Pariez en ligne avec Unibet
  • MIA2.5LOS1.45Pariez
  • ORL3HOU1.32Pariez
  • 100€ offertsLa suite →

La course au MVP : LeBron James défie toujours le temps

Quatre ans après son dernier trophée personnel, LeBron James se replace dans la course au MVP, fort d’un début de saison exceptionnel pour un joueur de bientôt 35 ans.

Chaque mardi, Basket USA vous propose son Top 5 des candidats au titre de Most Valuable Player et cette semaine, celui qui tient le premier rôle a disputé son premier match professionnel il y a plus de 16 ans.

Il était presque oublié, après une première saison aux Lakers gâchée par les mauvais résultats et l’atmosphère délétère, un crime de lèse-majesté tant le natif d’Akron n’a jamais manqué de faire taire ses détracteurs.

En seulement 13 matchs, LeBron James cloue le bec de ceux qui l’avaient trop rapidement enterré car s’il score moins que par le passé (25 points par match, sa deuxième plus mauvaise campagne en carrière dans ce secteur), c’est avant tout car il n’a jamais autant partagé la gonfle avec plus de 11 passes par match, son record en carrière jusqu’ici et de loin la meilleure moyenne de la ligue (près de 2 passes de plus que son poursuivant, Luka Doncic), et ce, alors qu’il joue moins de 35 minutes en moyenne, son plus faible temps de jeu en carrière.

Tout en justesse des deux côtés du terrain

Exceptionnel dans la création, en fixation ou sur les sorties d’écran avec Anthony Davis en premier bénéficiaire, l’ailier retrouve, pour ne rien gâcher, un investissement défensif rarement vu depuis son dernier titre avec Cleveland en 2016 : avec son 3e meilleur ratio défensif en carrière (100 pts encaissés/100 possessions) et sa 4e meilleure moyenne aux rebonds, il prouve qu’il est toujours l’un des joueurs les plus complets, si ce n’est le plus complet, de la NBA. Enfin, sur le plan collectif, les Lakers tiennent la première place à l’Ouest, après quatre succès de suite.

De quoi faire de lui un des principaux candidats au titre de MVP, une performance exceptionnelle pour un joueur de son expérience car si Karl Malone et Michael Jordan ont respectivement tous deux gagné le trophée après leurs 35 ans, aucun d’entre eux n’avait autant de campagnes dans les jambes (12 pour Karl Malone, 13 pour Michael Jordan) : un joueur couronné dans sa dix-septième saison tiendrait donc de l’inédit.

À 35 ans, peut-il aussi devenir le plus âgé des meilleurs passeurs de l’histoire ? Un coup d’oeil sur le palmarès nous apprend que c’est mieux que John Stockton ou Jason Kidd, titrés respectivement à 34 et 31 ans, en 1996 et 2004. Mais c’est moins que Steve Nash, meilleur passeur de la NBA en 2011 à… 37 ans !

1 – LeBron James
Bilan : Lakers – 11v-2d – 1er à l’Ouest
Stats : 35 min, 25 pts, 7.6 rbds, 11.2 pds, 1.2 int, 0.6 ct, 3 bps, 49% tirs, 34% 3-pts, 72% LF

2 – Luka Doncic
Bilan : Mavericks – 8v-5d – 5e à l’Ouest
Stats : 35 min, 29.5 pts, 10.7 rbds, 9.3 pds, 1.2 int, 0.2 ct, 4.6 bps, 48% tirs, 31% 3-pts, 81% LF

3– James Harden
Bilan : Rockets – 11v-3d – 2e à l’Ouest
Stats : 37 min, 39.2 pts, 5.6 rbds, 7.6 pds, 1.6 int, 0.6 ct, 5.3 bps, 43% tirs, 34% 3-pts, 88% LF

4 – Giannis Antetokounmpo
Bilan : Bucks – 10v-3d – 2e à l’Est
Stats : 33 min, 30.3 pts, 14 rbds, 6.2 rbds, 1.5 int, 1.5 ct, 4.8 bps, 58% tirs, 32% 3-pts, 61% LF

5 – Pascal Siakam
Bilan : Raptors – 9v-4d – 4e à l’Est
Stats : 37 min, 25.7 pts, 8.6 rbds, 4.2 pds, 0.8 int, 0.6 ct, 3 bps, 47% tirs, 36% 3-pts, 82.5% LF

Mentions : Joel Embiid, Karl-Anthony Towns, Devin Booker, Kemba Walker, Bam Adebayo, Lou Williams…

A lire aussi
Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |   0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Toute l’info en continu

Afficher les actus suivantes

Les + partagés

Afficher la suite des + partagés