Pariez en ligne avec Unibet
  • 100€ offertsLa suite →

Quel cinq majeur pour… les Portland Trail Blazers ?

Quel cinq majeur pour… les Portland Trail Blazers ?
Puisque l’essentiel du recrutement a été effectué par les franchises, et même s’il reste quelques bonnes affaires à signer, Basket USA vous propose en août de se pencher sur le visage de chaque équipe pour la saison 2015/2016, et plus particulièrement sur leur cinq de départ.

Pour les Portland Trail Blazers, l’heure est à la reconstruction et la franchise de l’Oregon n’a pas fait les choses à moitié : elle prend un tout nouveau départ. Du cinq majeur de la saison passée, seul Damian Lillard est encore là. Pour l’accompagner, les dirigeants ont recruté une ribambelle de joueurs de seconde voire troisième zone qui tenteront de se relancer à « Rip City ». La saison sera longue mais repartir de zéro pourrait à terme être la bonne initiative pour cette équipe, vainqueur d’une seule série de playoffs depuis l’an 2000.

Le cinq 2014/15

Damian Lillard, Wes Matthews, Nicolas Batum, LaMarcus Aldridge, Robin Lopez

Les principales recrues

Mason Plumlee (Nets), Gerald Henderson (Hornets), Ed Davis (Lakers), Al-Farouq Aminu (Mavericks), Moe Harkless (Magic), Mike Miller (Cavs)

Le cinq 2015/16

Damian Lillard, Gerald Henderson, Al-Farouq Aminu, Ed Davis, Mason Plumlee

Exit LaMarcus Aldridge, parti à San Antonio. Adios Wes Matthews, lui aussi parti dans le Texas, du côté de Dallas. Au revoir Nicolas Batum, envoyé à Charlotte. Bye bye Robin Lopez, désormais pivot de New York. Rarement une équipe n’avait perdu 80% de son cinq de départ en un été. C’est arrivé aux Blazers en juillet, sans oublier le départ du sixième homme Arron Afflalo, nouveau coéquipier de Lopez aux Knicks, et de Dorell Wright parti pour la Chine.

Damian Lillard, nouvelle pierre angulaire de la franchise

Néanmoins, les Blazers ont conservé le joueur autour duquel ils souhaitent reconstruire la franchise : Damian Lillard. Le jeune meneur (25 ans) a signé une prolongation de contrat pour 120 millions de dollars sur cinq ans. Pour le general manager Neil Olshey, le futur c’est lui. Il y a pire comme clef de voûte. Depuis son arrivée en NBA, le joueur formé à Weber State n’a jamais manqué le moindre match et il tournait l’an passé à 21.0 points. 6.2 passes décisives et 4.6 rebonds de moyenne. Avec le départ d’Aldridge, il aura seul les clés de la maison et aura pour mission de mener ses troupes vers les sommets. Pour cette année, ce sera cependant prématuré, d’autant que le meneur doit également progresser dans la gestion du jeu. S’il fut décisif à de nombreuses reprises, il manque encore de lucidité dans certaines fins de match. Une certitude : Aldridge parti, on peut s’attendre à ce qu’il dépasse les 25 pts de moyenne.

Pour remplacer Aldridge dans le cinq de départ, Ed Davis tient la corde. Le natif de Washington reste sur une saison correcte chez les Lakers (8.3 points, 7.6 rebonds) mais il évident que les deux joueurs ne sont pas du même calibre. Derrière lui, Noah Vonleh tâchera d’effacer sa délicate saison rookie pour justifier son statut de 9e choix de la Draft 2014. Son talent ne fait aucun doute, il reste à voir si Terry Stotts saura le développer. Au regard des summer leagues, Vonleh peut être l’une des révélations de la saison. Enfin, gardons un oeil sur Cliff Alexander. Le « prodige » de Chicago est passé en douze mois de Top 3 attendu de la Draft à non-drafté. À lui de saisir sa chance.

Au poste de pivot, Enes Kanter était la cible principale. Faute d’avoir pu le recruter, c’est Mason Plumlee qui apportera ses centimètres dans la peinture. Le champion du monde 2014 n’a pas forcément pris le volume attendu la saison passée (8.7 points, 6.2 rebonds) mais il incarne l’une des meilleures recrues de l’intersaison. Il sera en concurrence avec Meyers Leonard, un joueur capable d’exploser dès la saison prochaine. Pour chaperonner ces deux jeunes, Chris Kaman sera toujours présent pour prodiguer ses conseils de vétéran.

À la place de Nicolas Batum, on devrait retrouver Al-Farouq Aminu sur l’aile. Le Nigérian a été très bon en sortie de banc avec les Mavs l’an passé et son profil défensif ne sera pas de trop à Portland. A-t-il les épaules d’un titulaire sur le long terme ? Les Blazers le pensent. S’il confirme ses progrès au tir, il a une belle carte à jouer. Il ne compensera malheureusement pas la création de son prédécesseur français. Attention aussi à Moe Harkless, en provenance du Magic. Très prometteur au tout début de sa carrière, il a sombré l’an passé, au point d’être écarté du groupe. Pour lui aussi, l’heure est à la revanche.

Enfin, le poste d’arrière sera à partager entre C.J. McCollum et Gerald Henderson. Après des débuts chaotiques en raison de plusieurs blessures, l’arrière a explosé en playoffs avec 17.0 points de moyenne face à Memphis. Il sera en concurrence avec Gerald Henderson, un joueur polyvalent et expérimenté. Globalement, l’effectif présente du potentiel.

Du potentiel et des limites

« La façon dont Neil a construit notre effectif est une excellente stratégie pour permettre à nos jeunes joueurs de développer leur jeu, » a déclaré Stotts au Washington Post. « Ce ne sera pas facile tous les jours mais ce sera un challenge très gratifiant. Sans Aldridge, le groupe n’était pas assez bon pour lutter dans le haut de tableau. Nous visons l’excellence et si nous ne pouvons pas viser au plus haut, nous devons prendre de nouvelles directions pour y parvenir. »

La saison qui approche sera donc celle de la transition pour les Blazers. L’ensemble semble trop faible pour espérer accrocher les playoffs au sein d’une Conférence Ouest toujours plus relevée. Il manque clairement deux, voire trois joueurs, capables d’épauler Lillard en attaque.  Mais les prochains mois seront l’occasion pour la franchise de distinguer les joueurs qui seront des éléments importants dans le futur. La plupart des joueurs recrutés seront revanchards et auront à coeur de prouver qu’ils ont les moyens d’aider une franchise NBA à gagner des matchs. Mais les deux jours les plus importants de la saison seront sans conteste la lottery puis la Draft. Être bon ne suffisait pas aux Blazers, ils veulent être excellents. Reste à savoir combien de temps ce processus de reconstruction leur prendra…

Demain : Sacramento Kings

A lire aussi
Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |   0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Portland Trail Blazers en 1 clic

Toute l’info en continu

Afficher les actus suivantes

Les + partagés

Afficher la suite des + partagés