Pariez en ligne avec Unibet
  • OKL1.2WAS4.9Pariez
  • TOR1.34MEM3.4Pariez
  • 100€ offertsLa suite →

Les dessous de la méthode Monty Williams

Pour déchiffrer le bon début de saison de Phoenix, il faut avant tout se tourner vers Monty Williams, son nouvel entraîneur.

Il suffit de prononcer le nom de Monty Williams pour rapidement comprendre que le nouvel entraîneur des Suns bénéficie d’une réputation éminemment positive dans la communauté NBA. Avant la saison, les GM, sondés par la NBA, ont estimé qu’il était l’entraineur qui avait le plus de chances d’avoir la plus grosse influence sur sa nouvelle équipe.

Ce vote reflète autant les qualités de Williams que les déficiences des Suns. Avant le début de saison, treize équipes semblaient pouvoir prétendre aux playoffs dans la conférence Ouest. Phoenix n’était pas l’une d’entre elles. Ça fait en effet quatre saisons que les Suns n’atteignent pas la barre des 25 victoires et que leur effectif fait partie des plus jeunes de toute la NBA.

Alors qu’il aurait pu débarquer dans l’Arizona en voulant repartir de zéro, Williams a plutôt opter pour une méthode participative. « Je n’ai pas toutes les réponses, » expliquait-il avant le match contre Golden State mercredi. « J’ai passé beaucoup de temps pendant l’été à écouter nos joueurs, à échanger avec les employés de la franchise, et avec les habitants de la ville pour comprendre comment il voyait notre équipe. »

« Faire vivre la balle et défendre »

Une fois ce sondage réalisé, Williams a ébauché sa vision pour les Suns sans se soucier du bruit, ou plutôt des moqueries, venant de l’extérieur. Pour l’ancien coach des Pelicans, son équipe doit se concentrer sur deux aspects pour espérer avoir une chance chaque soir. « Faire vivre la balle et défendre, » résume-t-il.

Après cinq matchs, trois victoires, et deux défaites d’un point contre des équipes qui peuvent prétendre remporter l’Ouest, Denver et les Clippers, force est de constater que l’effet Monty Williams porte déjà ses fruits. Mais plus que le bilan, c’est bel et bien la manière qui impressionne. Leur premier quart temps de rêve face aux Warriors mercredi symbolise à merveille ce que le technicien essaie de mettre en place.

« Ils ont marqué 14 points et on a fait circuler la balle. 43 points pour nous et il me semble qu’on avait plus de 20 passes décisives à la mi-temps, » dit-il tout en épluchant la feuille de stats. « C’est la formule pour nous ! On a placé la barre haut mais on doit tout faire pour rester proche de ce niveau. »

Les arrivées de Ricky Rubio et d’Aron Baynes, ainsi que de celle de Dario Saric à la mi-saison dernière, aident également Williams dans sa quête d’altruisme. L’intelligence de jeu de ces trois joueurs internationaux associée au talent de Devin Booker et de Kelly Oubre Jr permettent aux Suns d’être la huitième meilleure attaque de la NBA à l’évaluation et la deuxième à la moyenne de passes décisives par match, selon Cleaning The Glass.

Objectif 300 passes par match

À l’instar de Steve Kerr lors de son arrivée à Golden State, Williams veut que son équipe atteigne les 300 passes par match et il explique pourquoi. « Si vous pouvez être aux alentours de 300, ça veut dire que la balle circule. Je pense que les joueurs veulent toucher le ballon pour sentir qu’ils font partie de l’attaque sans toutefois chambouler la hiérarchie offensive. Donc on a repris ce chiffre d’autres équipes, en particulier des Warriors. C’est ce qu’ils font depuis des années et ils ont gagné beaucoup de matchs de cette façon. »

De l’autre côté du terrain, les chiffres sont encore meilleurs puisque Phoenix, toujours selon Cleaning The Glass, est sur le podium de l’évaluation défensive. S’il faut prendre cette statistique avec des pincettes, tant la maladresse de leurs adversaires est jusqu’ici anormalement élevée, c’est encore fois dans les intentions que l’on peut cependant attester d’un changement de mentalité.

Devin Booker faisait d’ailleurs écho aux propos partagés par Élie Okobo avant la rencontre contre Golden State. Cette saison les Suns sont une vraie équipe et ça se traduit également sur le plan défensif. « Tout le monde se sent responsable en défense, » décrit Devin Booker. « Notre communication est excellente et honnêtement, ce genre d’effort est contagieux. Par exemple, on a enchaîné trois stops de suite et ça nous a donné de l’énergie et un momentum qu’on a pu transférer en attaque. »

La question pour Phoenix est désormais celle de la régularité. Pourront-ils confirmer ce bon début de saison maintenant que le loup est sorti de sa tanière et que les équipes adverses auront plus de matériels pour étudier leur jeu ?

Pour s’assurer que son équipe ne se voit pas plus belle qu’elle ne l’est, Williams peut compter sur Ricky Rubio et Aron Baynes pour relativiser cette bonne passe. Les deux vétérans savent que le chemin est encore long et n’hésitent à pointer du doigt les domaines dans lesquels Phoenix doit progresser.

« On doit pouvoir rester dans notre système pendant 48 minutes, » suggère le pivot australien en faisant référence au dernier quart-temps complètement raté face aux Warriors. « Quand on joue notre jeu, on est bien mais quand on essaie de la jouer perso, on a l’air d’une équipe plutôt moyenne. »

La manière d’abord

Cette dernière remarque incarne d’ailleurs toute la philosophie de Monty Williams. À l’instar de son approche estivale, il prône le partage et garde la concentration de ses joueurs sur le moment présent. Vous n’entendrez pas le technicien parler de playoffs ou de volonté de prouver aux observateurs que les Suns sont différents. Non, pour lui, l’important est de construire une culture, pierre par pierre, action par action.

« Tout mène au message du coach, » confirme Baynes. « Ça ne sert à rien d’aller sur le terrain et d’essayer de gagner le match tout de suite. Il faut simplement qu’on enchaîne les bonnes décisions, peu importe le contexte. Que ce soit une aide défensive, faire l’extra passe, se sacrifier pour le collectif, prendre un tir ouvert. Peu importe ce que c’est, il faut que ce soit juste. Si on arrive à cultiver ce genre de mentalité, on devrait être pas mal. »

Propos recueillis à San Francisco.

A lire aussi
Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |   0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Phoenix Suns en 1 clic

Toute l’info en continu

Afficher les actus suivantes

Les + partagés

Afficher la suite des + partagés