NBA
Ce soir
NBA
Ce soir
IND23
OKC18
PHI17
CLE17
MIA
DET1:30
CHI
NYK2:00
UTH
BRO3:00
DEN
ATL3:00
PHO
LAL3:00
SAC
POR4:00
Pariez en ligne avec Unibet
  • MIA1.21DET4.4Pariez
  • CHI1.38NEW3.1Pariez
  • 100€ offertsLa suite →

Faut-il vraiment craindre un lockout en 2017 ?

lockoutL’énorme contrat TV négocié par la NBA auprès d’ESPN et TNT a engendré différents types de réactions. Du côté des propriétaires, c’est évidemment la satisfaction car l’accord est encore plus important que prévu. C’est une manne gigantesque pour les clubs, qui se partagent les recettes, et qui peuvent donc être tranquillement assurés de leur avenir.

Idem pour les joueurs puisque les revenus de la NBA vont pour moitié aux joueurs qui récupèrent une (grosse) part du gâteau. Et pourtant, on pourrait vivre un nouveau « lockout » dans trois ans…

En 2013, 26 franchises sur 30 étaient dans le vert

À partir de 2016, et grâce à ce nouveau contrat, chaque franchise recevra 70 millions de dollars par an sur les droits TV nationaux, soit deux fois plus que ce que rapportait l’accord actuel. Est-ce que 35 millions de dollars font vraiment une différence ? Oui, car l’an passé, Forbes annonçait que seules quatre franchises avaient un résultat d’exploitation négatif.

Les Wolves (-2,7 millions de dollars), les Hawks (-3,6 millions de dollars), les Sixers (-3,8 millions de dollars) et même les Nets (-19 millions de dollars) auraient été dans le vert si l’accord était déjà en application. En clair : aucune franchise ne devrait perdre de l’argent dans les années à venir, grâce également à un accord collectif plus équitable pour les franchises. Et les autres équipes, comme les Knicks (+96,3 millions de dollars) et les Lakers (+66,4 millions de dollars) seront encore plus riches.

Pour les joueurs, la hausse substantielle des revenus veut également dire qu’ils auront leur part du gâteau. Selon Howard Beck, du Bleacher Report, les salaires vont globalement augmenter d’un tiers et LeBron James pourrait par exemple toucher 120 millions de dollars sur quatre ans en 2016.

Mais alors, pourquoi Michelle Roberts, la présidente du syndicat des joueurs, assure qu’il y a « de très bonnes chances » que les joueurs décident de dissoudre leur association afin de rompre leur lien avec les propriétaires, en 2017, et ainsi les forcer à négocier un nouvel accord collectif ?

Les joueurs s’estiment floués depuis 2011

La principale raison, c’est que les joueurs estiment qu’ils ont fait trop de concessions en 2011. À l’époque, miné par des querelles internes entre Derek Fisher et Billy Hunter, le syndicat des joueurs n’a pas négocié dans les meilleures conditions avec David Stern et les propriétaires.

Résultat : les joueurs ont accepté de baisser leur part dans les revenus entre 49% et 51% (en fonction des résultats financiers de la ligue) alors qu’ils en touchaient 57% auparavant. Cela représente environ 300 millions de dollars par an qui devaient servir aux franchises en difficulté financière, celles dont les propriétaires n’arrêtaient pas de dire qu’elles perdaient sans arrêt de l’argent.

Ce sont aussi 300 millions de dollars qui ne vont plus aux joueurs, qui estiment avoir été trompés.

Pas vraiment un lockout…

C’est sans doute oublier que ce sont peut-être les grosses franchises (New York Knicks, Los Angeles Lakers…) qui ont fait le plus de concessions, acceptant un partage plus équitable des revenus afin de permettre à toutes les franchises de tirer profit de l’association.

La conséquence la plus visible de cette nouvelle donne, c’est que la valeur des franchises a explosé, des Milwaukee Bucks (500 millions de dollars) aux Los Angeles Clippers (deux milliards de dollars). Les propriétaires n’ont donc aucun intérêt à mettre fin à l’accord actuel en 2017 et ce sont les joueurs qui devraient « faire grève ». À proprement parler, il ne s’agira donc pas d’un lockout.

Un lockout, c’est en effet lorsque les propriétaires décident d’arrêter le fonctionnement des franchises, d’où le terme de « lockout », littéralement « enfermé dehors ». Si ce sont les joueurs qui veulent renégocier, ils doivent dissoudre leur syndicat et la NBA s’arrêtera, contre l’avis des propriétaires.

Les salaires rookie et les exceptions à renégocier

La question, c’est donc pourquoi les joueurs voudraient renégocier l’accord actuel, alors que le nouveau contrat TV promet également une explosion des salaires ? En fait, il y a trois raisons principales.

– D’abord, ils veulent récupérer une partie des concessions perdues en 2011. C’est une question d’argent mais aussi une question de fierté pour les joueurs, qui ont le sentiment d’avoir perdu du pouvoir.

– Ensuite, si les salaires des contrats maximum dépendent du salary cap, ce n’est pas le cas des salaires des rookies ou des exceptions (mid-level exception…). Pour les superstars, il n’y a ainsi pas vraiment d’intérêt à faire grève mais cette explosion du salary cap risque de créer une NBA plus déséquilibrée chez les joueurs, avec des superstars qui toucheront plus de 30 millions de dollars par an et des rookies dont les salaires seront presque similaires (une petite augmentation annuelle est prévue) à ceux versés actuellement. Même chose pour les free agents signés par des équipes ayant dépassé le salary cap grâce aux exceptions.

– Enfin, certains agents pensent que l’explosion salariale rend inutile le système très punitif de taxes (notamment pour les équipes dépassant la luxury tax) qui a été mis en place en 2011.

Un très gros gâteau à se partager

Si les propriétaires peuvent vouloir d’autres concessions (instauration d’un « hard cap », baisse des garanties sur les salaires…), il est douteux qu’ils demandent beaucoup plus aux joueurs et ce sera sans doute à eux de faire quelques compromis. Pour toutes ces raisons, le lockout qui s’annonce en 2017 fait beaucoup moins peur aux personnes concernées que le précédent.

Si les deux camps n’arrivent pas à se mettre d’accord avant, il y aura sans doute une interruption et des négociations. Mais contrairement à 2011, les propriétaires ne veulent pas remettre à plat un système parce que certains ont l’impression de ne pas toucher leur part du gâteau. Cette fois, il s’agit pour les joueurs de récupérer quelques privilèges. Mais le gâteau est beaucoup plus gros et tout le monde sait très bien qu’il aura une belle part. Et il est moins dangereux de partager la nourriture que l’appétit.

A lire aussi
Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |   0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Toute l’info en continu

Afficher les actus suivantes

Les + partagés

Afficher la suite des + partagés