Pariez en ligne avec Unibet
  • ORL2.29DAL1.57Pariez
  • WAS1.48CLE2.52Pariez
  • 100€ offertsLa suite →

Quin Snyder ou quand un coach américain choisit l’Euroligue plutôt que la NBA

Ancien assistant de Mike Krzyzewski à Duke puis de Mike Brown la saison passée du côté des Lakers, Quin Snyder a décidé de franchir l’Atlantique pour rejoindre Ettore Messina au CSKA Moscou.

Pourtant, contacté par Charlotte et Orlando pour le poste de head coach, il a préféré suivre le célèbre coach italien pour un poste d’assistant…
Pourquoi avez-vous décidé de rejoindre le CSKA Moscou ?

Je pense que signer là-bas était une formidable opportunité pour moi. Je suis devenu très ami avec Ettore Messina la saison passée aux Lakers. Je connaissais déjà sa réputation de coach sur le plan international et j’étais excité de travailler avec lui.

C’est rare de la part d’un coach américain ?

J’ai beaucoup de respect pour les coaches d’Euroleague et les autres coaches internationaux en général. A ses côtés, je vais progresser tout en essayant d’apporter quelque chose à l’équipe. Le CSKA est vu par des amis et collègues aux Etats Unis comme le meilleur club d’Europe donc j’ai finalement accepté l’opportunité de travailler avec Messina.

A quel point étiez -vous proche de devenir le nouveau coach des Bobcats ou du Magic ?

Je n’avais pas de certitude de signer pour une de ces deux équipes. On m’a dit que j’étais l’un des deux derniers candidats pour le poste à Charlotte. Concernant le Magic, j’étais l’un des quatre finalistes mais j’ai décidé de retirer mon nom de la liste des candidats quand j’ai pris la décision de signer au CSKA.

Vous étiez donc assistant-coach avec Messina aux Lakers l’an passé. Vous le connaissiez déjà ?

Je connaissais Ettore et son palmarès avant qu’on soit réunis aux Lakers. En fait, il y a 6 ans, Danny Ferry qui était mon colocataire durant notre passage à Duke m’avait suggéré de passer un peu de temps auprès de Messina. J’avais envoyé un mail à Trajan Longdon pour savoir s’il pouvait m’aider à le contacter puisqu’il a joué pour lui à cette époque. Il ne l’a jamais su avant que je lui dise cette année.

Qu’est-ce qui vous impressionne chez lui ?

C’est d’abord un excellent tacticien et il a un très bon sens de l’observation. Au fil de la la saison, nous avons eu de plus en plus de discussions à propos de différentes tactiques, de joueurs…

A quel point cela va être compliqué d’adapter votre style de coaching au jeu international ?

C’est effectivement un vrai challenge pour moi, et il va falloir que je m’adapte rapidement. Mais je pense que les fondamentaux du basket restent les mêmes partout dans le monde. Je vais m’appuyer sur les autres assistants pour cette adaptation.

Pour conclure, avez-vous reçu d’autres propositions d’Europe ou de Chine ?

J’ai essayé de suivre et d’étudier le basket international mais je n’imaginais pas avoir l’opportunité de pouvoir coacher en Europe. Par conséquent, je n’ai pas réellement recherché des ouvertures pour travailler à l’étranger car avant de signer au CSKA, j’étais focalisé sur ma carrière NBA.

Propos recueillis par Jérome Knoepffler pour Basketusa

A lire aussi
Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |   0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Toute l’info en continu

Afficher les actus suivantes

Les + partagés

Afficher la suite des + partagés