Pariez en ligne avec Unibet
  • 100€ offertsLa suite →

Barack Obama : « Merci à Cleveland de permettre aux Bulls 96 de rester la meilleure équipe de tous les temps »

obama-cavaliersFutur président des Etats-Unis, Donald Trump n’était pas le seul à rencontrer Barack Obama ce jeudi, puisque cette rencontre historique précédait la visite des Cavaliers à la Maison Blanche. Une visite historique aussi puisqu’il s’agissait du dernier discours de félicitations d’Obama, grand amateur de basket. En voici la transcription quasi intégrale.

« Je veux remercier la chemise de J.R. Smith d’être là »

« Bienvenue à la Maison Blanche aux champions du monde, les Cleveland Cavaliers » a-t-il lancé. « Oui, c’est exact, j’ai mis « champions du monde » et « Cleveland » dans la même phrase. C’est ce qu’on dit lorsqu’on parle d’espoir et de changement. (…) Avant d’aller plus loin, je veux remercier la chemise de J.R. Smith d’être là. Je n’étais pas certain de la voir aujourd’hui. Je suis content qu’elle soit là, et elle est très belle. »

« Ils ont commencé par gagner leurs dix premiers matches, établissant un record à 3-points. Mais évidemment, ce que l’on retient de cette équipe, c’est qu’elle a réussi quelque chose d’unique dans l’histoire de la NBA : revenir de 3-1 dans une finale. C’est la première équipe à s’être sortie d’un tel fossé. »

« Et j’ajouterais qu’au passage, en éliminant les Warriors, ils permettent aux Bulls de 1996 de rester la meilleure équipe de tous les temps. Votre Président vous en remercie. »

« Ce comeback était remarquable, et on apprend des gens lorsqu’ils sont à terre. Contre une équipe des Warriors d’un niveau historique, les Cavs ont gagné des Game 5 et 6 de plus de 10 points. LeBron et Kyrie, vous êtes devenus le premier duo à inscrire 40 points chacun dans un match d’une finale. »

« Kevin a défendu ! »

« Puis il y a eu ce Game 7, les Cavs sont menés à l’extérieur, mais c’était pour mieux renverser le cours du match et s’imposer après deux dernières minutes incroyables. Il y a ce contre que LeBron définit comme la plus grande action de sa carrière. Il y a ce shoot de Kyrie pour donner cinq points d’avance. Puis il y a cette défense de Love. J’insiste, Kevin a défendu, et je n’avais jamais vu ça. »

« Mais il n’y avait pas que ces joueurs d’exception. Pas uniquement en finale, mais pendant toute la saison, ce fut un effort collectif. J.R. donne toujours l’impression de mettre ces tirs. « Non, non, ne shoote pas ! » et finalement, on est là « Man, c’était un super shoot ! ».

« Il y a Tristan Thompson, qui a un moteur aussi puissant que n’importe qui, et qui a faire des heures sup’ pour apprendre par lui même à shooter des lancers-francs de l’autre main. J’aurais dû essayer ça ici pour signer certaines factures… »

« Il y a Channing Frye, qui est arrivé juste avant la fin des transferts, et il a changé l’esprit dans le vestiaire, tout en shootant avec précision. Richard Jefferson et Dahntay Jones ont apporté du leadership et ils ont donné l’exemple à tous ces vieux qu’il était encore possible de faire certaines choses à leurs âges. »

« LeBron James Jones »

« Iman Shumpert n’a pas uniquement apporté une super défense et des points, mais il a coupé le cordon ombilical de son enfant avec une paire d’écouteurs. C’était un move digne du All-Star game. Digne de MacGyver. »

« Et bien sûr, il y a le joueur préféré de LeBron James de tous les temps, James Jones. Les deux ne font qu’un. Six finales de suite. Même leurs noms vont ensemble : LeBron James Jones. Mais la vérité, c’est que LeBron ne serait pas LeBron sans ses coéquipiers. Kyrie, Kevin, Tristan.

« Le frère de Michelle, qui est un excellent basketteur, dit toujours qu’on en apprend beaucoup sur la personnalité d’un joueur à sa manière de jouer au basket. Quand on observe LeBron James, on ne voit pas uniquement sa puissance, sa vitesse et sa détente. On voit aussi son altruisme, son éthique de travail, sa persévérance à toujours faire le bon geste. C’est sa détermination. Tout ça fait de lui un des plus grands joueurs de l’histoire. »

« On l’a vu lors des trois derniers matchs. Il a cumulé quelques unes des statistiques les plus incroyables de l’histoire des finales. Il l’avait fait l’an passé malgré les blessures, portant son équipe jusqu’au bout pour donner une finale accrochée. On a vu ce gamin d’Akron se mettre à genou lorsqu’il a réalisé qu’il avait enfin tenu la promesse faite il y a des années : ramener un titre dans le nord est de l’Ohio. C’est un joueur et une équipe qui savent ce que veut dire un titre pour la ville de Cleveland. C’est une ville qui avait tant traversé en matière de sport : le Fumble, le Drive, Jordan face à Ehlo. Et beaucoup plus encore. Malgré ça, Cleveland est resté Believeland ».

A lire aussi
Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |   0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cleveland Cavaliers en 1 clic

Toute l’info en continu

Afficher les actus suivantes

Les + partagés

Afficher la suite des + partagés