Pariez en ligne avec Unibet
  • IND3.35BOS1.33Pariez
  • DAL1.75MIN2.01Pariez
  • 100€ offertsLa suite →

Le 10 mai 1987, « Sleepy » Floyd prend feu face aux Lakers avec 34 points en 11 minutes

NBA – Marquer 50 points en playoffs, contre les futurs champions NBA en établissant au passage deux records, c’est une mission impossible. Pourtant, Eric « Sleepy » Floyd l’a fait le 10 mai 1987.

Auteur d’une carrière très correcte avec 12.8 points de moyenne en 957 matches et même une participation au All-Star Game en 1987, Eric « Sleepy » Floyd est surtout connu pour une soirée de mai 1987 et deux record NBA.

« Partout où je vais, il y a du monde pour m’en parler. Ils étaient au match ou devant la télévision, ils vivent peut-être dans la Baie… ils se souviennent de ce match », racontait-il, il y a quelques années, au Mercury News.

Dans le Game 4 de la demi-finale de conférence face aux Lakers, les Warriors sont bien mal embarqués. Menés 3-0 par Magic Johnson et Kareem Abdul-Jabbar, ils sont dominés 98-83 en fin de troisième quart-temps. Los Angeles se dirige donc vers une qualification sans problème pour le tour suivant.

Sauf qu’en quatre minutes, le meneur de Golden State va inscrire 16 points. Il prend feu, et le décompte des minutes suivantes est irréel, digne de Kobe Bryant ou Michael Jordan : 26 points en huit minutes, 34 en onze !

« Ils parlaient beaucoup, faisaient du trashtalking. À un moment, j’en avais assez. »

Deux records NBA qui tiennent encore

En presque dix minutes, il a renversé la rencontre et fait exploser la défense des Lakers, pourtant bien armée pour éteindre des scoreurs adverses. « Pat Riley a mis Michael Cooper sur moi, il n’a rien fait. Il a mis Byron Scott sur moi, il n’a rien fait. »

Magic Johnson, A.C. Green et Mychal Thompson vont aussi essayer de le freiner, mais impossible. Dans le sillage de ses 51 points, les Warriors vont l’emporter, mais seront éliminés le match suivant.

« Après les premiers paniers, c’est devenu instinctif. L’équipe était derrière moi et le coach, George Karl, n’appelait même plus de système. Il voulait simplement que j’ai la balle. Tout s’est ralenti, j’avais l’impression de n’avoir que des shoots ouverts, pourtant j’ai mis des tirs compliqués. »

Ce coup de chaud, impensable quand on sait qu’il n’avait pas marqué plus de 19 points dans la série, lors de la première manche, le fait entrer dans une autre dimension.

Il inscrit son nom dans les livres d’histoire avec deux records en playoffs. D’abord celui de plus grand nombre de points en un quart-temps avec 29 unités, puis celui en une mi-temps avec 39 unités.

Deux performances qui tiennent toujours 33 ans après (Kevin Durant n’était pas loin du record sur une mi-temps en 2019) malgré la vague de scoreurs qui a traversé la ligue.

Suivez toute l'actualité NBA sur la chaîne WhatsApp de Basket USA

Suivez nous également sur Google Actualités