Pariez en ligne avec Unibet
  • BOS1.69PHI1.99Pariez
  • SAN1.09CLE5.55Pariez
  • 100€ offertsLa suite →

Les prix flambent à Toronto : « J’ai économisé toute l’année pour pouvoir m’acheter cette place ! »

Sans surprise, les billets pour assister aux premiers matchs des Raptors en finale NBA ont été pris d’assaut. Pas question pour les fans de rater ce moment historique pour eux, malgré des prix exorbitants…

« Tickets ! Tickets ! » À trois heures du coup d’envoi entre Raptors et Warriors, les allées attenantes à la Scotiabank Arena, dans le cœur de ville de Toronto, ressemblent déjà à une bruyante fourmilière en pleine effervescence. Et plusieurs hommes interpellent la foule. Certains portent un écriteau où il est mentionné « J’ai besoin d’une place. » En fait, ce ne sont pas eux qui en ont besoin, mais leurs clients potentiels.

On se rapproche de l’un d’eux qui demande à ce qu’on ne l’enregistre pas. « Ce que je fais est illégal, mec… », s’en justifie le quinquagénaire. On lui demande malgré tout à combien il vend ses tickets : 1 200 dollars canadiens minimum (environ 800 euros). Une sacrée somme ! Il dit être déjà parvenu à en écouler quelques-uns ce soir. Mieux, il a récemment reçu une folle commande de plusieurs billets : 18 000 dollars ! En cash évidemment. Notre homme ne se prive pas de nous montrer la photo des liesses en question… Incroyable.

À quelques mètres de lui, un policier assiste au « spectacle » de marché noir sans intervenir. « On y est habitués mais vous savez, mon job ici est d’abord de m’assurer que les gens soient en sécurité », argumente-il, précisant que son quotidien l’amène plutôt à jongler avec les affaires criminelles. Ici, aucune tension dans l’air. Les fans ont dû « se bagarrer » plus tôt dans la semaine pour obtenir leur précieux sésame : un ticket pour ce match.

« A vivre au moins une fois dans sa vie »

Évidemment, les comptes en banque de chacun ont été mis à rude épreuve. « 1 100 dollars« , annonce Tyler, 22 ans. « Je ne suis pas certain que les Raptors reviendront à ce niveau donc je voulais les voir au moins une fois. » « Je suis venu pour assister à quelque chose d’historique !« , reprend avec plus d’enthousiasme encore Andrew, alors que son ami, porteur d’un maillot des Warriors se fait gentiment « chahuter » par les locaux. « C’est très cher mais c’est quelque chose à vivre au moins une fois dans sa vie. Quand ils vont gagner ce soir, je pourrai dire que j’y étais. » Prophétique.

Alors qu’il termine ses études, Andrew précise : « Grâce à mon job étudiant, j’ai pu mettre de l’argent de côté durant toute l’année pour ce moment ! » Un peu plus loin dans la queue, on tombe sur Dan et son fils Ben. « Je lui avais promis que je l’amènerais« , raconte le paternel qui a dû débourser 750 dollars pour chaque siège situé dans les hauteurs de l’arène, près du toit. « On a fait des économies en n’assistant à aucun match des tours précédents ! »

Il se dit chanceux d’avoir pu mettre la main sur ces tickets, car certains de ses amis n’ont pu en faire autant. Ce droit d’entrée, il le sait, ne sera pas sa seule dépense de la soirée. Boissons, nourriture… (comptez environ 15 dollars voire plus pour un burger…) La facture peut rapidement grimper, surtout en famille. « On va essayer de s’en tenir à 1 800 dollars au total sur la soirée. C’est une grosse soirée ! »

Le père de famille n’est pas vraiment surpris par l’inflation soudaine de ces tickets, qui s’offraient pour plusieurs centaines de dollars « seulement » en saison régulière. À l’heure actuelle sur Ticketmaster, les prix varient entre 1 300 et plus de 5 000 dollars la place ! Sur StubHub, un site de vente, certains disent avoir vu des tarifs grimper jusqu’à 6 000 dollars. « C’est de la folie ! », s’exclament Peter et Jonathan, père et fils titulaires d’un ticket à l’année.

Des prix exorbitants qui ne sont pas au goût de tout le monde. Un fan des Raptors s’est fait remarquer sur Twitter, avec son hashtag « WeTheUnaffordable » (« On ne peut pas se le permettre financièrement ») parodiant ainsi la célèbre devise des Raptors.

Cette question d’argent ne semble pas être le souci de William qui, pour son tout premier match NBA, s’est offert un siège au troisième rang. « Je suis comptable donc je peux me le permettre », assure-il. « Quelqu’un m’a proposé 1 600 dollars pour ma place mais j’ai refusé car je n’ai pas besoin d’argent ! », défend Danny, situé tout près de l’arrière du panier, qui ne veut pas s’étendre sur le business familial dans lequel il travaille.

« J’ai kiffé comme un dingue »

Pour d’autres fans, ce sera direction le bar. C’est le cas d’Alex, un Français d’une vingtaine d’années, originaire de Caen, arrivé à Toronto pour un stage de plusieurs mois : « J’ai regardé les prix oui… mais c’était sans espoir ! J’étais prêt à mettre 300 euros mais c’était le triple (rires) ! » Au moins, il n’oubliera pas son expérience lors du Game 5 contre les Sixers, le seul match auquel il a pu assister : « J’ai eu des frissons pendant tout le match ! Même en étant tout seul, j’ai kiffé comme un dingue. »

Seul au milieu d’une foule, comme à Jurassic Park, là où Ricci comptait se rendre pour suivre le Game 1. « J’aurais pu prendre une place mais je faisais une croix sur mes vacances !« , rigole ce trentenaire qui travaille dans la construction. « J’ai pu voir un match de la série face à Orlando, les prix étaient encore raisonnables. Là, ce n’était même pas une option ! »

Mais visiblement, l’idée d’aller au « Park » lui va aussi : « C’est bien plus intense là-bas. L’autre soir, après le Game 6 (synonyme de qualification en finale au détriment des Bucks), c’était de la démence ! » Il y avait encore un peu de ça ce soir, après la victoire lors de ce premier match des Finals.

À Toronto

A lire aussi
Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |   0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Toronto Raptors en 1 clic

Toute l’info en continu

Afficher les actus suivantes

Les + partagés

Afficher la suite des + partagés