Pariez en ligne avec Unibet
  • 100€ offertsLa suite →

Interview Evan Fournier : « J’ai la haine parce qu’on joue mal ! »

Incapable de battre des formations mal classées, le Magic voit une nouvelle fois les playoffs s’éloigner. Une situation qui agace Evan Fournier.

Face à Washington, Orlando a une nouvelle fois déçu. Opposé à une équipe moyenne de la conférence Est, le Magic a encore raté le coche. Une défaite symbole du manque de régularité dans leurs performances. Capables de l’emporter face aux Raptors ou aux Warriors, les coéquipiers d’Evan Fournier peuvent aussi s’incliner face aux Knicks ou aux Bulls… En colère et frustré par cette défaite du côté de DC, l’arrière français a néanmoins accepté de répondre aux questions de Basket USA.

Evan, c’est une défaite qui fait mal, de nouveau face à un adversaire qui était à votre portée…

Il y a beaucoup de colère… J’ai la haine parce qu’on joue mal. On ne joue pas en équipe depuis le All-Star Game. C’est dommage car on avait réussi à intégrer le Top 8 après de belles victoires face à de belles équipes de chaque conférence (Raptors, Warriors) et ce soir on perd sans avoir jouer au basket. C’est frustrant, vraiment.

« On fait vraiment de la merde »

Justement, quelles sont les raisons de cette baisse de régime soudaine et problématique ?

Quand tu te prends pour une équipe forte alors que tu ne l’es pas, ça devient un problème. Nous sommes bons quand on fait circuler le ballon, quand chacun joue pour l’autre. Dans cette ligue, il faut toujours être sur tes gardes, toujours travailler et chaque soir tenter de répondre présent. Nous, on ne le fait pas. C’est dingue car je pense que nous avons le potentiel et le niveau pour aller en playoffs. On se doit d’être dans le Top 8. C’est frustrant, car on devrait être 6e ce soir. On fait vraiment de la merde.

À titre personnel, c’est aussi soirée une compliquée…

Complètement. Je suis à l’image de l’équipe. Je ne sais pas quoi dire, ni comment l’expliquer. C’est un peu l’histoire de ma saison. En dents de scie, j’ai un souci d’adresse je le sais, on doit faire avec et tout donner pour tenter d’inverser la courbe. On joue de façon différente cette saison, c’est à moi de tout faire pour m’adapter et tout donner pour aider l’équipe à gagner, tout simplement.

Défensivement, on vous a pourtant vu au point sur Bradley Beal en le forçant à multiplier les dribbles et en contestant tous ses déplacements.

Écoute, j’essaie de progresser en défense. Cette saison, on me donne des responsabilités des deux côtés du terrain et je me dois d’être à la hauteur. Ce n’est pas facile, mais je me bats et chaque soir je veux tout donner.

À côté de vous dans le vestiaire, il y a votre ami Nikola Vucevic. Vous avez confié il y a quelques mois, que si Orlando ne participait pas aux playoffs, ce serait peut-être la fin de votre duo en Floride. Vous y pensez ?

De temps en temps, ça me traverse l’esprit. Mais mon but premier quand je rentre sur le terrain, c’est de gagner, pas de rester avec lui. Nous sommes très potes, c’est certain, mais ailleurs ou même après le basket on restera des amis. J’avoue que ça serait bien de rester tous les deux, mais on ne sait pas du tout comment ça va se passer dans les mois qui viennent.

« Pour Fournier For Real, le but, c’est que rien ne soit scénarisé »

Pour évoquer un sujet plus agréable, votre série « Fournier for Real » fait un carton en France. Elle touche tout le monde, amoureux de la balle orange ou pas. Est-ce que vous vous attendiez à un tel succès ?

Cela fait quatre ans que l’on me propose de la faire. À chaque fois, je disais non. Cette saison j’ai craqué, on ne savait pas trop à quoi s’attendre pour être honnête. Aujourd’hui, les gens kiffent, ils attendent avec impatience le prochain épisode. Ça démontre que le travail est bien fait. C’est que du positif.

Les sujets évoqués sont variés et intéressants. Le dernier en date était sur la venue à Orlando d’ados de votre camps d’été….

Moi je ne m’occupe de pas grand-chose. Il y a deux ou trois personnes autour de moi qui me suivent. Ils sont là quand il y a des choses intéressantes. Ils sont venus quand les enfants étaient là. Le but, c’est que rien ne doit être scénarisé. Quand il y a quelque chose de sympa à faire, alors ils viennent et ils filment.

À ce propos, la saison se termine dans un mois et le « jeune Hugo » n’est pas encore venu vous rendre visite. C’est prévu pour quand ?

Il arrive la semaine prochaine contre Memphis et New Orleans. Vous savez je n’ai pas fait grand-chose. C’est la communauté basket qui a monté cette cagnotte pour payer son billet et moi j’y ai un peu participé. Ce qui est marrant, c’est que Hugo c’est une personne que je ne connais pas, mais bizarrement je l’aime bien. Je suis très heureux de l’aider à réaliser son rêve. Voir deux matchs NBA, de son équipe préférée, c’est un kiff pour lui. Faut voir maintenant comment cela va se passer.

Propos recueillis à Washington

A lire aussi
Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |   0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Orlando Magic en 1 clic

Toute l’info en continu

Afficher les actus suivantes

Les + partagés

Afficher la suite des + partagés