Matchs
ce soir
Matchs
ce soir
ORL
TOR1:00
WAS
LAC1:00
MIA
BRO1:30
NYK
POR1:30
News

James Harden s’épanouit comme meneur de jeu

harden-wallMoins médiatisé que Russell Westbrook, James Harden réalise pourtant un début de saison exceptionnel avec 31.6 pts, 12.7 pds et 7.1 rbds de moyenne. Le tout à 50% aux tirs, et 40% à 3-points. Des stats dignes d’un MVP pour un joueur transformé par les systèmes de Mike D’Antoni.

« Je m’épanouis à scorer et créer des tirs pour mes coéquipiers » explique la star de Houston dans The Vertical. « A chaque match, je ferai le nécessaire pour gagner, que ce soit des points, des passes, ou quoi que ce soit. Le coach a beaucoup confiance en moi, et mes coéquipiers aussi. »

« J’ai beaucoup appris »

Jugeant qu’il est aujourd’hui le meilleur joueur et meilleur passeur de la ligue, Harden ne veut pas attendre parler de stats ou de l’exploit de Nate Archibald, seul joueur à avoir terminé meilleur marqueur et passeur de la NBA.

« Je veux juste gagner, et je ne pense pas vraiment à tout ça » répond-t-il. « Terminer deuxième du vote du MVP en 2015 puis enchaîner sur une saison moins bonne en 2016 était une bonne chose pour moi. C’était une année pour grandir. J’ai beaucoup appris, je me suis amélioré et j’ai simplement attaqué la saison avec une mentalité différente. »

Pour lui permettre de redevenir le Harden de 2015, et même franchir un cap, les dirigeants lui ont trouvé un coach offensif, mais surtout ils l’ont entouré de shooteurs. Indispensable pour écarter le jeu, et desserrer les défenses.

« Il y a beaucoup d’espace, beaucoup plus d’occasions d’aller au cercle et de trouver les gars » poursuit Harden. « Avant, c’était plus embouteillé. On doit respecter nos shooteurs, et être capable de les trouver ou de savoir où ils sont. Sinon, ils vous le font payer. »

Plus « playmaker » que jamais, Harden doit encore corriger deux secteurs : les balles perdues et bien sûr la défense. Pour Trevor Ariza, c’est un faux débat.

« Même si les gens disent qu’il n’est pas bon en défense, je sais qu’il peut défendre. Ce que j’essaie de faire, c’est d’être derrière lui et de l’encourager. Peu importe si ça le rend dingue, mais j’échouerais dans ma tâche si je n’était pas là pour lui dire ce qu’il faut faire. En défense, on essaie de compter les uns sur les autres. Et si on voit qu’il ne fait pas ce qu’il est censé faire, on lui fait savoir. »

Basket USA

à lire aussi

Commentaires Forum (et HS)  |  +  |  Règles et contenus illicites  |  0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *