NCAA

Après un final d’anthologie, Villanova terrasse North Carolina au buzzer !

villanova-north carolinaMenée de dix points à moins de cinq minutes de la fin, North Carolina pensait avoir fait le plus dur en égalisant à 4.7 secondes de la sirène finale sur un incroyable panier à 3-points en déséquilibre de Marcus Paige. C’était sans compter sur Kris Jenkins. L’ailier de Villanova crucifie les Tar Heels au buzzer avec un panier primé à couper le souffle pour offrir aux Wildcats le deuxième titre de leur histoire après celui acquis en 1985. Les hommes de Jay Wright s’imposent 77-74 au terme d’un match indécis de bout en bout. Aucune des deux équipes n’est parvenue à prendre un écart conséquent et tout s’est donc joué dans un final qui restera à jamais dans l’histoire de la March Madness. Avec 16 points, Ryan Arcidiacono est élu meilleur joueur du Final Four, lui qui disputait le dernier match de son cursus universitaire. Ce titre efface des années d’échecs et de déceptions pour Villanova avec cinq éliminations consécutives dès le premier weekend.

Le monde à l’envers

Le premier panier du match est inscrit par Joel Berry II derrière la ligne à 3-points pour North Carolina. Justin Jackson ne tarde pas à l’imiter et les Tar Heels surprennent pas leur excellente adresse extérieure dans cette première période. Les Wildcats ne sont pas en reste et s’appuient sur Arcidiacono et sur un Daniel Ochafu très costaud dans la peinture face à Brice Johnson et Kennedy Meeks. Les deux équipes restent au contact l’une de l’autre lors des premières minutes du match mais le premier tournant intervient à la 4e minute avec la deuxième faute de Jenkins, ce qui l’oblige à regagner le banc bien plus tôt que prévu. Cela n’empêche pas Villanova de créer le premier petit écart du match après un panier de Josh Hart pour mener par 14-9.

Très en réussite en périphérie, les Tar Heels reviennent aux basiques avec Brice Johnson à l’intérieur. Ochefu continue d’imposer sa loi pour Villanova alors qu’en face, Jackson et Berry enfilent les paniers à 3-points comme des perles pour permettre à North Carolina de virer ne tête à la mi-temps. A la pause, le score est donc de 39-34 en faveur des Tar Heels avec une réussite incroyable de 77.8% à 3-points (7 sur 9). Sur l’ensemble de la saison, les hommes de Roy Williams ne sont que 306e (sur 351) avec 31.4% de réussite à 3-points, et n’inscrivent qu’un peu plus de cinq paniers primés par match. Jackson, qui tourne à 28% derrière la ligne à 3-points cette saison, en est à 3 sur 3 après vingt minutes. A l’inverse, les Wildcats ont inscrit 18 points dans la peinture, contre 12 pour les Tar Heels. Le monde à l’envers.

Booth toi de là !

Au retour des vestiaires, Johnson donne immédiatement sept points d’avance aux joueurs de Chapel Hill, le plus gros écart du match en leur faveur, mais les Wildcats ne se laissent pas démobiliser et signent un 12-3 sous l’impulsion de Jalen Brunson et de Phil Booth. Homme providentiel en sortie de banc, Booth est le facteur X du match pour Villanova avec un rôle très précieux en attaque et des paniers qui vont s’avérer déterminants. Le mano a mano se poursuit et à la demi-heure de jeu, ce sont les joueurs de la Big East qui sont aux commandes et qui mènent par 53-46. Paige prend alors ses responsabilités et inscrit un nouveau panier de loin mais Arcidiacono et Booth sont irrésistibles et portent l’avance des Wildcats à dix points (67-57).

North Carolina égalise mais…

Villanova a alors le match bien en main mais la fébrilité va s’emparer des joueurs qui sont tétanisés en attaque et perdent leur agressivité en défense. L’écart fond en quelques instants et North Carolina signe un 12-3 pour revenir à 35 secondes la fin de la partie. Phil Booth puis Josh Hart rentrent leurs lancers-francs pour permettre aux Wildcats de conserver trois points d’avance avec 13 secondes à jouer. Balle aux Tar Heels. C’est Paige, le leader incontestable dans le vestiaire, qui hérite de la balle et qui inscrit donc un fantastique panier à 3-points pour arracher la prolongation… C’était sans compter sur Jenkins qui tue le match à la sirène. Un panier qui restera dans l’histoire.

Outre Arcidiacono, l’autre grand bonhomme de cette finale est Phil Booth qui inscrit 20 points, son record en carrière. Auteur du panier décisif, Kris Jenkins termine avec 12 points pour les Wildcats. Encore une fois, les joueurs de Villanova ont fait preuve d’une réussite insolente avec 58.3% aux tirs en finale et 57.1% à 3-points. S’ils ont été dominés au rebond (36-23), leur défense a été l’une des clés du match en empêchant les Tar Heels de trouver leurs intérieurs en coupant parfaitement les lignes de passe.

Du côté de North Carolina, Marcus Paige a terminé avec 21 points et Joel Berry II avec 20 points. Brice Johnson a certes compilé 14 points et 8 rebonds mais il n’a pas vraiment pesé sur la rencontre comme il aurait pu le faire. A noter que seuls 2.6% des participants au bracket contest avaient misé sur un sacre de Villanova, contre 14.6% pour North Carolina.

LES 90 DERNIÈRES SECONDES

Basket USA

à lire aussi

Commentaires Forum (et HS)  |  +  |  Règles et contenus illicites  |  0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *