Summer
league
Summer
league
Pariez en ligne avec Unibet
  • IND3.35BOS1.33Pariez
  • DAL1.75MIN2.01Pariez
  • 100€ offertsLa suite →

Joe Mazzulla, 35 ans et déjà champion NBA

NBA – En place depuis 21 mois, Joe Mazzulla s’est vite imposé comme l’un des entraîneurs les plus doués de sa génération.

Joe Mazzulla« Il n’y a rien de mieux que de représenter les Celtics et de faire partie de l’Histoire ». C’est ainsi que Joe Mazzulla a commenté son premier titre de champion NBA. À 35 ans, il est le plus jeune entraîneur à devenir champion NBA depuis Bill Russell en 1969. Un beau clin d’oeil de l’histoire.

Le plus dingue, peut-être, c’est que Joe Mazzulla n’avait jamais entraîné chez les professionnels avant de prendre la suite d’Ime Udoka il y a 21 mois. Sa seule expérience comme « head coach » se résumait à de la division II NCAA à la tête de Fairmont State. Mais il était écrit qu’il prendrait un jour les rênes des Celtics.

Un bilan exceptionnel après deux saisons

Natif de Rhode Island, à une heure de Boston, il avait d’abord été assistant en G-League avec la franchise affiliée aux Celtics puis, après deux ans à Fairmont State, Brad Stevens est allé le rechercher pour lui proposer un poste d’assistant. On est en 2019 et il n’a que 30 ans.

Cinq ans plus tard, le voilà qui devient le 7e entraîneur de l’histoire de Boston à remporter un titre, et il rejoint ainsi Red Auerbach, Bill Russell, Tom Heinsohn, Bill Fitch, K.C. Jones et Doc Rivers.

Depuis qu’il a pris les rênes des Celtics, il affiche un bilan de 148 victoires pour 54 défaites, playoffs compris. Ce qui donne un pourcentage de victoires de 73%. Peu de coaches avant lui (Steve Kerr, Phil Jackson) ont fait mieux dans l’histoire après 200 matches et des poussières. Mais Joe Mazzulla ne se met jamais en avant. Comme lorsqu’il avait gagné son premier trophée de Coach du mois. « Tout le monde s’en fout » avait-il répondu à Derrick White qui l’avait félicité.

« Le plus beau des cadeaux pour un entraîneur, c’est un groupe de joueurs qui veulent être entraînés, qui veulent être dirigés et qui se prennent en main », disait-il la semaine dernière. « Au final, il faut apprécier d’être dans un environnement où l’apprentissage et l’entraînement sont importants, et où il est important de s’améliorer et de se développer. Vous ne pouvez pas être un bon entraîneur si vos joueurs ne vous laissent pas faire. »

Transmettre l’héritage d’une franchise de légende

Très proche de ses joueurs, et même plus jeune qu’Al Horford, Joe Mazzulla cultive sa décontraction. Il veut rester lui-même, et on ne le verra jamais en costume sur un banc. Ce n’est pas lui. Ce qu’il veut, tout simplement, c’est faire ce qu’il aime : former et entraîner des joueurs. Mais aussi recevoir et transmettre.

« On a très peu d’occasions dans la vie d’être quelqu’un de grand et on a très peu d’occasions dans la vie de transmettre la propriété et la responsabilité de ces bannières, et de toutes les grandes personnalités et de tous les grands joueurs qui sont passés ici », conclut Joe Mazzulla. « Quand on a peu d’occasions dans la vie, il faut prendre le taureau par les cornes et se l’approprier. Et nos gars l’ont fait ».

Suivez toute l'actualité NBA sur la chaîne WhatsApp de Basket USA

Suivez nous également sur Google Actualités

Tags →