Pariez en ligne avec Unibet
  • IND3.35BOS1.33Pariez
  • DAL1.75MIN2.01Pariez
  • 100€ offertsLa suite →

Les Hornets prônent la patience pour Noah Vonleh

USATSI_7812131_149008644_lowres

Drafté en 9e choix lors de la dernière draft, Noah Vonleh (2m08, 110kg) débarque aux Hornets dans une franchise qui s’est qualifiée pour les playoffs… mais qui a tout de même eu la chance d’obtenir un lottery pick. Ayant recruté Lance Stephenson et Marvin Williams, Charlotte compte bien poursuivre sa phase ascendante l’an prochain. 

Mais pour le jeune intérieur formé à Indiana (pendant un an seulement), c’est la patience qui sera le maître mot. Doté d’une envergure de 2m25, Vonleh (19 ans le 24 août prochain) a eu ses difficultés pendant la ligue d’été de Las Vegas. Auteur de 9 points et 10 rebonds de moyenne, le néo Hornet a surtout shooté à un affreux 28% de réussite, une ineptie totale pour un intérieur !

Un chantier en attaque et en défense

Mais comme le dit Steve Clifford, il ne faut pas mettre la charrue avant les boeufs dans le cas de Noah Vonleh. Passer en deux ans du lycée à la NBA n’est clairement pas tâche facile et les Hornets savent bien qu’il faudra du temps au natif du Massachussetts pour s’adapter à la Grande Ligue.

« Si vous décidez de choisir des jeunes joueurs, il faut leur laisser le temps de grandir et les placer dans des situations favorables où ils peuvent se développer à leur rythme. » explique coach Clifford au Charlotte Observer. « On doit le mettre dans les meilleures dispositions possibles mais en même temps, il sera forcément affecté par nos résultats sur le terrain. On essaye de gagner et ce n’est pas juste pour lui de le lancer face à des titulaires tous les soirs. »

Encore brut de décoffrage, et le terme est faible, Noah Vonleh a ainsi encore beaucoup à apprendre. Défensivement, Vonleh a une propension à accumuler les fautes. Comme à Indiana où il commettait plus de 4 fautes rapportées sur 40 minutes, il a continué à taper sur tout ce qui bouge en ligue d’été avec une moyenne hallucinante de 8 fautes sur 40 minutes. Certes, elles ne comptent pas pendant l’été… mais en saison régulière, ce sera une autre paire de manches !

Al Jefferson, le meilleur professeur

Rapidement responsabilisé chez les Hoosiers, la transition devrait prendre davantage de temps en NBA. Si son physique lui a permis de dominer rapidement en NCAA, la rapidité du jeu NBA devrait l’en tenir écarté… au moins dans un premier temps. Mais le joueur d’origine libérienne est bien conscient de sa situation.

« Les Hornets sont une équipe de playoffs et je sais que je dois être patient et attendre que les minutes arrivent. S’il y a des minutes à prendre, je serai prêt à jouer. Mais je n’ai aucune assurance d’obtenir autant de minutes que je l’imagine. »

Si son jeu offensif est encore un chantier grandeur nature et que son arsenal défensif est encore frustre, Noah Vonleh pourra tout au moins apporter sa force dans la bataille du rebond. Derrière Al Jefferson, Vonleh aura un des meilleurs professeurs pour apprendre les mouvements classiques du pivot moderne.

Suivez toute l'actualité NBA sur la chaîne WhatsApp de Basket USA

Suivez nous également sur Google Actualités

Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |   0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *