Pariez en ligne avec Unibet
  • BOS1.57GOL2.43Pariez
  • 150€ offertsLa suite →

J.R. Smith, le collectionneur de frasques en tous genres

J.R. Smith a sans doute réalisé la pire bourde de sa carrière la nuit dernière face aux Warriors en voulant ressortir le ballon à 107-107 et moins de cinq secondes à jouer, gâchant une ultime opportunité de tuer le match au buzzer. Tout au long de son parcours en NBA, l’arrière des Cavs nous a habitués aux actions les plus spectaculaires comme aux comportements les plus imprévisibles à l’image de celui affiché au pire des moments pour les coéquipiers de LeBron James.

Son combat de « chiens fous » entre lui d’un côté et Nick Young de l’autre, deux joueurs de réputation « incontrôlables », était d’ailleurs l’un des jolis clins d’oeil de cette finale que les fans n’avaient pas manqué de mentionner ces derniers jours. « Gérard » leur a donné raison et n’a pas tardé à s’illustrer encore une fois de façon tout à fait inattendue. De quoi déjà prendre un bel avantage dans ce duel à distance.

Il défait les lacets des adversaires, partage une photo des fesses de sa petite amie…

Ce malencontreux « game changer » nous a renvoyés aux souvenirs les plus marquants du pire de l’arrière des Cavs. On n’y trouve rien de comparable à la catastrophe de la nuit dernière, mais tout de même de belles pépites. J.R. s’est en effet montré pour le moins actif en la matière, que ce soit sur ou en dehors du terrain, sur les réseaux sociaux notamment. En dehors du terrain, on se souvient ainsi qu’il avait demandé à ses followers de « célébrer » les morts du 11-septembre, mais aussi qu’il avait posté une photo des fesses de sa petite amie, écopant d’une amende de 25 000 dollars. J.R., c’est aussi le genre à se balader dans un véhicule blindé digne du SWAT à 450 000 dollars, ou à inviter ses followers à venir faire un tour avec lui à vélo dans New York !

Côté basket, les mentions spéciales vont du jet d’un bol de soupe sur l’un des assistants de l’équipe (Damon Jones) en mars dernier, son salut en plein match à Jason Terry qui avait coûté deux points à son équipe à ses premières frasques comme lorsqu’il avait demandé à David Wesley lors de son année rookie en 2004 à New Orleans si les shootaround étaient en option. Smith est aussi capable de quitter le vestiaire de son équipe à la mi-temps pour venir jouer avec des enfants sur le terrain.

On retiendra aussi sa manie soudaine de vouloir défaire les lacets de ses adversaires survenue en 2014. C’est aussi cette année-là qu’il oublie le score d’un match face aux Rockets et prend un improbable shoot à 3-points à 22 secondes de la fin. Un remake inversé de sa boulette du soir puisque sa brique permettra à Houston de récupérer la balle et de s’imposer.

Enfin, J.R. est même capable de se faire remarquer au plus haut sommet de l’Etat puisque Barack Obama himself lui demandera de remettre son tee-shirt après la parade des Cavaliers en 2016. En revanche, quand c’est Noël, on peut compter sur lui pour mettre son plus beau pull…

Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |   0 commentaire Afficher les commentaires