Pariez en ligne avec Unibet
  • CLE2.3CHI1.65Pariez
  • IND1.2OKL4.85Pariez
  • 100€ offertsLa suite →

La controverse « Nick Van Exel » et ce qu’elle cache

Depuis quelques jours, la nouvelle a fait le tour des médias spécialisés aux Etats-Unis. Le 5 Janvier 1997, un statisticien des Grizzlies a profité de son poste de collecteur de stats pour falsifier la feuille de stats et donner 23 passes à Nick Van Exel lors d’une rencontre face aux Lakers. Record en carrière de Van Exel, ces 23 passes semblent en effet suspectes car ses coéquipiers n’avaient réussi que 36 shoots ce jour-là. Difficile donc pour un meneur de faire autant de passes avec des coéquipiers si peu en réussite.
L’explication rapportée par les médias vient de la bouche même du statisticien :

…en partie parce que je suis un fan des Lakers, j’ai donné à Nike Van Exel 23 passes décisives un soir. S’il était assez près d’un gars qui rentrait un tir, je trouvais un moyen de lui rajouter une passe.

Accablant, et l’occasion de railler le manque de professionnalisme de l’homme en question. Mais si la méthode est peu louable, elle avait tout de même un but que les médias ont négligé de mentionner.
Et c’est le statisticien lui-même qui l’explique :

Je pense qu’à l’époque, les stats NBA comportaient environ 20 erreurs involontaires par match. Et, au-dessus de ces 20 erreurs par match, vous avez le double d’erreurs volontaires. Par erreurs volontaires, je veux parler des choses qui ne se sont jamais passées ou qui sont attribuées au mauvais joueur. Les erreurs volontaires sont sanctionnées/encouragées de façon organisationnelle, elles augmentent la couverture et l’intérêt national et accroissent la visibilité de votre franchise et de vos joueurs. Il y a aussi une pression de la Ligue de protéger/encourager les stats de ses meilleurs joueurs. Par exemple, je suis certain que Stockton recevait entre 1 et 2 passes par match gratuitement. Et c’est en partie parce que je désapprouvais cette manipulation et en partie parce que je suis un fan des Lakers, que j’ai donné à Nike Van Exel 23 passes décisives un soir. S’il était assez près d’un gars qui rentrait un tir, je trouvais un moyen de lui rajouter une passe. Après coup, j’espérais vraiment que quelqu’un m’en parle. Et ils l’ont fait. Un type du management des Grizzlies m’a dit : ‘Bon boulot, Alex, ça va mettre ce match sur Sportscenter demain matin !’

Ce que le statisticien voulait comme un coup de projecteur sur la manipulation statistique en NBA a donc été apprécié des deux côtés du terrain, les Lakers ayant gagnés avec un Nick Van Exel à 23 passes, les Grizzlies ayant perdus mais se retrouvant exposés sur la télévision nationale. Depuis, la NBA a rajouté des caméras et renforcer les équipes de statisticiens, ce qui rend la fraude plus difficile mais des questions demeurent. Certains ont par exemple remis en cause le nombre de passes décisives de Chris Paul sur certains matchs en expliquant que certaines d’entre elles ne correspondaient pas aux critères définissants une passe décisive NBA.
Néanmoins, l’homme en question raconte une autre anecdote montrant la relation que les basketteurs ont avec leur stats :

Un jour, j’ai également été sermonné par un des membres des Hawks parce qu’il pensait que je n’avais pas donné assez de contres à Dikembe Mutombo en première mi-temps d’un match. Je lui ai alors répondu que la boxscore reflétait le match et que si Mutombo voulait plus de contres, il devait les gagner. 5 minutes plus tard, Deke a demandé au statisticien officiel qui enregistrait les stats, elle m’a pointé du doigt et il m’a alors dévisagé pendant environ une minute (ce qui est très long quand un homme géant vous regarde). Il a contré 3 shoots en deuxième mi-temps et, après chacun d’entre eux, a tenu à s’assurer que je les avais bien noté.

A lire aussi
Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |   0 commentaire Afficher les commentaires