Matchs
hier
Matchs
hier
HOU111
POR104
SAS111
PHO86
LAC99
TOR123
Draft Magazine News Previews

Draft 2018 : qui aura le premier choix ? Réponse ce soir à la « lottery » !

Pour la première lottery de l’histoire hors de New York, une partie de la NBA aura les yeux rivés vers Chicago la nuit prochaine pendant le Game 2 entre Boston et Cleveland, afin de savoir quel sera l’ordre de sélection de la Draft 2018.

La logique sera-t-elle respectée ? Les Suns récupéreront-ils le first pick ? Les Lakers donneront-ils le leur à Philly ou Boston ? Réponses à 1h30 pour une lottery qui sera la dernière sous ce format : l’année prochaine, les trois plus mauvais bilans de la saison auront 14% de chance d’être n°1, soit une chance sur sept, contre une chance sur quatre aujourd’hui. Et le pire bilan aura la possibilité de tomber à la cinquième place alors qu’il était jusqu’ici assuré d’être dans le Top 4.

Deux mesures destinées à freiner le tanking.

QUI PARTICIPE À LA LOTTERY ?

En théorie, toutes les équipes non qualifiées en playoffs, soit 14 équipes. On leur attribue une place, et donc des chances de remporter le premier choix, en fonction de leur bilan en saison régulière. Plus une équipe a été mauvaise en saison régulière, plus elle a de chances de choisir en premier. À l’inverse, les franchises qui ont raté les playoffs de peu ont une infime chance de finir avec le meilleur choix.

Cette fois, pas d’exception comme Boston l’an passé, premier de l’Est mais qui avait le plus de chance de choisir en premier : les Celtics possédaient le choix des Nets – pire équipe de la ligue – cédé lors du transfert de Paul Pierce et Kevin Garnett en 2013. Quoique, les C’s pourraient encore réaliser le hold-up cette année puisqu’ils peuvent récupérer le choix des Lakers.

COMMENT FONCTIONNE LE TIRAGE AU SORT ?

Depuis 1990, et c’est la dernière fois que ce sera le cas en 2018, la plus mauvaise équipe en saison régulière possède 25% de chance de choisir en premier, contre 0,5% pour la 14e équipe. Dans les faits, la NBA utilise désormais 14 balles de ping-pong, numérotées de 1 à 14, et les placent dans une machine qui ressemble à celle du Loto. Au total, il existe 1 001 combinaisons possibles (sans tenir compte de l’ordre de sortie des balles : en clair, la combinaison 1-2-3-4 est la même que la combinaison 4-3-2-1). Ces combinaisons sont attribuées aux équipes en fonction de la probabilité souhaitée. Les Suns en reçoivent donc 250, contre 5 à Denver, équipe non qualifiée en playoffs avec le meilleur bilan en saison régulière.

Le tirage est effectué par trois fois. Les balles sont mélangées pendant vingt secondes, puis chaque balle est aspirée à dix secondes d’intervalle. Si la combinaison d’une équipe déjà tirée au sort retombe, le tirage recommence.

Seuls les trois premiers choix sont tirés au sort. De la 4e à la 14e place, la « lottery » tient compte du classement.

QUI A LE PLUS DE CHANCES DE CHOISIR EN PREMIER ?

Voici le tableau des probabilités (en %) pour chaque équipe. Les Suns sont assurés d’obtenir l’un des quatre premiers choix, et s’ils possèdent 1 chance sur 4 de choisir en 1er, ils ont presque deux chances sur trois de sélectionner dans le Top 3.

À QUI IRA LE CHOIX DES PISTONS ?

Detroit garde son choix s’il est dans le Top 3. Sinon, il file chez les Clippers qui l’avaient récupéré dans l’échange de Blake Griffin. Il y a 97.5% de chance que ce soit le cas.

À QUI IRA LE CHOIX DES LAKERS  ? 

En envoyant Steve Nash aux Lakers en 2012, les Suns ont récupéré un pick très protégé qu’ils ont ensuite envoyé à Philadelphie, et que Boston a récupéré l’an passé en échangeant son premier choix contre le troisième. Concrètement, si les Lakers choisissent en 1er, ou entre la 10e et la 13e place, leur choix va aux Sixers. S’il est 2e ou 3e, il va aux Celtics. Contrairement aux Pistons, les Lakers n’ont aucune chance de garder ce choix.

LA LOGIQUE EST-ELLE SOUVENT RESPECTÉE ?

Il ne valait mieux pas avoir le plus grand nombre de chances de tirer le gros lot avant 2014 : depuis 1990, la logique n’avait été respectée que trois fois (les Nets en 1990, les Cavaliers en 2003 et le Magic en 2004).

Sauf que ces trois dernières années, la logique a bel et bien été respectée et Phoenix se verrait bien poursuivre cette belle série après Minnesota, Philly et Boston (via Brooklyn). Reste que sur les dix dernières saisons, quatre vainqueurs avaient moins de 10% de chance de l’emporter dont les Bulls en 2008 (1.7%, Derrick Rose), les Cavaliers en 2011 (2.8%, Kyrie Irving) et de nouveau les Cavs en 2014 (1.7%, Andrew Wiggins, plus tard échangé contre Kevin Love).

QUI SONT LES ÉMISSAIRES ENVOYÉS PAR LES FRANCHISES ?

Atlanta Hawks – Jami Gertz (propriétaire)

Boston Celtics – Rich Gotham (président)

Charlotte Hornets – Mitch Kupchak (président)

Chicago Bulls – Michael Reinsdorf (président)

Cleveland Cavaliers – Nick Gilbert (fils du propriétaire Dan, qui avait porté chance aux Cavs en 2011)

Dallas Mavericks – Michael Finley (assistant GM)

Denver Nuggets – Jamal Murray (joueur)

Detroit Pistons – Luke Kennard (joueur)

Los Angeles Clippers – Jerry West (consultant)

Memphis Grizzlies – Elliot Perry (actionnaire minoritaire)

New York Knicks – Scott Perry (General Manager)

Orlando Magic – Jeff Weltman (président), Pat Williams (cofondateur), et Lil Penny (la version floridienne du Lucky Penny, un porte bonheur)

Philadelphia 76ers – Elton Brand (General Manager des Delaware Blue Coats)

Phoenix Suns – Josh Jackson (joueur)

Sacramento Kings – De’Aaron Fox (joueur)

Visuel : Tankathon

Basket USA

à lire aussi

Commentaires Forum (et HS)  |  +  |  Règles et contenus illicites  |  0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *