NBA
Ce soir
NBA
Ce soir
PHI
DET1:00
WAS
ATL1:00
CHI
NYK2:00
HOU
UTH2:00
DAL
SAS2:30
GSW
MEM4:00
Pariez en ligne avec Unibet
  • PHI1.14DET5.8Pariez
  • WAS2.14ATL1.69Pariez
  • 150€ offertsLa suite →

Michael Porter Jr. raconte sa chute à la Draft 2018

NBA – Phénomène au lycée, mais gravement blessé au dos pour sa seule et unique campagne universitaire, Michael Porter Jr. a vécu des semaines très mouvementées avant la Draft 2018.

Il en avait touché deux mots à l’occasion des playoffs 2020, au moment d’affronter les Clippers précisément. Mais Michael Porter Jr. est revenu en détail sur ses mésaventures à la Draft 2018 dans le podcast de JJ Redick, expliquant notamment qu’il a vécu un grand huit émotionnel en amont de l’événement.

Parmi les meilleurs lycéens du pays, si ce n’est le meilleur, sous les ordres d’un certain Brandon Roy à Seattle, MPJ avait décidé de jouer pour Missouri avant de décoller inéluctablement vers la NBA en « one-and-done ». Sauf que ce projet a pris l’eau rapidement quand le dos de MPJ s’est bloqué. Passé sur le billard en début de saison, il ne jouera que trois matchs universitaires, de quoi plomber sa cote à la Draft NBA.

« J’ai fait de la rééducation après ma première opération qui avait eu lieu à Mizzou. Je me préparais à revenir mais je n’ai fait aucun workout pour des équipes NBA. J’ai simplement fait un « Pro Day » durant lequel toutes les équipes sont venues me voir jouer à Chicago. J’ai fait un bon entraînement même si je ressentais encore des douleurs. Mais je pensais que ça faisait partie du processus de guérison. J’ai bien joué et Sacramento me fait venir. Ils me disent que si je me sens bien physiquement, ils vont me prendre en n°2. Je me dis: ‘Parfait, ça marche !' »

« Mec, ce n’est pas possible, je n’arrive plus à sortir de mon lit ! »

Malgré un tout petit échantillon à l’université, Michael Porter Jr. pense alors avoir réussi son pari. Il est revenu dans les faveurs des scouts et, mieux, chez une franchise qui peut le sélectionner très tôt dans la Draft.

« Mon agent me dit cependant qu’il veut organiser un deuxième Pro Day, uniquement avec les équipes du Top 10 car il sent que je peux carrément être n°1 à la Draft. ‘Tout le monde est sous le charme et si tu fais un autre workout comme ça, il y a des chances que tu sois n°1, même après ton opération’. C’était deux semaines après le premier. Je m’y prépare et deux jours avant, je sens la douleur qui est passée de mon dos à ma jambe. J’ai super mal et j’appelle mon agent : ‘Mec, ce n’est pas possible, je n’arrive plus à sortir de mon lit !’ Il me dit que les équipes sont déjà en chemin et qu’on va tout de même les laisser venir pour m’évaluer. J’ai donc fini allongé sur une table et il y a toutes les équipes qui font partie du Top 10 qui ont envoyé leur docteur pour évaluer ma situation. »

Parmi les situations incongrues qu’engendre parfois le processus de Draft, cette anecdote de MPJ se pose là. Ausculté par les médecins de dix franchises NBA alors qu’il ne peut pas bouger, le jeune ailier tombe même des nues quand le verdict tombe : « Le docteur des Clippers était le docteur en chef et c’est lui qui a écrit le rapport selon lequel je ne serais plus capable de jouer à nouveau. »

Sonné par une telle conclusion (qui s’avèrera hâtive), et qui ne le serait pas, Michael Porter Jr. va néanmoins s’accrocher à son rêve et, malgré la douleur, il va réussir à tenir jusqu’au 14e choix, quand les Nuggets – qu’il n’avait pas véritablement rencontrés – vont lui tendre la main.

« Avec le recul, je me dis que j’aurais préféré avoir ma deuxième opération directement à ce moment-là, au lieu d’attendre car ça appuie sur le nerf et plus tu attends, plus ta période de guérison va s’allonger. Au final, le docteur m’a dit de rester au repos pendant six semaines et on verrait après. Donc, le soir de la Draft, je n’avais pas encore été opéré et j’avais tellement mal. J’ai été choisi en 14e position mais même ça, ça t’oblige à rester assis pendant deux heures et mon dos me faisait super mal. Un jour avant, j’avais discuté avec les Nuggets car mon agent voulait connaître mon « minimum », le choix le plus bas auquel je pourrais être pris. Les Nuggets m’ont dit qu’ils ne pensaient pas que je serais encore libre si bas, mais que si c’était le cas, ils me prendraient. J’ai parlé à Tim Connelly pour la première fois le jour-même de la Draft. Je ne pensais même pas que les Nuggets seraient une possibilité pour moi mais maintenant que je l’ai été, je veux être le meilleur choix de Draft de leur histoire car je reviens de loin. Je me sens chanceux d’être là où j’en suis et même de pouvoir jouer en NBA honnêtement. »

« Honnêtement, j’étais moi-même très effrayé à ce moment-là »

Avec les 12e et 13e choix, les Clippers avaient l’occasion de faire main basse sur un sacré talent, mais après la sentence de leur docteur, la franchise de Los Angeles a préféré se rabattre sur un joueur plus sûr, en la personne de Shai Gilgeous-Alexander. De quoi nourrir une rancœur chez MPJ ?

« J’ai bien compris quelle était ma situation et je n’ai d’amertume envers aucune équipe car, honnêtement, j’étais moi-même très effrayé à ce moment-là. Je ne savais pas du tout si j’allais pouvoir rebondir comme je le voulais. Et c’est un processus lent, qui prend du temps car même aujourd’hui, je sens que je continue à m’en sortir. Après, avec les Clippers, je pense que c’était un mal pour un bien car qui sait ce que je serai devenu si j’avais été un rookie à LA, à faire uniquement de la rééducation et sans jouer en match… Je me serais peut-être retrouvé dans des sales histoires. Je pense être tombé là où il faut. »

À l’aise dans le Colorado, où il vient de boucler sa deuxième saison (active) à 19 points et 6 rebonds – contre 11 points et 6 rebonds la précédente, Michael Porter Jr. a retiré une nouvelle philosophie de cette épisode douloureux.

« Auparavant, c’est vrai que je fonctionnais comme ça : je veux être meilleur que lui, meilleur que lui, je veux être le meilleur. Mais maintenant, à cause de ce qui m’est tombé dessus et que je ne peux pas contrôler, j’ai changé de perspective. Maintenant, je pense simplement chaque matin à essayer d’être meilleur que la veille et je laisse le reste de côté. Si je donne le meilleur de moi-même chaque jour, en m’assurant que le mental va bien, et que je joue avec confiance, ça me va. Ce sont des choses hors de mon contrôle car, peu importe ce que je fais pour mon renforcement musculaire, peu importe ce que je fais, il y a toujours quelque chose qui peut m’arriver. »

Michael Porter, Jr. Pourcentage Rebonds
Saison Equipe MJ Min Tirs 3pts LF Off Def Tot Pd Fte Int Bp Ct Pts
2019-20 DEN 55 16 50.9 42.2 83.3 1.2 3.5 4.7 0.8 1.8 0.5 0.9 0.5 9.3
2020-21 DEN 61 31 54.2 44.5 79.1 1.5 5.8 7.3 1.2 2.1 0.7 1.3 0.9 19.1
2021-22 DEN 4 32 34.6 32.1 100.0 1.0 4.3 5.3 2.5 3.0 1.5 1.5 0.3 11.5
Total   120 25 52.4 43.3 80.7 1.3 4.7 6.0 1.1 2.0 0.6 1.1 0.7 14.3

A lire aussi