Matchs
hier
Matchs
hier
BOS101
MIA106
Pariez en ligne avec Unibet
  • LOS1.36DEN3.4Pariez
  • MIA2.26BOS1.7Pariez
  • 100€ offertsLa suite →

Carmelo Anthony prêt à baisser son salaire pour aider les Knicks à recruter

photo (2)« Il est comme un frère pour moi. S’il a besoin de conseils, il peut m’appeler quand il le souhaite. Mais je sais qu’il prendra la bonne décision. » Chris Paul ne se fait pas de souci pour son pote Melo. MVP du All Star Game en 2013, CP3 s’était alors déplacé à Houston dans la peau d’un « free agent » très courtisé, avec son fiston Lil’ Chris comme seul conseiller. Douze mois plus tard, le meneur des Clippers tient encore sa vedette de progéniture sur ses genoux, en conférence de presse. Mais il laisse cette fois à son ami intime les réponses sur un futur contractuel trop flou pour ne pas égailler la curiosité des médias. À quelques mètres de lui, l’ailier des Knicks a très vite compris pour quels biscuits se massait la presse autour de son estrade.

« Si je disais que c’était mon dernier All Star Weekend comme joueur des Knicks, je me tirerais une balle dans le pied. Et je ne le ferai pas (rire) ! Ce que ce dont je suis certain, c’est que je ne serai pas transféré et que je ne vous dirai pas que j’ai envie d’être tradé (rire) », s’amuse le successeur de Bernard King, quand après deux questions seulement son avenir aux Knicks s’invite dans l’aimable échange.

« Je pense même que les dirigeants n’ont même pas pris cette possibilité en considération, mais si vous une info, je suis preneur (rire). La date limite est quand déjà, mardi ? Ah c’est jeudi ! Comme quoi ce n’est pas une préoccupation (sourire). S’ils avaient voulu se débarrasser de moi ils l’auraient déjà fait », poursuit le deuxième meilleur scoreur de la ligue. « On fait tous des erreurs, ce qui compte c’est comment tu rebondis dans la foulée. Je suis devenu un meilleur joueur et un meilleur homme depuis mon départ de Denver », assure-t-il, comme pour promettre en filigrane que le tintamarre de son transfert newyorkais ne se reproduira pas.

« Après la saison passée, je ne m’attendais pas à ça »

Melo confesse qu’en temps et en heure il réévaluera son avenir dans la Grosse pomme, mais n’essayez pas de le faire baver sur une ville qu’il « aime profondément », dixit Chris Paul.

« La première moitié de saison a été comme un grand huit pour l’équipe et moi-même, mais depuis que je suis à New York je prends beaucoup de plaisir. Je m’amuse. Quand tout va bien comme la saison passée, il n’y a pas de meilleur endroit pour jouer au basket. L’an dernier j’ai pris conscience de ce que pouvait être vraiment New York quand les Knicks tournent à plein régime, quand tous les joueurs sont en confiance. Quand ça va mal, cela peut être par contre très pénible et pesant. Il faut donc que je sois fort pour mes coéquipiers, car beaucoup n’ont jamais eu à gérer une situation pareille avant », avoue le chouchou du Madison Square Garden.

« New York, il faut le vivre de l’intérieur pour vraiment comprendre et apprendre à se concentrer uniquement sur comment sortir des phases difficiles. C’est ma seule préoccupation aujourd’hui, passer à travers les flammes et remettre les Knicks sur le bon chemin. Après la saison passée, j’envisageais une progression, je pensais qu’on allait encore franchir un palier supplémentaire. Je ne m’attendais pas à un tel début de saison », développe-t-il avec sa franchise de mots et de ton assez rare pour une étoile de son aura.

Comme s’il n’avait rien à cacher.

Faire comme D-Wade et ses Dos Amigos ? Pas de problème !

Interrogé sur la politique de ses dirigeants, moquée et raillée, Melo n’hésite pas à se mettre à la place des supporteurs. Parfois ils le sifflent – « tout le monde se fait siffler, ça fait partie du métier. Cela m’est déjà arrivé et ça arrivera encore. Il ne faut pas s’en soucier », mais il sait se mettre à leur place.

« Si je pense juste comme un simple fan, évidemment que je voudrais que les dirigeants fassent tout ce qu’il faut pour me donner une équipe compétitive. C’est la moindre des choses pour l’histoire et le statut de cette franchise. Oui je voudrais que les Knicks soient dans toutes les conversations quand on évoque les meilleures équipes et les candidats pour le titre. »

Pour replacer les Knicks au sommet de la pyramide NBA, Carmelo Anthony est prêt comme Dwyane Wade, à réduire ses émoluments si ça ramène la finale NBA sur Pennsylvania Plaza.

« L’argent n’est pas un critère de décision, que ce soit à New York ou ailleurs je serais payé. Ce qui m’importe c’est de pouvoir être compétitif au plus haut niveau, de pouvoir gagner un titre. J’ai déjà dit que si l’opportunité se présentait, je serais le premier prêt à réduire mon salaire pour faire venir des gars qui peuvent nous aider à aller au bout. Ils peuvent prendre mon argent si ça permet de construire quelque chose de solide. »

A lire aussi
Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |   0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

New York Knicks en 1 clic

Toute l’info en continu

Afficher les actus suivantes

Les + partagés

Afficher la suite des + partagés