Pariez en ligne avec Unibet
  • 100€ offertsLa suite →

A Detroit, on rêve de Sekou Doumbouya en prochain Pascal Siakam

La franchise de Detroit a officiellement introduit le Français, sélectionné à la 15e position de la draft. Et déjà, les comparaisons avec Pascal Siakam font surface.

Chanceux. C’est l’un des mots qui revient le plus dans la bouche des dirigeants des Pistons. Ces derniers ne s’imaginaient pouvoir récupérer Sekou Doumbouya avec leur 15e choix de draft, alors que le Français était annoncé quelques places plus haut. « On est très chanceux, qualifie Ed Stefanski, en charge des opérations draft pour la franchise. On n’avait pas du tout imaginé que ça allait arriver. Mieux vaut être chanceux parfois et c’est ce qui arrivé l’autre soir. »

Les Pistons avaient pu voir à l’œuvre l’ailier lors d’un « workout » dans le Texas, quelques jours plus tôt. Sans se faire d’illusion. « Je lui ai dit que je pensais qu’on ne le reverrait jamais, raconte Dwane Casey, persuadé qu’il serait sélectionné en amont. La plupart des scouts étaient présents à cet entraînement à Dallas et on pensait perdre notre temps parce qu’on voyait toutes les équipes devant nous. On ne l’imaginait pas glisser comme ça, jusqu’à nous. On est content de l’avoir. »

Les Pistons s’étaient énormément renseignés sur l’ancien joueur de Limoges. Stefanski avait d’ailleurs passé un coup de fil aux Américains de son ancienne équipe pour obtenir des informations. « Ils m’ont tous vanté les mérites du gamin, rapporte le dirigeant. En tant qu’individu d’abord, c’est un super jeune homme et un super coéquipier. Il adore jouer au basket. C’est la meilleure chose que vous puissiez entendre. »

« Sekou va essayer d’atteindre le niveau de Pascal Siakam »

Et les Pistons aiment sans doute aussi entendre quand le Français estime que son jeu se rapproche de celui d’un de ses joueurs favoris, un certain Pascal Siakam. Casey est bien placé pour en parler puisque l’ancien coach des Raptors a été le premier à bosser avec le Camerounais. « Le fait de courir est une similarité, remarque le coach. C’est une fusée lorsqu’il court, comme Pascal. Son moteur est probablement similaire. Je déteste le dire en parlant d’eux mais ils sont bruts. »

Bruts à leur arrivée dans la ligue avec des parcours bien particuliers. Déjà professionnel depuis plusieurs années, le Français débarque dans la ligue à seulement 18 ans. Là où Siakam avait été drafté à 22 ans après deux années à l’université de New Mexico State. « Pascal a eu le luxe de venir aux États-Unis et d’aller à la fac ici, juge Casey, en rappelant que les deux joueurs avaient été attirés par le football, plus jeunes. Sekou va essayer d’atteindre le niveau de Pascal. Le seul moyen d’y parvenir est de bosser et tout donner aux coaches. »

« On doit garder en tête qu’il n’a que 18 ans », ajoute Casey, qui confirme que sa recrue jouera bien en Summer League. Mais le coach voit déjà dans quels secteurs le Français peut apporter : « Il devrait améliorer notre vitesse. Son envergure, sa taille, sa capacité à changer de positions est quelque chose qui attire l’attention. On a un désavantage de taille pour défendre sur Khris Middleton et (Giannis) Antetokounmpo et d’autres gars de la conférence. Il sera un excellent élément face à ces gars-là. Cet été et le training camp diront s’il sera titulaire ou s’il jouera. »

A lire aussi
Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |   0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Detroit Pistons en 1 clic

Toute l’info en continu

Afficher les actus suivantes

Les + partagés

Afficher la suite des + partagés