News

Est-ce que Steve Kerr a manqué de respect aux Suns ?

Il y a deux ans, Joe Lacob, le propriétaire des Warriors, faisait polémique en annonçant que sa franchise avait « des années-lumière d’avance sur le reste de la NBA » en termes d’innovation et de management. Cette nuit, c’est Steve Kerr qui a choisi d’innover… en laissant ses joueurs prendre le contrôle de tous les temps-morts.

Jared Dudley : « Est-ce qu’on mérite le respect en ce moment ? »

Rapidement, le choix du technicien a suscité de vives réactions. Sur NBA TV, Sam Mitchell s’est par exemple offusqué d’une telle décision, pointant du doigt le salaire de Steve Kerr, alors que Steve Smith a lui insisté sur le non respect de l’adversaire.

Même son de cloche chez Jared Dudley, l’ailier des Suns.

« C’est la preuve d’un manque de respect vis-à-vis de l’adversaire, mais est-ce qu’on mérite le respect en ce moment ? » demande-t-il. « Quand vous continuez d’être battus de 40 points, les équipes ne vous respectent plus, mais c’est à nous de changer ça. »

Sur ce point, l’entraineur des Warriors, conscient d’une potentielle interprétation négative, a pris soin d’expliquer les raisons de sa décision à son homologue Jay Triano après la rencontre.

« Ça n’avait rien à avoir avec Phoenix, ce n’était en aucun cas un manque de respect, » a-t-il prévenu. « C’est ce que j’ai dit à Jay Triano. Ça fait un mois qu’on n’est pas concentré, qu’on ne parle pas assez sur le terrain et que mon message ne passe pas, donc c’était simplement une nouvelle façon d’atteindre mes joueurs. Et ce soir j’ai trouvé que la communication et la concentration étaient bonnes. C’était une soirée très positive. »

La solution pour éviter le match piège

Évidemment, on peut imaginer que Steve Kerr n’aurait pas tenté cette expérience contre les Spurs ou contre le Thunder la semaine dernière mais à bien des égards, la venue de Phoenix représentait une aubaine pour le coaching staff. Souvent tête en l’air, les Warriors ont tendance à se mettre au niveau de leur adversaire. C’était le cas dernièrement à Sacramento, lorsque les Dubs ont gagné malgré 25 pertes de balles.

Alors que les Suns venaient de perdre de 48 points à domicile face à San Antonio, le match de cette nuit avait tout d’un traquenard. C’est la raison pour laquelle Steve Kerr avait décidé de donner plein pouvoir à ses joueurs.

« J’ai prévenu les joueurs après le match face aux Spurs, » explique-t-il après la rencontre. « Vous savez c’est leur équipe et c’est l’une des premières choses que vous devez réaliser en tant qu’entraineur. Ce n’est pas mon équipe, ou celle de Bob Myers, ou celle de Joe Lacob, même si je n’oserais pas dire ça à Joe. C’est l’équipe des joueurs, et ils doivent en prendre les rênes. Nous sommes simplement là pour les mettre dans la bonne direction mais ce sont eux qui contrôlent l’issue du match. »

Si les spectateurs et téléspectateurs ont ainsi vu le détachement du coaching staff pendant le match, c’est en fait depuis la veille que les joueurs avaient pris les commandes. Signe de la confiance absolue que Steve Kerr a pour ses joueurs.

« Andre (Iguodala) a pris la direction du shootaround et de la séance vidéo, avec l’aide de JaVale McGee pour faire défiler la vidéo. Nous n’avions désigné personne en particulier, nous voulions qu’ils se débrouillent, qu’ils communiquent, qu’ils soient plus présents que lors des dernières semaines, » a-t-il décrit.

Si Andre Iguodala et David West ont été responsable des premiers temps morts, c’est souvent Draymond Green, ménagé ce soir, qui s’est trouvé assis devant ses coéquipiers, plaquette et feutre à la main.

À en croire ses coéquipiers, la grande gueule des Warriors s’est plutôt bien débrouillé dans ce nouveau rôle, à l’exception d’un choix en particulier.

« Il a voulu m’envoyer au alley oop sur un backdoor, » avouait un Omri Casspi hilare en conférence de presse. « Si c’était un vrai coach, je pense qu’il se serait fait virer mais comme je lui ai dit, j’apprécie le respect qu’il a pour ma détente. »

« Ça nous a permis d’apprécier tout ce que font les coaches »

Stephen Curry s’est lui aussi essayé au tableau noir avant le début de la deuxième mi-temps, et le double MVP a rencontré quelques soucis techniques.

« J’ai été horrible. J’ai pensé à une action mais en voulant la dessiner j’ai oublié la deuxième option, j’avais deux joueurs au mauvais endroit, et les arbitres sont venus me voir pour me dire que je prenais trop de temps, » confesse-t-il tout en revenant sur les points positifs de cette préparation unique. « Ça nous a permis d’apprécier tout ce que les coachs font pour préparer le match et ça nous a forcés à être plus attentifs. »

Davantage responsabilisés, les Warriors ont donc réussi avec brio ce premier match en autonomie, poussant même Steve Kerr à être pris à son propre jeu.

« Ce soir, ils avaient besoin d’entendre une nouvelle voix mais ne nous enflammons pas. Je veux rester ici, j’aime mon job mais ce soir ils avaient besoin de sang neuf, » blague l’entraineur.

Basket USA

à lire aussi

Commentaires Forum (et HS)  |  +  |  Règles et contenus illicites  |  0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *