Pariez en ligne avec Unibet
  • IND3.35BOS1.33Pariez
  • DAL1.75MIN2.01Pariez
  • 100€ offertsLa suite →

Micah Nori, l’assistant aux analyses croustillantes

NBA – Ancien assistant des Raptors et des Nuggets, Micah Nori est désormais une des personnalités marquantes du vestiaire des Wolves.

Micah NoriLes Wolves tournent mieux que jamais dans leur jeune histoire, placés au sommet de la conférence Ouest avec 20 victoires et 5 défaites. Ils restent sur 9 succès sur leurs 10 dernières rencontres, forts de la meilleure défense de la NBA et d’une solidité impressionnante.

Au sein du coaching staff, l’entente est également de mise entre Chris Finch et ses assistants. Dont Micah Nori, son bras droit de luxe. Une connaissance de longue date, puisque les deux hommes étaient membres du staff de Mike Malone à Denver en 2016.

Spécialiste des situations chaudes

Spécialiste des « stats analytiques », Micah Nori est celui qui conseille Chris Finch dans les situations les plus tendues, qu’il s’agisse d’une fin de possession, ou d’une fin de match.

« En tant que premier assistant, il supervise un peu tout ce qu’on fait. Mais c’est lui qui nous dirige surtout pour les situations à part, en défense comme en attaque : pour la gestion des fins de quart-temps, la gestion des fins de match. Les remplacements… »

Adepte d’un jeu d’attaque fluide tout en passes et en mouvements, Micah Nori partage la même vision des choses que son supérieur direct. Une synergie d’esprit qui a forcément pesé quand Chris Finch a composé son staff à son arrivée dans le Minnesota en 2021.

« Lui et moi, on s’est rapidement rapproché pendant ces innombrables réunions entre coachs [à Denver]. On essayait toujours de détendre l’atmosphère », se souvenait Chris Finch dans le Minnesota Post. « On a le même sens de l’humour et la même approche. On a peu ou prou la même vision des choses. Il a toujours poussé à développer un jeu en ‘free flow’. Si l’horloge tourne, nous aussi ! Je n’avais jamais entendu cette expression… »

Car des expressions, Micah Nori en a plein ! Souvent appelé à réagir face caméra pour la télé locale au début du troisième quart temps, il a développé son propre jargon au fur et à mesure de ses sollicitations médiatiques.

Des expressions bien à lui

Face à la domination de Zion Williamson récemment, il déclarait ainsi : « KAT a été très bon mais notre défense intérieure était en mode 7-Eleven, ouverte 24h sur 24 ! Surtout quand Rudy était sur le banc à cause des fautes. »

Contre Memphis et Desmond Bane qui leur faisait des misères à 3-points : « On doit traiter Bane comme on doit traiter le lutin sur l’étagère [The Elf on the Shelf] le matin de Noël, il faut le trouver [fissa] ! »

Pour illustrer à sa manière une fin de première mi-temps cata : « [Il n’y avait] rien, [puis] des points en transition. Boom a fait la dynamite et voilà notre avance [réduite à néant] ! »

Et puis, en vrac : « On doit mettre à tout le monde à l’aise, comme quand on fait chauffer le popcorn pour la soirée ciné du samedi soir. »

« On s’est dit que c’était parti fort [« Oh, it’s on ! Like Donkey Kong ! »] avec un tel début de match de leur part. » 

« C’est la première fois de l’année que ça nous arrive mais on joue vraiment à l’envers en ce moment [« Hot Mess Express »] ! »

Ses expressions parfois biscornues mais toujours rafraichissantes sont peut-être une déformation professionnelle, héritée de ses discours d’avant-match.

Comme sa conclusion pour illustrer un des schémas défensifs pour jouer contre Golden State (voir ci-dessous), quand il faut « flotter » pour veiller aux coupes vers le cercle sur les écrans sans ballon. « L’idée contre eux, c’est le gars, toi, le cercle », dit-il en scribouillant son tableau blanc !

La « masterclass » de Nori pour défendre contre les Warriors

Et celle-ci pour défendre contre Luka Doncic 

Suivez toute l'actualité NBA sur la chaîne WhatsApp de Basket USA

Suivez nous également sur Google Actualités

Tags →