Pariez en ligne avec Unibet
  • 100€ offertsLa suite →

Les Bleus montent en puissance face au Brésil

Après dix minutes compliquées, la France a su rebondir. Collectivement, les Bleus sont montés en régime pour livrer une très belle seconde période. Vincent Poirier termine MVP de la rencontre avec 16 points. Mais ce succès, la France est allée le chercher en équipe !

Pour gagner au basket, il faut marquer des paniers. Les 12 français le savent mais comme la veille face au Monténégro, scorer relève de l’exploit. Pourtant, Rudy Gobert, d’un dunk rageur, lance parfaitement le match. Sauf qu’après, c’est le néant. Aucun point d’ancrage à l’intérieur, le « passing game » n’est pas bon et les Bleus n’arrivent à rien. Sur son banc, Vincent Collet ne comprend pas et ne cesse de donner des conseils à ses hommes. Avec sa rage habituelle, Evan Fournier tente d’enflammer l’Astroballe mais, seul, l’arrière du Magic ne peut rien faire…

Les dix premières minutes sont un véritable cauchemar. Comme face à l’Argentine, les Brésiliens développent un jeu à base de passes et de vitesse. Pour la première fois en quatre matchs de préparation, la France n’arrive pas à stopper son adversaire et à la fin du premier quart-temps, la France est logiquement menée (23-14).

Axel Toupane marque encore des points

Laisser passer l’orage et commencer par stopper, c’est le mot d’ordre de Vincent Collet. Pour ça, il fait appel comme hier à Axel Toupane. Et comme hier, l’ancien de la SIG répond présent. Son envergure, sa vitesse de déplacement et surtout sa faculté à scorer quand il est ouvert font de lui l’homme providentiel depuis deux matchs.

Dans le sillage de « Toup’s », Louis Labeyrie et Vincent Poirier montent eux aussi en intensité. Comme à la belle époque du Paris-Levallois, les deux hommes sortent les barbelés en défense. Louis Labeyrie s’occupe des rebonds défensifs et se montre disponible dans la raquette ou à 3-points. Vincent Poirier, trouvé poste bas, permet enfin aux Bleus d’avoir des points venant du secteur intérieur. Avec un cinq défensif (Ntilikina, De Colo, Toupane, Labeyrie et Poirier) la France prend les devants après un 12-2 (26-25).

La fièvre bleue a envahi l’Astroballe, mais Leandro Barbosa a de l’expérience et aime les chaudes ambiances. L’arrière utilise à la perfection le pick-and-roll. Par deux fois, il s’amuse de Nicolas Batum et le Brésil reprend sa marche en avant. La réaction des Français a été bonne mais c’est insuffisant pour être en tête à la pause (43-38).

Amath M’Baye fait parler la poudre

Il faudrait savoir ce qu’il se passe dans les vestiaires des Bleus et surtout quels sont les mots utilisés par Vincent Collet car, comme hier, ses joueurs ne montrent plus du tout le même visage. Défensivement, les Bleus étouffent les Brésiliens qui n’arrivent plus à trouver l’accès au panier. Les coéquipiers de Leandro Barbosa s’agacent et les fautes techniques tombent. Mais comment garder son calme quand on prend une telle marée ? Hier, c’est Axel Toupane qui a libéré la France, aujourd’hui c’est Amath M’Baye qui lance le run. Un 13-0 avec deux tirs primés de l’ailier fort du Virtus Bologne (51-43).

Que c’est dur pour les Brésiliens, mais on ne peut qu’admirer la faculté de la France a enfin bouger la balle. Nicolas Batum envoie Rudy Gobert au alley-oop et Amath M’Baye, encore lui, embrase l’Astroballe d’un 3-points avec la faute, pour que la France fasse le break (59-48). Mais la faute au buzzer de Louis Labeyrie sur un tir anodin gâche un peu le récital bleu sur ce troisième quart-temps. La France doit maintenant conclure (63-56).

Le récital Nando De Colo

La France ne peut pas exister si Nando De Colo n’est pas à son meilleur niveau. Tous les observateurs le savent, et lui aussi. En dedans depuis le début du match, le Ch’ti est dans la lignée de son match de la veille. Mais tout d’un coup, il a rappelé à tout le monde pourquoi il est aujourd’hui l’un des meilleurs joueurs d’Euroleague.

Ses deux tirs à 3-points de rang lui ont enfin redonné sourire et confiance. Ses dix dernières minutes seront un récital. Sa vista à la passe permet à Vincent Poirier d’enchainer les dunks ou à Evan Fournier de faire le spectacle.

Il est l’homme de ce dernier quart temps mais c’est tout le collectif français qui a su montrer de très belles choses, après ce départ une nouvelle fois compliqué, pour foncer vers la victoire (86-72). L’Astroballe peut saluer chaleureusement son équipe, qui a enfin déployé tout son potentiel ce soir.

A lire aussi
Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |   0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Toute l’info en continu

Afficher les actus suivantes

Les + partagés

Afficher la suite des + partagés