Pariez en ligne avec Unibet
  • CLE2.58MIL1.51Pariez
  • IND2.04CHA1.78Pariez
  • 100€ offertsLa suite →

D’Angelo Russell a toujours du sang-froid dans les veines

NBA – Une fois n’est pas coutume, c’est en défense que D’Angelo Russell a fait la différence samedi soir pour gâcher le retour à l’action de Joël Embiid à Philadelphie.

Les Wolves auraient pu craquer à de nombreuses reprises samedi soir face à Philadelphie, les Wolves des années passées en l’occurrence. D’emblée, le retour à l’action de Joël Embiid ne donnait pas de grands motifs d’optimisme quand on sait la domination historique du pivot camerounais sur Karl-Anthony Towns.

Mais quand Philly est revenu au contact après avoir effacé un débours de 20 points en deuxième mi-temps, ou quand Karl-Anthony Towns a dû rejoindre le banc pour six fautes en fin de temps réglementaire, ou quand Andre Drummond a réussi la claquette pour arracher la prolongation, Minnesota a tenu bon la barre.

D’Angelo Russell pour l’interception décisive

Et si les Wolves ont réussi à garder le cap, ils le doivent en grande partie à D’Angelo Russell, auteur de 27 de ses 35 points en 4e quart et en prolongation. « J’essaye de rester loin des critiques. Mes gars me critiquent davantage que les médias de toutes manières » explique-t-il ainsi.

Hier soir, point de critiques sur la défense toreador de D’Angelo Russell. Au contraire, c’est le meneur gaucher qui a réussi à piquer le ballon décisif pour le layup de Taurean Prince qui a mis les Wolves devant pour de bon.

« C’est probablement un des meilleurs matchs de D’Angelo Russell que j’ai vu », ajoute Karl-Anthony Towns dans le Star Tribune. « Je l’ai vu scorer 50 points contre nous mais la différence entre ce match-là et le match [d’hier soir], c’est sa défense pratiquée tout autant que l’attaque qu’il nous a procurée. »

« Il a calmé tout le monde, moi y compris »

Malgré le public forcément chaud bouillant de Philly, D’Angelo Russell a gardé son sang-froid, pointant justement à sa veine glacée après avoir réussi deux tirs à 3-points à la fin de la première prolongation. Son coach, Chris Finch, en était tout retourné, même « éreinté » après ce grand huit émotionnel. « Il a été sous contrôle, il voulait le ballon, il a rentré des gros tirs et il a calmé tout le monde, moi y compris. Il a été exceptionnel. »

Sous les yeux d’Alex Rodriguez qui a accueilli ses joueurs au bout du tunnel à la sortie du match, D’Angelo Russell a réussi un sacré numéro.

Si le scoring n’est finalement pas très étonnant, c’est son inspiration défensive pour piquer le ballon décisif sur une passe téléphonée entre Tyrese Maxey et Joel Embiid qui a finalement fait la différence (« Ils ont fait la même action plusieurs fois et j’ai donc gardé ma main très bas pour anticiper la passe au sol » expliquera-t-il d’ailleurs).

« J’ai le sentiment que je prends les mêmes tirs. Il s’avère qu’ils sont tombés dedans [hier] soir et on en avait bien besoin », a-t-il conclu. « Mais je pense que mon meilleur match est encore à venir. »

A lire aussi