Matchs
ce soir
Matchs
ce soir
CHA
BOS1:00
DET
CLE1:00
IND
UTH1:00
PHI
PHO1:00
ATL
LAC1:30
MEM
DAL2:00
MIL
DEN2:00
NOR
SAS2:00
SAC
OKC4:00
Histoire News

Les Sixers 1966-1967 ne veulent pas être les oubliés de l’histoire en NBA

Quand on évoque les meilleures équipes de l’histoire de la NBA, ce sont souvent les mêmes qui reviennent depuis plusieurs décennies : les Bulls de 1995-1996, les Lakers de 1986-1987, les Celtics de 1985-1986, les Lakers de 1971-1972 ou encore, parfois, les Bucks de 1970-1971.

Une équipe est oubliée : les Sixers de 1966-1967. Pourquoi ? Probablement parce que cette formation est trop lointaine dans l’histoire, puisqu’elle célèbre son 50e anniversaire cette saison, et elle demeure coincée dans la dynastie des Celtics de Bill Russell, dominante entre 1956 et 1969 avec 11 trophées de champion.

68 victoires et cinquième bilan de l’histoire

Pourtant, elle a complètement sa place dans le panthéon des équipes les plus dominantes de tous les temps.

« Beaucoup de gens pensent que le basket a été inventé avec Larry Bird et Magic Johnson », regrette Wali Jones dans les colonnes de Philly, arrière des Sixers durant cette saison 1966-1967. « Au fil des années, quand on a parlé des plus grandes équipes de l’histoire, on ne nous mentionne plus. »

Commençons par les chiffres. Les Sixers ont remporté 68 matches, pour 13 défaites (81 rencontres par an à l’époque), soit le 5e bilan de tous les temps. Les Sixers inscrivaient 125.2 points de moyenne, meilleure moyenne de la ligue, et shootaient à 48.3% de réussite au shoot avec 26.4 passes de moyenne, là encore deux statistiques références de cette saison.

« C’était la meilleure équipe dans laquelle j’ai joué », reconnaîtra Wilt Chamberlain. « La meilleure que j’ai vue. »

Les Sixers 1966-1967 possèdent encore un record NBA : le meilleur départ pour 50 matches avec 46 succès et 4 défaites (égalé par les Warriors la saison passée).

Le monstre Wilt Chamberlain

Bien évidemment, Wilt Chamberlain domine la saison de son équipe. Sans lui, les Sixers n’auraient jamais été aussi forts.

« Wilt transcende tout le monde », explique le rookie de l’époque Bill Melchionni.

Le monstre offensif des premières saisons avait laissé la place à un joueur plus complet car plus adroit et plus passeur. Le pivot gagnera son 3e trophée de MVP de la saison avec 24.1 points, 24.2 rebonds et 7.8 passes de moyenne !

Avec 68% de réussite, il réussit à l’époque la saison la plus adroite de l’histoire (la 4e désormais) et on retiendra aussi ses 41 rebonds dans le Game 3 de la série contre Boston, en playoffs, record NBA encore aujourd’hui pour un match de playoffs.

« Quand il était prêt à jouer, personne ne pouvait le stopper », constate Billy Cunningham.

Pourtant, Wilt Chamberlain avait manqué une partie du training camp pour des histoires de contrat. Juste avant la saison, l’homme aux 100 points signe un contrat d’un an pour 200 000 dollars et intègre enfin l’équipe.

Élue meilleure équipe de l’histoire en 1980…

Suivront alors de nombreuses victoires, et notamment lors du cinquième match de la saison avec un succès qui va faire trembler la ligue : une fessée infligée à Boston, 138-96, pourtant champion NBA sur 9 des 10 dernières saisons !

Wilt Chamberlain ne fut pas seul pour autant. Hal Greer a réalisé une superbe saison avec 22.1 points de moyenne, et il intégrera la All-NBA Second Team en fin de saison, mais aussi Chet Walker (19.3 points) ou encore Billy Cunningham (18.5 points). Les Sixers élimineront donc Boston 4-1 en finale de conférence avant de remporter le second titre de l’histoire de la franchise, après celui de 1955, contre les Warriors et une série remportée 4-2.

En 1980, la NBA célèbre d’ailleurs son 35e anniversaire. Les Sixers de 1966-1967 seront alors consacrés comme la meilleure équipe de l’histoire. Malheureusement pour eux, Magic, Bird, Michael Jordan et tant d’autres légendes vont balayer les décennies suivantes et écrire des pages d’histoire encore plus belles, encore plus grandes.

« Toute cette saison fut magique », relate Wali Jones. « On a joué un basket presque parfait. Pour ceux qui l’oublient, allez nous chercher sur Google et ce que vous allez trouver va vous impressionner. »

Basket USA

à lire aussi

Commentaires Forum (et HS)  |  +  |  Règles et contenus illicites  |  0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *