0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chicago Bulls en 1 clic

San Antonio Spurs en 1 clic

Toute l’info en continu

Afficher les actus suivantes

Les + partagés

Afficher la suite des + partagés