Summer
league
Summer
league
Pariez en ligne avec Unibet
  • IND3.35BOS1.33Pariez
  • DAL1.75MIN2.01Pariez
  • 100€ offertsLa suite →

Stop ou encore pour Gregg Popovich ?

NBA – Le coach des Spurs, malgré ses 75 ans, semble déterminé à continuer son aventure texane. Ses joueurs saluent son travail durant cette saison difficile.

Gregg PopovichMême s’il a 75 ans et qu’il vient de vivre une saison à seulement 22 victoires, soit une des pires de sa longue carrière, Gregg Popovich n’a visiblement pas prévu de prendre sa retraite. On le sait, il a prolongé son contrat l’été dernier pour cinq saisons et 80 millions de dollars, et a donné une indication aux journalistes ce week-end.

Avant le match contre les Pistons, le coach avait évoqué une période de dix jours pour souffler avant de repartir. Après la rencontre, il a glissé : « Je plaisantais. On a du pain sur la planche. »

Steve Kerr ne le voit pas arrêter

« Il était censé prendre sa retraite il y a cinq ans, donc pourquoi prédire qu’il va bientôt arrêter », expliquait Steve Kerr. « Il va revenir et faire du bon boulot. Il adore son travail. »

Ses joueurs semblent partager le pronostic du coach des Warriors. « Je ne l’imagine pas partir. Il n’en est pas là du tout. Il n’a rien montré dans ce sens cette année », remarque Tre Jones. « Il a la même excitation jour après jour, plus encore que dans le passé. Il adore coacher donc je ne le vois pas arrêter de si tôt. »

« Il nous dit ce qu’on a besoin d’entendre, pas ce qu’on a envie d’entendre »

La majorité des joueurs de son effectif n’a jamais connu une équipe de San Antonio sans Gregg Popovich, qui a dirigé son premier match sur le banc en décembre 1996. Victor Wembanyama, lui, n’était pas encore né que l’entraîneur avait déjà gagné deux titres de champion NBA.

« Il a clairement expliqué, dès le premier jour, qu’il s’intéresse d’abord à l’humain », raconte le Français. « Je sais que, dans la ligue ou ailleurs, les relations entre les coaches et les joueurs sont loin d’être parfaites, mais je suis heureux des conditions ici. Il est là pour nous piquer et nous corriger. On a bien réagi avec mes coéquipiers à tout ça et la dynamique est très bonne. »

Le quintuple champion NBA et médaillé d’or olympique est donc loin d’être en fin de course. Son enthousiasme est toujours là. « Il a été positif durant les bons comme durant les mauvais moments », livre Devin Vassell. « Quand on était en pleine série de défaites, il nous encourageait. Il nous dit ce qu’on a besoin d’entendre, pas ce qu’on a envie d’entendre. Je l’adore pour ça. »

Suivez toute l'actualité NBA sur la chaîne WhatsApp de Basket USA

Suivez nous également sur Google Actualités