Pariez en ligne avec Unibet
  • PHI1.05ORL9.15Pariez
  • MIA1.3DEN3.4Pariez
  • 100€ offertsLa suite →

22 v’là la nouvelle saison NBA !

22Après quatre mois et demi de pause, la NBA reprend ses droits ce soir avec trois matches dont deux belles affiches, puis 14 dès mercredi soir ! La chasse aux Warriors s’annonce palpitante avec une conférence Ouest plus relevée que jamais, mais aussi des Cavaliers qui semblent avoir un boulevard pour retrouver les Finals. Sur les parquets, des légendes pourraient entamer leur dernière danse, de Kobe Bryant à Vince Carter, en passant par Tim Duncan, Paul Pierce ou Manu Ginobili.

En 22 questions, présentation de cette saison déjà passionnante.

1- Les Warriors sont-ils armés pour réussir le doublé ?

Créer une dynastie. C’est l’objectif des dirigeants et des joueurs des Warriors, champions NBA en juin dernier, et la franchise s’en est donnée les moyens en prolongeant Draymond Green, et peut-être bientôt Harrison Barnes. Golden State va défendre son titre avec le même groupe et ils sont automatiquement favoris pour le titre. L’effet de surprise ne sera plus là, les concurrents de l’Ouest sont surarmés, mais les Warriors seront difficiles à battre avec un jeu qui allie spectacle et efficacité. Emmenés par Stephen Curry, ils sont les symboles du basket actuel, fait d’adresse extérieure, de vitesse et de polyvalence.

2- Est-ce la dernière saison de Kobe Bryant ?

En théorie, oui. La star des Lakers a déjà annoncé qu’il attendrait la fin de saison pour décider, ou pas, de prendre sa retraite. Il entame sa 20e année aux Lakers, mais aussi la dernière de son contrat. Joueur le mieux payé de la NBA, le « Black Mamba » sera free agent en juillet prochain. Voudra-t-il prolonger d’un an avec ses jeunes coéquipiers, ou quitter les parquets après avoir passé plus de la moitié de sa vie en NBA ? Réponse dans quelques mois après une saison, on l’espère, passée loin de l’infirmerie.

Rudy Gobert

3- Reverra-t-on un Français au All-Star game ?

Qu’il semble loin le temps où la France réalisait le petit exploit de placer deux joueurs au All-Star game : Tony Parker et Joakim Noah. Aujourd’hui les deux « étoilés » restent sur deux saisons très moyennes, et ils ne semblent plus faire partie des meilleurs joueurs à leur poste. Derrière eux, Nicolas Batum a un beau coup à jouer à Charlotte. La conférence est plus faible et il y a moins de concurrence sur les postes extérieurs. Autre élément à suivre : Rudy Gobert. Auteur d’une fin de saison exceptionnelle, le pivot de l’Equipe de France représente l’avenir à son poste. Ambitieux, il veut être All-Star. Dès cette saison ? Ce serait un énorme exploit.

4- La conférence Ouest est-elle encore plus forte ?

Chaque année, on a l’impression que l’écart de niveau entre l’Est et l’Ouest s’accroît, et c’est encore le cas cette année. A l’exception de Cleveland, tous les favoris au titre se trouvent à l’Ouest ! San Antonio, Golden State, OKC ou encore LA Clippers et Houston seraient capables d’atteindre la soixantaine de victoires de l’autre côté des Etats-Unis. A l’Est, il y a tout de même du mieux avec un niveau plus homogène et des équipes mieux armées que dans le passé. Si Atlanta confirme sa saison passée, et si Chicago exploite enfin son potentiel, il y aura du suspense à l’Est. Si non, les Cavaliers auront une voie royale jusqu’en finale.

5- Peut-on gagner le titre en changeant uniquement de coach ?

Il suffit de prendre l’exemple des Warriors pour répondre « oui ». La saison passée, Golden State a gagné le titre avec un coach débutant, aux commandes d’un effectif quasi inchangé. Cette saison, trois équipes ont décidé de les imiter : Chicago, OKC et La Nouvelle Orléans. Comme les Warriors il y a un an, il s’agit de trois « outsiders » pour le titre. Comme les Warriors il y a un an, leur effectif n’a quasiment pas évolué. Comme les Warriors, qui avaient prolongé Klay Thompson, ces trois formations ont dépensé beaucoup pour conserver leurs meilleurs jeunes (Butler, Kanter, Davis) et elles misent donc sur un nouvel entraîneur pour détrôner les Warriors.

6 – Comment voir des matches NBA quand on est en France ?

Cette saison encore, deux solutions pour regarder des matches. Titulaire des droits TV en France, BeIN Sports promet neuf heures de NBA par jour. Une quotidienne (NBA Extra) qui gagne 15 minutes, un match en direct chaque nuit, un autre en différé tôt le matin, et plusieurs rediffusions. Aux commentaires, les habituels Xavier Vaution et Jacques Monclar, entourés de Mary Patrux, Eric Micoud, Rémi Reverchon ou encore Chris Singleton. Cette nuit, programme exceptionnel avec l’enchaînement de Chicago – Cleveland, puis Golden State – New Orleans.

Deuxième solution, l’habituel League Pass, gratuit pendant une semaine, et seule solution pour voir tous les matches avec un système de VOD tout simplement parfait.

LeBron James

7- Qui des Lakers ou des Knicks va réaliser la meilleure saison ?

Les paris sont ouverts ! Les deux franchises, considérées comme les plus riches de la ligue, restent sur les pires saisons de leur histoire. À défaut d’être candidats au titre, leurs fans réclament simplement de la cohérence et des progrès. À New York, on mise sur l’expérience et des vétérans aguerris. À Los Angeles, on a opté pour la jeunesse. Point commun aux deux équipes, la présence de deux formidables attaquants, souvent considérés comme des solistes : Carmelo Anthony et Kobe Bryant.

8- LeBron James est-il le spécialiste des Finals ?

Ils ne sont que 10 joueurs dans l’histoire à avoir réalisé cet exploit : atteindre la finale NBA au moins cinq fois d’affilée. LeBron James en fait partie depuis juin dernier, et il est le seul, avec le fidèle James Jones, à avoir réalisé cet exploit avec deux équipes (Miami et Cleveland).

Cette saison, la star des Cavs pourrait donc porter ce chiffre à 6, et seuls des Celtics de la grande époque ont fait mieux. Il s’agit de Bill Russell, Bob Cousy, Sam Jones, KC Jones, Tom Heinsohn, Frank Ramsey et Bill Sharman. A l’époque, il n’y avait que 9 franchises NBA, et seulement 4 à l’Est. C’était évidemment plus facile d’atteindre les Finals…

9- Combien d’équipes ont changé de logo ?

Six, et c’est beaucoup pour un seul été ! Il s’agit des Hawks, des Clippers, des Bucks, des Raptors, des Sixers et des Wizards. Une tendance : le logo rond, lancée par les Nets à leur arrivée à Brooklyn. C’est vintage, et ça colle parfaitement au 70e anniversaire de la NBA. Qui dit nouveau logo, dit aussi nouveau maillot, évidemment.

10- Les Sixers peuvent-ils battre le record de nullité ?

N’en déplaise aux fans, la réponse est « oui » ! Rappelons les chiffres à battre : 7 victoires en 2012 pour les Bobcats (sur une saison à 66 matches) et 9 victoires en 1973 pour les… Sixers (sur une saison à 82 matches). Non seulement l’effectif est faiblard, mais en plus, il est déjà miné par les blessures. Dommage car il y a des joueurs sympas dans cette équipe, comme Noel, Okafor ou Wroten.

11- Le calendrier est-il allégé ?

Kobe, Durant, Love, George, Jennings, Bosh… Rarement une saison n’avait été marquée par autant de graves blessures chez des stars de la ligue. Consciente que le rythme des matches était infernal, la NBA a revu sa copie, limitant les « back-to-back » (de 14 à 20 au maximum) et les séries de quatre matches en cinq jours (maximum de 2 par équipe). Le problème, c’est qu’il y a toujours 82 matches à caser en cinq mois et demi, et que les coaches des grosses équipes ont déjà prévu en conséquence de faire souffler leurs stars en prévision des playoffs. Une stratégie payante pour les Warriors la saison passée, mais qui fait grincer des dents chez le public.

12- Damian Lillard est-il le futur top scoreur de la ligue ?

Seul rescapé du cinq de départ de Portland, Damian Lillard va jouer dans la cour des grands en matière de scoring puisqu’on peut s’attendre à ce qu’il flirte régulièrement avec les 30 tirs par match. Dans une équipe en reconstruction, il n’aura pas besoin de s’économiser, et ça pourrait lui profiter pour dominer les plus grosses gâchettes comme Kevin Durant, James Harden ou encore Russell Westbrook.

13- Le règlement NBA a-t-il changé ?

La principale nouveauté concerne les playoffs puisque les champions de division ne sont plus protégés. Sont qualifiés en playoffs les huit meilleurs bilans de chaque conférence, et le leader d’une division n’est plus assuré de terminer dans le Top 4. Les autres changements concernent l’arbitrage vidéo puisque la NBA a décidé d’aller encore plus loin dans l’arbitrage vidéo avec la présence d’un arbitre dans le Replay Center où sont centralisés les ralentis de chaque rencontre. Jusqu’à présent, cette cellule d’arbitrage vidéo se contentait d’envoyer les images aux trois arbitres présents sur le terrain. Désormais, un arbitre supplémentaire pourra les épauler, et il pourra même avoir le dernier mot sur certaines décisions.

14- Quel joueur a le plus de pression ?

Ce n’est ni Kobe Bryant, ni Kevin Durant, qui reviennent d’une grande blessure. Ce n’est pas non plus Tony Parker qui reste sur une saison, puis un Euro moyens. En fait, celui qui a le plus de pression sur les épaules, c’est Rajon Rondo. Considéré un temps comme le meilleur meneur de la NBA, il s’est complètement grillé en s’embrouillant avec Rick Carlisle à Dallas. Free agent, il n’a reçu qu’une offre, celle des Kings, où il ne s’est engagé que pour une saison. Une année charnière pour lui.

15- Stephen Curry est-il sous-payé ?

Un grand « OUI » ! Le meneur des Warriors, champion NBA et MVP 2015, ne possède « que » le 60e salaire de la NBA avec environ 11 millions de dollars annuels. Prolongé il y a 3 ans, juste après le lockout, Curry n’a pas encore profité de l’explosion du salary cap. En attendant de toucher le jackpot (plus de 100 millions de dollars), il a déjà garni son compte en banque grâce à son nouveau contrat avec Under Armour.

16- Nerlens Noel peut-il égaler Hakeem Olajuwon ?

Au moins 2.5 interceptions et 2.5 contres de moyenne dans la même saison. Le genre de stats a priori anodines, et que pourtant personne n’a réalisé depuis… 1989 ! Sans surprise, le dernier joueur à avoir réalisé cet exploit défensif se nomme Hakeem Olajuwon. Un des quatre joueurs à avoir réalisé un quadruple double, « The Dream » a peut-être un successeur en la personne de Nerlens Noel. Le jeune intérieur des Sixers est mobile, athlétique et il possède un incroyable sens de l’anticipation. Aux côtés de Jahlil Okafor, il pourrait exploser cette saison.

17- Qui sera Rookie Of The Year ?

Pas d’éléments du calibre d’un Anthony Davis ou d’un Blake Griffin dans cette draft. Premier choix, Karl-Anthony Towns est le prototype même de l’intérieur moderne, rapide, mobile, athlétique et pas maladroit de loin. Aux cotés d’Andrew Wiggins, on peut s’attendre à ce qu’il réalise une saison à 17 pts et 8 rbds de moyenne. Idem pour Jahlil Okafor qui va tenter de surnager aux Sixers. Mais celui qui peut marquer les esprits, comme Damian Lillard en 2012, c’est peut-être Emmanuel Mudiay, meneur aux Nuggets. Même s’il est très jeune, il peut profiter de son statut de titulaire pour noircir la feuille et devenir un favori pour ce trophée.

18 – Combien de fautes techniques les Kings vont-ils accumuler ?

Retraité des parquets, Rasheed Wallace a un successeur. Il se nomme DeMarcus Cousins, nouveau spécialiste des fautes techniques, capable de péter un câble sans prévenir. À Sacramento, il sera entouré d’autres fortes têtes avec Rajon Rondo et George Karl. À eux trois, ils pourraient approcher les 40 fautes techniques sur la saison. Les fans préféreront sans doute qu’ils approchent les 40 victoires.

Kyrie Irving

19- Quel est le grand absent du début de saison ?

Tous les blessés de la saison passée seront en tenue pour la reprise, de Kobe Bryant à Paul George, en passant par Ricky Rubio et Kevin Durant. Tous sauf un… C’est Kyrie Irving, victime d’une fracture de la rotule et dont le retour n’est prévu que pour cet hiver. Sans lui, les Cavs ont tout de même les moyens de bien débuter la saison, et de s’installer en tête de leur conférence. Autre absence marquante : celle de Steve Kerr, opéré à deux reprises du dos cet été. Sans son coach, les Warriors seront-ils aussi sereins en début de saison ?

20- Qui possède l’effectif le plus âgé ?

Sans surprise, ce sont les Spurs avec près de 31 ans de moyenne. Les arrivées de David West et de LaMarcus Aldridge, tous les deux trentenaires, n’ont évidemment pas arrangé les choses. Seules deux franchises sur trente possèdent un effectif trentenaire. Les Spurs donc, mais aussi le Heat avec 30.3 ans de moyenne. À l’inverse, les Sixers sont les plus jeunes avec 23.8 ans de moyenne. Un âge où certains joueurs quittent à peine l’université…

21- Julius Randle est-il le futur Lamar Odom ?

Puisqu’il a joué 14 minutes la saison passée avant de se casser la jambe, Julius Randle ne sera pas considéré comme un rookie. Pourtant, tout le monde va le découvrir cette saison, et sur ce qu’on a vu en présaison, c’est très prometteur. D’abord, le garçon est chambreur et ça ne fait pas de mal d’avoir de fortes personnalités. Ensuite, c’est un intérieur moderne, capable de prendre le rebond, de jouer les meneurs de jeu pour servir un coéquipier sur transition, ou de foncer au cercle. Enfin, avec sa patte gauche, et ses super appuis, il mystifie ses adversaires au poste bas. Comme il gaucher, on pense forcément au Lamar Odom époque Lakers, ou à Zach Randolph en plus véloce.

22- Chris Paul connaît-il le chemin pour aller en finale ?

Les années se suivent et se ressemblent pour Chris Paul, incapable de franchir le cap des demi-finales de conférence. La saison dernière, il s’en est fallu de peu, mais ses Clippers ont encore craqué face aux Rockets. Cette saison, il est au volant d’un effectif exceptionnel sans aucun point faible. Mais comme cette franchise semble maudite, et que la conférence Ouest est incroyablement relevée, ce n’est pas certain qu’il atteigne finalement la finale de conférence cette saison…

Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |   0 commentaire Afficher les commentaires