Matchs
ce soir
Matchs
ce soir
DET50
NOR56
TOR
MIL0:00
SAS
UTH1:00
NYK
CHA1:30
Analyse News

Classement NBA : comment ça marche ?

Depuis le début de la saison, BasketUSA vous propose une page dédiée pour consulter le classement actuel, ainsi que les statistiques par équipe.

C’est l’occasion pour nous de revenir sur la méthode de classement par conférence, qui n’est pas si intuitive qu’on pourrait le croire.

Rappel

Rappelons que les 30 équipes de la NBA sont divisées en 2 conférences de 15 équipes, l’une à l’Est et l’autre à l’Ouest. Rappelons aussi que chaque conférence est composée de 3 divisions de 5 équipes chacunes.

Profitons-en pour indiquer que sur les 82 matchs de la saison régulière, une équipe rencontre :

  • les membres de l’autre conférence 2 fois (30 matchs)
  • les membres de sa division 4 fois (16 matchs)
  • 6 équipes de sa conférence mais d’une autre division 4 fois (24 matchs)
  • les 4 équipes de sa conférence restante 3 fois (12 matchs)

Le classement par division

Les équipes sont d’abord classées au sein de leur division, dans leur groupe de 5. Pour comparer des équipes qui n’ont pas le même nombre de matchs joués (contrairement au foot il n’existe pas de notion de « journée), on prend simplement en compte le pourcentage de victoires.

Par exemple si une équipe affiche 5 victoires pour 7 défaites, son pourcentage est de 41,6% (5 / 12). Une autre équipe avec 6 victoires et 8 défaites affiche 42,9% (6 / 14). C’est donc la seconde qui serait devant.

La notion de « Games Behind »

Souvent dans les tableaux de classements par division ou conférence, on trouve une colonne « GB », pour Games Behind. Pour le moment nous avons fait le choix de ne pas l’afficher sur  nos pages, mais on la trouve par exemple sur nba.com.

C’est souvent une notion mal comprise. Pour rester simple et concret, la colonne GB indique le nombre de victoires manquant à une équipe pour rattraper le leader.

Aujourd’hui, dans la division Atlantic, Boston est à 14-4 et Toronto à 7-11. Le tableau nous indique de Toronto est 7 matchs derrière Boston. Ceci indique que si Toronto gagne 7 victoires de plus que Boston, les équipes seront à égalité.

Ceci peut arriver sur les 7 prochains matchs : 7 défaites pour les Celtics les mènerait à 14-11, et Toronto arriverait à un résultat identique à l’occasion de 7 victoires de suite.

Mais ceci peut aussi arriver sur les 15 prochains matchs. 8 victoires et 7 défaites pour les Celtics donnerait un 22-11. Si Toronto remporte plus de 7 matchs de plus que Boston, ils doivent remporter l’ensemble des 15 matchs. Ils seraient alors à … 22-11.

Mais pourquoi peut-on trouver des demi-points dans cette colonne ? Parce qu’on ne peut pas toujours arriver à « égalité ». Si on conserve Boston comme exemple, New York est derrière de 4,5 matchs, avec un bilan de 10-9. Si les Knicks remportent 4 matchs de plus que Boston, on aurait par exemple 14-8 contre 14-9 : ce n’est pas assez. Si au contraire ils remportent 5 matchs, de plus, on aurait un bilan de 14-9 contre 15-9. Les Knicks passent devant, mais sans passer par la case « égalité ». Il leur faut donc 4 victoires en 4 matchs et que les Celtics perde de leur côté 5 matchs (on serait alors à 14-9). C’est ce match supplémentaire qui est représenté dans le 0,5.

Pour le calculer simplement, on prend la différence victoires – défaites de la premier équipe (Boston : 14 – 4 = 10), la différente victoires – défaites de la seconde (Toronto : 7 – 11 = -4) , on fait la différence (10 – -4 = 14) et on la divise par 2 (14/2 = 7).

Le classement par conférence

Si le classement par division est relativement simple, celui par conférence est plus intéressant.

Regardons celui d’aujourd’hui (3 décembre), par exemple à l’Ouest

Conférence OUEST
1. San Antonio 83%
2. Dallas 78%
3. Utah 75%
4. LA Lakers 68%
5. New Orleans 72%
6. Oklahoma City 68%
7. Denver 65%
8. Phoenix 50%

Il se passe quelque chose de surprenant au niveau de la 4ème et 5ème place : les LA Lakers, avec un pourcentage inférieur, se retrouvent devant New Orleans. En fait, le classement par conférence n’est pas simplement issu du pourcentage de victoires, mais en fait séparés en deux parties distinctes

Les places 1 à 4 sont réparties entre les 3 leaders de division (San Antonio, Utah et Lakers) et la meilleure équipe au pourcentage de victoire qui n’est pas leader d’une division.

Les places 5 à 15 sont classées « normalement », par pourcentage de victoire.

Ceci explique donc la 4ème place des Lakers : ils sont leaders de leur division, et passent donc devant New Orleans. Oklahoma, à égalité au pourcentage, serait dans tous les cas derrière les Lakers (nous verrons pourquoi plus bas).

A noter que l’avantage du terrain est pour sa part calculé sur le pourcentage de victoire, et non sur le classement. Si tout restait tel que maintenant au 1er tour des playoffs les Lakers recontreraient New Orleans, et mais derniers auraient l’avantage du terrain.

Les « Tie Breakers »

Lorsque plusieurs équipes sont à égalité, on applique des règles appelées « Tie Breakers ».

Pour départager 2 équipes, on regarde, dans l’ordre :

  1. le bilan lors des rencontres entre les 2 équipes
  2. si les 2 équipes appartiennent à la même division, le meilleur pourcentage au sein de la division
  3. le meilleur pourcentage au sein de la conférence
  4. le meilleur pourcentage contre les équipes éligibles aux playoffs dans la conférence
  5. le meilleur pourcentage contre les équipes éligibles aux playoffs dans l’autre conférence
  6. la meilleure différence entre les totaux de points marqués et de points encaissés, prenant en compte toutes les rencontres.

Pour départager un groupe d’équipes (3 ou plus), on applique quasiment les mêmes règles, et on classe en fonction

  1. le bilan lors des rencontres entre les équipes concernées
  2. si les équipes appartiennent à la même division, le meilleur pourcentage au sein de la division
  3. du meilleur pourcentage au sein de la conférence
  4. du meilleur pourcentage contre les équipes éligibles aux playoffs dans la conférence
  5. de la meilleure différence entre les totaux de points marqués et de points encaissés, prenant en compte toutes les rencontres.

Pour revenir sur les Lakers et le Thunder, les deux franchises sont à 13 victoires et 6 défaites. Si on devait déterminer laquelle est devant (rappelez vous, les Lakers sont champions de division, donc bénéficient en premier lieu de cet avantage), on observerait qu’elles ne se sont pas rencontrées encore cette saison, mais le pourcentage de victoire au sein de la conférence Ouest est de 54% pour le Thunder (6 v – 5 d), contre, 64% pour les Lakers (9 v – 5 d). D’où la remarque plus haut : dans tous les cas les Angelinos seraient devant.

Ces fameux tiebreakers ont été très utilisés en fin de saison dernière, surtout dans la conférence Ouest, très serrée pour l’attribution des places de playoffs. Les Nuggets et le Jazz, aux 4ème et 5ème place affichaient tout deux 53 victoires et 29 défaites. Portland, San Antonio et le Thunder, respectivement 6ème, 7ème et 8ème, étaient à égalité avec 50 victoires et 32 défaites.

Dans ce dernier cas, l’égalité a pu être réglée grâce à la première règle. Portland a gagné tous ses matchs contre San Antonio et 3 matchs sur 4 contre Oklahoma (6 victoires – 1 défaites, soit un pourcentage de 85%). San Antonio a gagné 3 matchs sur 4 contre Oklahoma, et perdu à chaque fois contre Portland (3 victoires – 4 défaites). Et le Thunder n’a gagné qu’une fois contre les Blazzers et une fois contre les Spurs (2 victoires – 6 défaites).

Conclusion

On le voit, le système de classement n’est pas simple, avec le double niveau division / conférence, l’absence de la notion de journée et les règles de Tie Breakers. Mais il ne faut pas oublier que l’organisation de la ligue se fait sur un pays de la taille d’un continent, avec des divisions plus ou moins bien réparties de façon géographiques.

Basket USA

à lire aussi

Commentaires Forum (et HS)  |  +  |  Règles et contenus illicites  |  0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *