Pariez en ligne avec Unibet
  • 100€ offertsLa suite →

Le hold-up parfait des Sixers

iggy

Vaincus lors de six de leur sept derniers matches de saison régulière, les Sixers portaient déjà le fardeau de la victime expiatoire, peu de monde donnait cher de la peau des DiLeo’s boys.

« On a déjà gagné un match de plus que ce que les gens nous imaginaient remporter« , commente revanchard Andre Iguodala après le succès des siens 100-98 à Orlando.

Le All Star (en puissance, non ?) est le héros de la chevauchée fantastique de Sixers menés de 18 points dans le 3e quart-temps.

Il reste 2,2 secondes à jouer quand Dré déclenche son shoot, entre la tête de raquette et la ligne à trois points. Il vient de mettre deux fois Hedo Turkoglu dans le vent sur des coups de reins à la Iverson époque MVP. Le Turc aura l’opportunité de se rattraper dans la foulée, son tir ne touchera que le plexiglas. Philly vient de réaliser le hold-up parfait. « Il est notre arme secrète« , s’amuse coach DiLeo en évoquant le coup de génie de Iguodala.

Une quinzaine de minutes au préalable, les Sixers étaient à la ramasse. Largués.

Sur les musculeuses épaules d’un Dwight Howard monumental (31 pts, 11/13 aux shoots, 16 rbds), la tête de série n°3 de la conférence Est menait tranquillement de 18 points. Le pécule était encore de 14 à l’entame du dernier quart. Puis le vétéran Donyell Marshall est entré (11 pts en 11 minutes, 3/4 à trois points) pour épauler les Dré (Iggy et Miller). Il a dégainé. Bingo. « En général quand je rentre c’est qu’on est mené de 15 points donc je suis habitué à shooter sans me poser de questions« , rigole, le grand-père de l’équipe (36 ans dans un mois).

C’est lui qui remettait Philly à égalité avec quelque 49 secondes à jouer, pour répondre à un dunk de Superman : 98-98. La suite, vous la connaissez déjà.

« Je suis très déçu de notre faible concentration« , regrette un Stan Van Gundy amer. De retour de blessure, Rashard Lewis et Hedo Turkoglu, absents une semaine en fin d’exercice, sont apparus rouillés dans le camp floridien, où seuls le rookie Courtney Lee (18 pts) et dans une moindre mesure Rafer Alston (15 pts, 5 assists mais 5/15 aux shoots), ont su assurer la complémentarité nécessaire avec Howard. « On aurait dû gagner ce match, mais il ne faut pas paniquer. On devra juste fourni plus d’efforts dans le prochain match, il n’y a pas de quoi dramatiser », relativise l’intérieur vedette d’Orlando, soutenu dimanche par son fan le plus médiatique, Tiger Woods en personne.

« Ce n’est pas le tournoi NCAA, on n’est pas éliminé avec cette défaite, il y a encore des matches derrière« , confirme Lewis, qui avec son 1/4 aux tirs primés s’est fondu dans le moule de la maladresse lointaine du Magic dimanche soir (5/18).

Quid de notre Frenchie Mike Pietrus ? Il a été invisible, rendant une feuille de stats vierge, en 13 minutes de jeu. Demain est un autre jour dit le dicton. Heureusement pour le Magic !

Le shoot de la victoire d’Iggy

A lire aussi
Commentaires
Forum (et HS)  |   +  |   Règles et contenus illicites  |   0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Philadelphia 76ers en 1 clic

Toute l’info en continu

Afficher les actus suivantes

Les + partagés

Afficher la suite des + partagés