Pariez en ligne avec Unibet
  • 100€ offertsLa suite →

Le bilan de la présaison des Français

parker1

En attendant de relancer la rubrique spécialement dédiée (« le coin des français »), on a décidé de vous proposer un bilan de la présaison pour nos chers Bleus. Si les uns et les autres en sont à différents stades de condition physique, certains soignant des bobos et d’autres reprenant encore en douceur, la colonie tricolore a encore fière allure cette saison.

Emmenée par ses leaders, Tony Parker et Joakim Noah, la classe française impose sa griffe sur la NBA avec pas moins de 11 représentants, dont 7 intérieurs et 4 extérieurs. Avec Nicolas Batum et Evan Fournier, voire Rudy Gobert, la nouvelle génération prend peu à peu le pouvoir et a en tout cas l’opportunité de passer un cap supplémentaire cette saison en assumant des responsabilités élargies. On suivra tout ça de très près évidemment !

1- Tony Parker (16 points, 6 passes, 3 rebonds en 30 minutes)

Champion d’Europe puis champion NBA dans la foulée, Tony Parker a fait l’impasse sur la Coupe du monde cet été et le meneur tricolore est ainsi arrivé frais et dispo pour cette nouvelle présaison. Avec plusieurs arrêts en Europe qui lui ont permis de suivre son club de l’Asvel, Tony Parker et les Spurs ont connu une présaison compliquée avec une défaite à Berlin et un bilan bien faiblard de 2 victoires pour 5 défaites. Heureusement, TP a surnagé dans ce marasme avec 16 points et 6 passes de moyenne. En attendant que les champions se mettent en ordre de marche, Parker le général est déjà prêt à en découdre.

2- Kevin Séraphin (11 points, 6 rebonds en 23 minutes)

C’est la bonne surprise de cette présaison. Partant pour rejoindre les Bleus cet été avant qu’une blessure au genou pas complètement résorbée ne l’en empêche, Kevin Séraphin a pris cette nouvelle saison NBA du bon pied. A l’orée de sa cinquième campagne, l’ancien choletais de 24 ans sait bien qu’il doit relever la tête après une saison ratée l’an passé (5 points, 2 rebonds de moyenne). Toujours aussi costaud et habile avec ses mains en or, Séraphin va néanmoins devoir s’imposer aux rebonds et en défense pour s’assurer un temps de jeu régulier pendant la saison.

3- Rudy Gobert (7 points, 9 rebonds, 1,5 contre en 21 minutes)

Révélation de la dernière Coupe du monde avec les Bleus, Rudy Gobert n’a pas baissé de rythme en arrivant à Salt Lake City. Sur sa lancée d’une superbe médaille de bronze au niveau mondial (et une belle ligue d’été avant ça), le pivot du Jazz a réussi à transférer les leçons de maître Collet pendant les matchs de la présaison. Avec une pointe à 11 points et 20 rebonds en 22 minutes pour battre les Clippers, Gobert a démontré qu’il pouvait « dominer » au niveau NBA, ainsi qu’il le projetait avant son retour aux US cet été.

4- Joakim Noah (6 points, 8 rebonds, 4 passes en 24 minutes)

6 points, 17 rebonds et 9 passes: voilà ce que Jooks nous a réservés pour son dernier match de présaison. Certes, la victoire n’a pas été au bout mais si le pivot des Bulls est quelque peu gêné par un problème au genou, le garçon a conservé toute son énergie et sa gnac. Avec Pau Gasol qui débarque et Derrick Rose qui revient, les Bulls sont encore en rôdage, avec un bilan tout juste équilibré (4 victoires – 4 défaites) et comme Joakim est particulièrement tributaire du jeu collectif, ses prestations en présaison en ont pâti. Pas de quoi s’inquiéter pour autant. Noah va vouloir défendre son statut de All Star cette saison.

5- Nicolas Batum (7 points, 5 rebonds, 4 passes en 26 minutes)

Complètement transfiguré sur les deux derniers matchs de la Coupe du monde, Nicolas Batum a repris tranquillement avec ses Blazers. Tout en retenue et en contrôle d’énergie, Batman a encore été ultra-polyvalent comme à son habitude mais il n’a pas forcé. Alors que Portland vise à s’établir comme une puissance à l’Ouest, au même titre que Spurs, Thunder et Clippers, Batum aura du boulot toute la saison. Avec l’expérience qui rentre (et les médailles avec), l’ailier normand apprend à gérer son calendrier de ministre… et la présaison ne fait clairement pas partie des objectifs prioritaires !

6- Evan Fournier (9 points, 2 rebonds, 2 passes en 26 minutes)

Transfuge de Denver à Orlando, Evan Fournier a eu du temps de jeu sur cette présaison. Malheureusement, le Francilien n’a pas réussi à forcément en tirer le profit maximal avec des pourcentages de réussite assez faiblards (37 % à deux points et 28% à trois points). Maintenant, dans la rotation de coach Vaughn, l’arrière médaillé de bronze cet été a une belle opportunité de s’inscrire pour de bon en NBA comme un scoreur/ slasher/ playmaker. Avec son jeu complet, Fournier peut apporter beaucoup dans la jeune troupe du Magic.

7- Boris Diaw (6 points, 3 rebonds, 2 passes en 21 minutes)

Ce n’est pas souvent le cas mais Boris Diaw a fait mieux que son copain Tony Parker cet été en amenant les Bleus à une nouvelle breloque. Toujours sur le pont malgré un calendrier chargé, Babac a néanmoins eu droit à quelques jours de récupération supplémentaires gracieusement offerts par Popovich. De retour avec les Spurs, Diaw a repris en douceur. Mais à l’image de son équipe qui a mangé grave en présaison, Boris doit encore retrouver une condition physique décente avant de pouvoir donner sa pleine mesure.

8- Ian Mahinmi (4 points, 4 rebonds en 15 minutes)

Absent de dernière minute de l’Equipe de France après une blessure à l’épaule, Ian Mahinmi a retrouvé les Pacers pour la présaison. Evidemment, sans Paul George ou encore Lance Stephenson, Indiana ne présente plus du tout le même visage (et les mêmes ambitions) que l’an passé mais le pivot normand a toujours son rôle à jouer au relais de Roy Hibbert. Et Ian ne bronche pas, il continue de faire son boulot proprement. Peut-être aura-t-il plus de responsabilités offensives dans cette saison de transition ?

9- Alexis Ajinça (5 points, 4 rebonds en 11 minutes)

Ayant choisi de rester aux Etats-Unis, auprès de sa compagne enceinte, Alexis Ajinça a raté l’occasion d’enfiler une nouvelle médaille mais le pivot de la Nouvelle Orléans est fixé sur son prochain objectif: s’installer en NBA ! Après une carrière relancée par Vincent Collet à Strasbourg, Ajinça a renoué avec son destin mais il faut désormais pérenniser le tout. Et ça veut dire concrètement que l’immense Alexis se fasse sa place comme remplaçant d’Omer Asik, le dernier arrivé en Louisiane. Bien plus doué offensivement, Ajinça a un profil intéressant pour Monty Williams.

10- Ronny Turiaf (2 points en 12 minutes)

Dans la jeunesse ambiante de Minny, où Andrew Wiggins et Zach LaVine arrivent notamment, Ronny Turiaf va jouer les vétérans qui rassurent et distillent les bons conseils aux minots. Pivot dur au mal et spécialiste des tâches obscures comme le rebond et les contres, Turiaf sera une solide rotation intérieure pour Flip Saunders… en espérant qu’il puisse évoluer sans ses sempiternels pépins physiques.

11- Damien Inglis

C’est le petit dernier de la classe tricolore en NBA. A Milwaukee, Damien Inglis n’a pas encore pu jouer le moindre match officiel, lui qui soigne encore une cheville meurtrie mais en attendant son retour, l’ancien espoir de la Chorale de Roanne continue son apprentissage de la Grande Ligue auprès du staff de Jason Kidd ou de Jabari Parker, un candidat annoncé au titre de rookie de l’année.

A lire aussi
Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |   0 commentaire Afficher les commentaires

Toute l’info en continu

Afficher les actus suivantes

Les + partagés

Afficher la suite des + partagés