Pariez en ligne avec Unibet
  • 100€ offertsLa suite →

Grant Williams, le pivot surprise

Alors qu’il ne mesure que 2m01, c’est le rookie Grant Williams qui a été appelé par Brad Stevens pour tenir le choc face à Marc Gasol. Et il s’est très bien débrouillé.

En manque de taille, les Celtics savaient qu’ils allaient devoir être inventifs cette saison. Illustration faite lors du deuxième match de la saison, alors qu’Enes Kanter était à l’infirmerie, rapidement rejoint par Daniel Theis.

Car plus que Robert Williams (15 minutes) et Vincent Poirier (qui n’a pas joué), Brad Stevens a surtout utilisé son rookie Grant Williams comme pivot pour lutter face à Marc Gasol, lors du duel remporté face aux Raptors. L’ancien de Tennessee est pourtant d’abord un ailier, voire un ailier fort, car il ne mesure que 2m01.

« Le rookie est venu sur le terrain et il a joué », apprécie Jaylen Brown. « Il a été physique, il a provoqué des passages en force. Il a fait beaucoup de bonnes choses. Beaucoup d’actions gagnantes. En faisant des choses pareilles, ça va être compliqué de ne pas le faire jouer. S’il peut continuer, ce sera bon pour nous ».

Il faut dire que Grant Williams a déjà joué pivot à l’université et que, malgré sa taille, il est assez solide sur ses appuis pour tenir le choc face à des joueurs bien plus lourds. Jeudi, Brad Stevens lui avait d’ailleurs envoyé un SMS : « Tu as intérêt à connaître le poste 5 demain ».

L’entraîneur avait donc dans l’idée d’utiliser son rookie comme pivot, même s’il n’imaginait peut-être pas le faire si longtemps, et voulait s’assurer que son joueur connaisse toutes les missions et consignes du poste…

« Même si je suis un nerd, j’ai bien compris que j’allais y être envoyé. Il m’a envoyé le message et j’ai répondu : ‘Compris, coach’. Puis (l’assistant Brandon) Bailey m’a aussi écrit pour me dire : ‘Tu connais le poste 5, n’est-ce pas ?’ Donc je me suis dit que c’était le cas mais que ça allait et que j’allais le faire ».

Au final, Grant Williams s’est très bien débrouillé, couvrant très bien le pick-and-roll et affichant une mobilité très intéressante, qui devrait pousser son coach à refaire appel à lui au coeur de la raquette.

« Il s’agit d’être compétitif, de jouer avec intensité, de jouer avec le rythme, le cœur et le moteur avec lesquels la plupart des gars jouent à cette position, parce qu’il faut réaliser qu’il s’agit de 82 longs matchs de coups pris », conclut l’intéressé. « Il faut apporter une dimension différente, sortir rapidement des écrans, écarter du rebond et ne pas permettre aux gars d’obtenir une position facile. Être physique. J’y étais prêt. »

A lire aussi
Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |   0 commentaire Afficher les commentaires

Toute l’info en continu

Afficher les actus suivantes

Les + partagés

Afficher la suite des + partagés