Matchs
hier
Matchs
hier
DEN108
LAL114
Pariez en ligne avec Unibet
  • BOS1.66MIA2.4Pariez
  • LOS1.4DEN2.95Pariez
  • 100€ offertsLa suite →

Preview NBA Finals 2017 : Golden State – Cleveland

Un tapis rouge déroulé par toute la concurrence, des superstars dans tous les coins, le parfum de la mer et ses vagues de 3 points incessantes… Ce n’est pas le festival de Cannes, mais bien les NBA Finals !

Les cinq dernières minutes du match 7 des Finals 2016 entre Golden State et Cleveland ont décroché à elles seules la Palme d’or du meilleur scénario, et ce pour un bout de temps. Le retour en haut de l’affiche de ces deux équipes favorites pour un troisième opus, une belle historique, était plus qu’attendu. En plus d’avoir (encore) l’avantage du terrain, Golden State se présente cette saison avec un renfort de poids au casting, avec Kevin Durant.

En face, LeBron James est toujours aussi inarrêtable et peut compter sur des seconds rôles plus que jamais au garde à vous. C’est la finale rêvée, et celle-ci promet d’offrir (enfin) aux fans NBA des débats pimentés et des duels acharnés.

MENEURS

Comparer Steph Curry et Kyrie Irving peut s’avérer être un exercice difficile tant les deux meneurs sont exceptionnels dans leurs styles respectifs. Mais à y regarder de plus près, le chef d’orchestre des Cavs a beau être au sommet de son art, il trouve face à lui ce qui se dessine tout bonnement comme le meilleur shooteur de l’histoire de ce jeu.

C’est d’ailleurs sur ce point que le fils de Dell Curry possède une large avance au niveau statistique sur son rival, avec un pourcentage derrière l’arc en playoffs pour le moins désarmant : 43.1 % (35.6% pour Irving). Passé à côté de son match 7 il y a un an, Stephen Curry abordera ce face à face avec le couteau entre les dents. Il devra essayer de maîtriser ses coups de folie et se comporter comme un vrai leader d’équipe, dans les moments forts comme dans les plus difficiles.

Avantage : Golden State

EXTÉRIEURS

Thompson-Durant d’un côté, Smith-James de l’autre, voilà sans doute là l’une des clés de cette série. Klay Thompson est capable des coups d’éclats les plus improbables et part avec une longueur d’avance sur le fantasque JR Smith. Cette année encore, son job attitré sera de sanctionner le moindre espace en attaque et de limiter Kyrie Irving en défense.

Aux côtés de ce duo de facteurs X par excellence, vont se mesurer les deux meilleurs ailiers de leur époque. À l’intersaison, Golden State a cherché un moyen supplémentaire de contenir LeBron James à l’aile. Mais qui peut réellement « contenir » LeBron James, en lice pour sa 7e finale NBA consécutive, sur cette planète ? Avec Kevin Durant, les Warriors ne pouvaient rêver meilleur renfort. Au sein d’une « Super Team », l’ex-franchise player d’OKC a l’occasion de renverser le cours de sa carrière en décrochant enfin le Graal. Son duel fac à un LeBron James en pleine confiance après avoir dépassé son altesse Michael Jordan au rang des meilleurs marqueurs de l’histoire des playoffs, sera déterminant.

Et l’aide d’Andre Iguodala en sortie de banc ne sera sans doute pas de trop. Si LBJ part avec un léger avantage mental sur KD, tous les compteurs seront remis à zéro pour ce nouveau rendez-vous dans un contexte totalement différent de la finale de 2012 entre Miami et Oklahoma City.

Egalité

INTÉRIEURS

Draymond Green face à Kevin Love. C’est là encore une opposition de styles difficile à départager. Entre deux protagonistes qui maîtrisent leur art à la perfection, entre un shooteur/rebondeur et un défenseur/organisateur.

Kevin Love est précieux pour punir et écarter les défenses, mais Draymond Green reste un joueur inclassable, l’un des plus complets de la ligue à son poste. Suspendu dans le Game 5 qui a fait basculer la dernière finale, l’intérieur des Warriors sera animé d’un sentiment de revanche et de motivation décuplés. À côté de cela, le match-up entre Zaza Pachulia, qui sera totalement remis pour le Game 1 ce jeudi soir, et Tristan Thompson, sera également à surveiller de près. Le pivot des Cavs ne cesse de progresser année après année et aura un rôle très important dans la bonne tenue des siens. Surtout qu’en face, David West et JaVale McGee peuvent proposer des défis différents à l’intérieur, là où les Cavaliers sont plus limités.

Avantage : Cleveland

LES BANCS

Sensiblement équivalents à première vue, les bancs n’ont pas tout à fait la même complémentarité. Là où Cleveland a blindé son secteur extérieur avec un quatuor Deron Williams -Iman Shumpert – Kyle Korver – Richard Jefferson de choix, il manque toujours le successeur de Timofey Mozgov dans la raquette des Cavs, un poste 5 costaud pour épauler l’intérieur fuyant Channing Frye. Pour leur part, les Warriors ont opté pour un axe 1-3-5 Shaun Livingston – Andre Iguodala – David West.

Un trio parfaitement équilibré et rompu aux joutes des playoffs auquel pourra se greffer un noyau soudé selon les besoins (Ian Clark, JaVale McGee, Patrick McCaw…). Comme pour Kevin Durant, David West a là une occasion de ponctuer sa superbe carrière par le titre suprême. De quoi motiver même le plus surmotivé des joueurs.

Avantage : Golden State

LES COACHES

Depuis son arrivée à Golden State, le bilan de Steve Kerr (207 victoires – 39 défaites) parle pour lui. Le coach a su transformer les Warriors en machine de guerre, qui atteint sa troisième victoire en trois ans et qui peut s’imposer comme une dynastie à moyen terme. Logiquement, il devrait avoir l’avantage face à un Tyronn Lue qui a hérité de l’équipe en cours de saison dernière et dont le principal avantage, par rapport à David Blatt, est sa relation avec LeBron James.

Mais après les difficultés de la saison régulière, marquée par des problèmes défensifs récurrents, Cleveland affiche un tout autre visage en playoffs. Plus concentrés, mieux préparés, les Cavaliers semblent capables de se transfigurer face aux échéances importantes. Et puis, face à Mike Brown, le combat des coaches semble davantage équilibré.

Egalité

LA CLÉ DE LA SÉRIE

L’impact de LeBron James. Monstrueux depuis le début des playoffs, par sa capacité à punir toutes les défenses qui lui sont opposées, LeBron James avait déjà été le moteur essentiel du retour des Cavaliers l’an passé.

Avec Kevin Durant mais également Andre Iguodala ou Draymond Green, les Warriors ont des armes pour gêner le King, mais Golden State aime par-dessus tout avoir du rythme. Lors du Game 1 face aux Spurs, on a bien vu que l’équipe pouvait souffrir face à un joueur capable de calmer le tempo pour chercher des lancers francs ou des points en fin de possession. C’est le jeu que risquent de proposer les Cavaliers pendant toute la série, et que les Californiens vont devoir gérer.

S’ils parviennent à limiter l’impact de LeBron, ou à l’isoler, ce sera très compliqué pour les joueurs de l’Ohio.

EN SAISON RÉGULIÈRE

Egalité 1-1

25 décembre 2016 : Cleveland – Golden State (109-108)
16 janvier 2017 : Golden State – Cleveland (126-91)

LE SAVIEZ-VOUS ?

5 995 points. Le total de LeBron James qui a dépassé Michael Jordan (5 988) au rang de meilleur scoreur de l’histoire des playoffs lors du dernier match remporté à Boston en finale de Conférence.

38 points. Le plus gros carton de Steph Curry au scoring lors des deux dernières finales. C’était lors du Game 4 remporté à Cleveland en 2016 (108-97), le dernier de la série pour les Warriors. Malgré deux pointes à 41 points l’an dernier, LeBron James n’a pour sa part jamais fait mieux que lors du premier duel entre les deux équipes à ce stade de la compétition, le 4 juin 2015. LBJ avait planté 44 points, mais les Cavs s’étaient inclinés en prolongation, 108-100.

-10. La moyenne de points d’André Iguodala a lourdement chuté entre sa finale de rêve en 2014 (16.3 points par match, MVP des finales), et ses statistiques actuelles en post-season (6.5 points).

72. Les Cavs ont réalisé la première mi-temps de leur histoire en playoffs dans le Game 2 à Boston en finale de conférence, avec 72 points. Lors de cette rencontre, ils ont également obtenu leur plus large succès en playoffs (+44).

Lors du Game 3 face au Jazz en demi-finale de conférence, Klay Thompson est devenu le Warrior ayant joué le plus de minutes dans l’histoire de la franchise en playoffs, en dépassant Rick Barry (2 579 minutes). Lors du dernier match de la finale de Conférence Ouest, Stephen Curry a pour sa part détrôné Rick Barry du rang de meilleur marqueur de la franchise.

30. LeBron James reste sur 30 séries d’affilée avec au moins une victoire à l’extérieur. Record NBA.

VERDICT

Les Warriors partent avec deux avantages : recevoir à quatre reprises, et ajouter Kevin Durant par rapport à l’an dernier. Avec un tel arsenal, les coéquipiers de Stephen Curry sont capables d’éteindre n’importe quelle formation qui se présentera en travers de leur chemin. Comme les Spurs en 2014, ils ont appris de leurs erreurs du passé et abordent cette finale avec une motivation débordante. Cette fois, on ne reprendra plus Curry à faire une passe dans le dos dans le money-time.

Cette fois, les Warriors sont de retour en finale pour renouer avec la victoire, et on ne voit pas les Cavs de LeBron James, malgré un effectif également à la hauteur, parvenir à les inquiéter plus de six matchs.

Golden State 4-2

LE CALENDRIER

Game 1 à Golden State, le jeudi 1er juin (3h00, dans la nuit de jeudi à vendredi, en France)
Game 2 à Golden State, le dimanche 4 juin (2h00)
Game 3 à Cleveland, le mercredi 7 juin (3h00)
Game 4 à Cleveland, le vendredi 9 juin (3h00)
Game 5 à Golden State, le lundi 12 juin (3h00)*
Game 6 à Cleveland, le jeudi 15 juin (3h00)*
Game 7 à Golden State, le dimanche 18 juin (2h00)*

* si nécessaire


A lire aussi
Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |   0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Golden State Warriors en 1 clic

Toute l’info en continu

Afficher les actus suivantes

Les + partagés

Afficher la suite des + partagés