Pariez en ligne avec Unibet
  • IND3.35BOS1.33Pariez
  • DAL1.75MIN2.01Pariez
  • 100€ offertsLa suite →

Steve Kerr sait qu’il n’a pas le droit d’échouer avec Team USA

Paris 2024 – Le technicien est conscient de se retrouver à la tête d’un effectif qui ne vise rien d’autre que l’or aux Jeux olympiques. Un statut de favori qu’il a déjà dû assumer avec les Warriors.

Steve KerrIl n’a plus coaché Stephen Curry et Kevin Durant ensemble depuis le 8 mai 2019. Cet été, Steve Kerr va retrouver les deux superstars qu’il a entraînées entre 2016 et 2019 aux Warriors. Avec sensiblement les mêmes attentes qu’à l’époque dorée en Californie : assumer un statut de superfavori, et donc gagner.

« Dans ce métier, on gagne ou on échoue, c’est clair. Et ce n’est pas grave. C’est ce qui arrive quand on a les plus grands joueurs de tous les pays, alors il faut l’accepter », formule le technicien, à la tête d’une sélection américaine de rêve en partance pour les Jeux olympiques de Paris.

Il ajoute : « La raison pour laquelle je fais ça est que j’aime la compétition. Si ce n’était pas le cas, j’aurais dit non. Mon amour pour la compétition et le défi de gagner une médaille d’or l’emportent largement sur la peur de perdre. On va simplement participer à la compétition et on verra ce qui se passera. »

Retrouver une défense

Ce que toute une nation basket veut voir, c’est le retour des États-Unis sur la plus haute des marches après la nouvelle déconvenue des Américains à la Coupe du monde. Éliminée en demi-finale par la future championne, l’Allemagne, Team USA a également été battue par le Canada pour le bronze.

Deux rencontres qui ont d’ailleurs montré des lacunes défensives au sein de cette formation : 113 points encaissés face à la bande à Dennis Schroder, puis 127 face à celle de Shai Gilgeous-Alexander.

« L’une des choses qu’on examine est pourquoi l’équipe américaine a perdu des matchs par le passé. Il y a des thématiques communes, et le plus important est la défense. Sur les matchs perdus, on n’a tout simplement pas réussi à arrêter l’adversaire. Ce match contre l’Allemagne est l’un d’entre eux, ils nous ont découpés. Il va donc falloir qu’on soit très bons défensivement cet été », prévient Steve Kerr.

Avec quelques spécialistes de la discipline au sein de son effectif (Jrue Holiday, Kawhi Leonard, Anthony Davis ou Bam Adebayo), il ne devrait pas avoir trop de mal à faire passer la consigne. Autant l’appliquer dès le 28 juillet pour l’ouverture de leur compétition face à la redoutable Serbie, avec ou sans Nikola Jokic.

Deux générations mêlées

Au-delà de la concurrence, l’ancien assistant de Gregg Popovich à Tokyo devra faire avec une composante déjà connue avec les Warriors : s’appuyer sur des joueurs dans leur dernier tour de piste (Curry, Durant, LeBron James) et des jeunes stars qui veulent reprendre le flambeau (Anthony Edwards, Jayson Tatum).

Steve Kerr le compare à la « Redeem Team », médaillée d’or en 2008, au sein de laquelle Kobe Bryant a joué le rôle de mentor et a contribué à l’émergence de LeBron James, Kevin Durant et des autres.

« Tous ces joueurs sont les piliers de leur équipe NBA. En jouant pour l’équipe américaine, on renonce en quelque sorte à cette responsabilité individuelle et on adopte le collectif de l’équipe. Je pense qu’il y a de la joie et du soulagement pour ces gars-là », termine le coach.

EFFECTIF TEAM USA

Meneurs : Stephen Curry, Tyrese Haliburton, Jrue Holiday
Extérieurs : LeBron James, Kevin Durant, Jayson Tatum, Devin Booker, Anthony Edwards, Kawhi Leonard
Intérieurs : Joel Embiid, Anthony Davis, Bam Adebayo

Suivez toute l'actualité NBA sur la chaîne WhatsApp de Basket USA

Suivez nous également sur Google Actualités