Pariez en ligne avec Unibet
  • PHI1.05ORL9.15Pariez
  • MIA1.3DEN3.4Pariez
  • 100€ offertsLa suite →

Selon son père, Isaiah Thomas n’en veut pas aux Celtics

Isaiah Thomas n’oubliera jamais 2017. Une année faite de hauts et de bas, de rires et de larmes, d’exploits et de drames… Quelques mois après avoir perdu sa petite soeur dans un accident, puis jeter l’éponge en finale de conférence, le meneur All-Star est à nouveau au coeur de l’actualité avec ce transfert aux Cavaliers. Comment a-t-il pris ce départ surprise ? En veut-il à ses dirigeants ? Pour l’instant, le joueur se tait, et le Boston Globe est allé à la pêche aux infos auprès de son père, James Thomas.

« Il reste Isaiah, quoi qu’il fasse et où qu’il aille » répond son papa. « C’est du business, et on le prend bien. Il va très bien, et c’est juste une question de temps pour lui pour être payé. »

« Être payé », ça signifie toucher le pactole lors de son prochain contrat alors qu’il possédera cette saison le 9e salaire des Cavaliers avec « seulement » 6.3 millions de dollars.

« Isaiah a réussi à passer outre tous les obstacles placés devant lui. Il sait comment y faire. Il garde son sang froid et joue tout simplement. Au final, c’est juste du basket, et ça reste un rêve. « 

Jouer avec LeBron, il y a pire comme destination…

Résultat : aucune rancoeur dans le camp Thomas car on est habitué à ce que sa vie et sa carrière ne soient pas un long fleuve tranquille, et on n’oublie surtout pas que les Celtics l’ont placé sur le devant de la scène.

« Il y a eu de bons moments à Boston. Ils se comportaient bien avec nous, et ils ont donné une chance à mon fils de jouer en NBA. On n’a rien contre eux, et je n’ai que des bonnes choses à dire sur eux. Par rapport à la saison passée, il ne reste plus qu’un titulaire aux Celtics. Peut-être qu’ils font ce qu’il y a de mieux pour Boston. Tout du moins, ils pensent l’avoir fait. »

Et puis, il y a pire comme destination puisque Isaiah Thomas rejoint la meilleure équipe de l’Est, Cleveland : champion en 2016 et finaliste en 2015 et 2017….

« Au final, que peut-on dire ? » demande le père d’Isaiah. « On joue avec LeBron… Ce que je veux dire, c’est combien de joueurs vont évoluer aux côtés du meilleur joueur de la planète ? Et en plus, c’est un joueur qui vous apprécie, et qui dit que personne ne peut vous arrêter. »

Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |   0 commentaire Afficher les commentaires