Pariez en ligne avec Unibet
  • MIA2.5LOS1.45Pariez
  • ORL3HOU1.32Pariez
  • 100€ offertsLa suite →

Tony Parker dans le cœur des habitants de San Antonio

Quelques heures avant que le numéro 9 de Tony Parker ne rejoigne le plafond du AT&T Center, Basket USA est allé à la rencontre des habitants de San Antonio.

Il est huit heures du matin, heure locale, quand nous atterrissons à l’aéroport de San Antonio. Sous un ciel menaçant, la ville texane commence à peine sa journée. Après un échange de banalité avec notre chauffeur Uber, nous lui lançons une perche en lui demandant s’il est fan des Spurs.

« Évidemment ! » nous répond ce gaillard d’une cinquantaine d’années. « Même si je ne suis pas vraiment le sport, j’ai toujours supporté nos équipes locales. Tout le monde est fan des Spurs ici. »

San Antonio est en effet l’une des villes NBA qui n’hébergent aucune autre franchise de sports majeurs. La seule équipe qui pourrait faire de l’ombre aux hommes de Gregg Popovich sont les toujours très populaires voisins, les Dallas Cowboys. Tout le monde vit donc au rythme des Spurs et depuis 20 ans, ils ont été gâtés. Malgré la confession de notre chauffeur, nous lui demandons si il sait qu’aujourd’hui est un jour particulier pour Tony Parker.

« Tony ! » lance-t-il d’un ton enjoué. « Je croyais que c’était samedi que la ville l’avait honorée. Je suis content pour lui, il mérite tous ces honneurs. »

Le maire de San Antonio avait en effet proclamé samedi 9 novembre le « Tony Parker Day », au grand bonheur de tous les habitants. Une fois en ville, nous nous décidons d’arpenter les rues pour interpeller d’autres passants. Si en France, le 11 novembre est synonyme d’armistice, aux États-Unis, ce jour est également férié pour célébrer les anciens combattants (« Veteran’s Day »). Par conséquent, le centre est désert. Nous nous arrêtons alors au Rosella Coffee, un coffee shop, pour prendre notre petit déjeuner.

Loin d’être débordée, notre serveuse entame la conversation et nous saisissons l’occasion pour lui demander ce qu’elle pense de Tony Parker.

« C’est mon chouchou, » explique-t-elle. « Duncan c’est la franchise, Manu avait un lien particulier avec la communauté hispanique, mais Tony a vraiment dû se faire sa place dans le cœur des fans. »

En nous dirigeant vers notre hôtel, nous tombons nez à nez avec un homme d’une trentaine d’années qui porte fièrement une casquette à l’effigie des Spurs. À peine interpellé, il nous explique avoir hâte d’être ce soir. Nous lui demandons alors de décrire ce que représente TP dans la ville et pour les fans.

« C’est simple, c’est une institution, » nous partage-t-il, avant d’ajouter, « mais vous savez c’est vraiment dommage qu’il soit parti un an avant de prendre sa retraite. Cela dit, les gens ne le comparent pas à Kawhi (Leonard). Ils veulent que Kawhi aille en enfer, alors qu’ils adorent Tony ! »

Ryan, qui est originaire de San Antonio et fan des Spurs depuis toujours, résume alors parfaitement la relation que partage Tony Parker avec sa ville d’adoption.

« Tony, c’est… c’est comme un membre de notre famille. C’est la famille. Il est San Antonio. »

Propos recueillis à San Antonio.

A lire aussi
Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |   0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

San Antonio Spurs en 1 clic

Toute l’info en continu

Afficher les actus suivantes

Les + partagés

Afficher la suite des + partagés