Summer
league
Summer
league
MIA120
MEM118
Pariez en ligne avec Unibet
  • IND3.35BOS1.33Pariez
  • DAL1.75MIN2.01Pariez
  • 100€ offertsLa suite →

Les Nuggets « embarrassés » après s’être fait « botter les fesses » à Washington

Grosse colère et grosse remise en question à Denver après la défaite contre les Wizards et leur banc à 92 points, le deuxième total de l’histoire.

Alors qu’ils avaient bien réagi après leur défaite à Houston, en allant battre les Pacers à Indianapolis, les Nuggets ont explosé en vol hier à Washington (128-114) contre des Wizards faisant toujours sans Bradley Beal, John Wall, Thomas Bryant, Davis Bertans, Rui Hachimura, C.J. Miles ou encore Moritz Wagner.

Toujours aussi impressionnant en leur absence, ce sont les remplaçants qui ont fait la différence avec 92 points, ce qui est tout simplement le deuxième plus gros total de l’histoire ! « On n’avait pas le bon état d’esprit » regrette Mike Malone. « Il faut leur donner du crédit, tous leurs joueurs ont joué avec un niveau bien supérieur au nôtre. Ils étaient concentrés, déterminés, agressifs, et on était l’exact opposé. Je suis juste très déçu par l’état d’esprit, le niveau de concentration, l’approche. Et ça commence par moi. »

Ça, c’était pour les compliments. La suite est plus salée : « On a déjà pris des leçons auparavant. Peut-être que les gars regardent le classement et pensent qu’on est bon. Mais qu’est-ce qu’on a fait ? On a des gars qui ne vont pas au rebond, qui restent plantés à regarder autour d’eux. Houston nous a donné une leçon, et deux matchs plus tard on en a besoin d’une autre ? » interroge le coach.

« Le staff, les joueurs, on s’est tous fait botter les fesses »

« C’est la réalité de la NBA. Je m’en fiche de qui est sur le terrain. Ce sont des joueurs professionnels. Ils jouent tous pour quelque chose, ils ont une opportunité de le faire en ce moment, et ils la saisissent. Mais quelle a été notre réponse ? On s’est battu ? Qu’a-t-on fait de notre maturité pour aborder ce genre de match ? »

« Je pense tout simplement qu’on n’a pas respecté notre adversaire » lui répond Jamal Murray à distance. « Tout le monde dit que c’est la pire équipe de la ligue. Alors que c’est peut-être l’équipe la plus dure. Je les range avec Miami et New York. On doit être prêt pour jouer ces équipes (…) C’est comme le match face aux Pelicans (défaite 112-100 le soir de Noël, ndlr), on ne voulait juste pas jouer. C’était évident qu’on ne voulait pas jouer. » Pourtant, ces « petites équipes » sont une forme de baromètre pour les franchises prétendant au haut du tableau : il faut savoir afficher le même niveau d’exigence contre tout le monde, toute la saison.

La clé en NBA, c’est la régularité. « Ils ne sont peut-être pas aussi talentueux que nous mais si tu ne bosses pas, que tu ne fais pas les écrans retard, que tu ne reviens pas en défense, que tu ne fais pas attention aux détails, tu te feras battre. Le nombre de paniers qu’on met ne compte pas : on n’arrête personne. »

« C’était une prestation embarrassante. On a cru qu’on pouvait juste se montrer et gagner un match parce qu’une équipe avait quelques titulaires absents. Je suis embarrassé, vraiment. Le staff, les joueurs, on s’est tous fait botter les fesses » résume Mike Malone. « On doit trouver un moyen de se regarder dans la glace et d’être honnêtes avec nous-mêmes. J’espère que nos joueurs sont prêts à faire ça. » Réponse après-demain à Atlanta.

Suivez toute l'actualité NBA sur la chaîne WhatsApp de Basket USA

Suivez nous également sur Google Actualités

Tags →
Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |   0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *