Pariez en ligne avec Unibet
  • ORL2.9CHA1.39Pariez
  • BOS1.51WAS2.52Pariez
  • 150€ offertsLa suite →

Cotton Fitzsimmons, la légende oubliée des Suns

NBA – Ce coach, décédé en 2004, va entrer au Hall of Fame notamment grâce à ses saisons réussies à Phoenix. Il a fait trois passages sur les bancs de l’Arizona, influençant l’histoire de la franchise.

Il n’est clairement pas le personnage le plus connu de cette cuvée 2021 du Hall of Fame. Pourtant, pour les plus anciens fans des Suns, Cotton Fitzsimmons est un nom important, capital même, dans l’histoire de la franchise.

Ce coach, décédé en 2004 d’un cancer des poumons à l’âge de 72 ans, a dirigé la franchise de l’Arizona pendant 549 matches, découpés en trois passages, pour un bilan de 341 victoires (62% de victoires). Un seul entraîneur, John MacLeod, a gagné plus de rencontres sur le banc des Suns.

« Il était très respecté dans la ligue », assure l’ancien coach et dirigeant de Phoenix, Jerry Colangelo, à l’AZ Central, qui va l’introniser au Panthéon. « Les joueurs adoraient jouer pour lui et il a réalisé une superbe carrière. Il a été un des premiers à parler de relations humaines, à les construire avec les joueurs. Il avait de grandes qualités en matière de communication. »

Le choix de Jerry Colangelo

Sa carrière commence en 1970, dans la jeune franchise de Phoenix (deux saisons seulement) qui vient de louper Kareem Abdul-Jabbar sur un « pile ou face ».

« Je venais de terminer mon passage sur le banc », se souvient Jerry Colangelo, qui remplaçait Johnny Kerr, le premier coach de l’histoire des Suns. « J’avais trois candidats : K.C. Jones, tout juste retraité de Boston, Tex Winter et Fitzsimmons. Pour moi, Jones n’était pas prêt et Winter, même s’il convenait bien, me semblait moins souple. Le futur de la NBA passait par de la flexibilité et Cotton cochait toutes les cases. Il n’était pas borné, en mode ‘On fait ce que je dis et c’est tout’. »

Cotton Fitzsimmons fait rapidement progresser les Suns puisqu’il remporte 48 puis 49 matches alors que la franchise avait seulement gagné 55 matches au total en deux saisons auparavant. Néanmoins, seules les deux premières équipes de chaque division font alors les playoffs et Phoenix est troisième à chaque fois…

Cotton Fitzsimmons est frustré et ses performances sont remarquées. Il part pour Atlanta en 1972.

« Il a été sacrement recruté, alors qu’il était sous contrat », rappelle Jerry Colangelo. « C’était du tampering, mais mon attitude était la suivante : si on ne veut pas être ici, alors on peut partir. C’était son choix et ça n’a pas fonctionné. »

En effet, avec une seule qualification pour les playoffs en quatre saisons, Cotton Fitzsimmons ne fait pas de miracles avec les Hawks. Ensuite, il va coacher Kansas City (où il sera élu coach de l’année en 1979) et San Antonio dans les années 1980, avant de revenir dans l’Arizona, en 1988.

Kevin Johnson et Dan Majerle, c’est lui

L’équipe est dans un sale état, peu compétitive après trois saisons sans playoffs. Le nouveau coach fait un choix fort : le meilleur marqueur de la saison 1987/1988, Larry Nance, est transféré à Cleveland dans un échange où les Suns récupèrent notamment Kevin Johnson, et un premier tour de Draft qui va être précieux. Il va servir à drafter Dan Majerle.

Les Suns deviennent instantanément une des meilleures équipes de la ligue et s’inclinent deux années de suite en finale de conférence. En 1989 face à Magic Johnson et aux Lakers, puis en 1990 contre les Blazers de Clyde Drexler. Les deux saisons suivantes sont moins abouties en playoffs, mais en quatre ans, Cotton Fitzsimmons a toujours gagné au moins 53 matches en saison régulière et Phoenix est devenu une place forte de la ligue.

De nouveau élu coach de l’année en 1989, il quitte ses fonctions en 1992, mais intègre les bureaux de la franchise. Il n’est donc pas étranger à l’arrivée de Charles Barkley ce même été 1992. Il va même conduire le futur MVP 1993 dans les rues de Phoenix, pour l’amener à la salle des Suns, et aura cette formule : « Charles, tout le monde sait que tu va finir en enfer, alors on va t’habituer à la chaleur. »

Enfin, en cours de saison 1995/1996, il s’installe pour la troisième et dernière fois sur le banc des Suns, à la place de Paul Westphal. Il qualifie Phoenix pour les playoffs, mais sort au premier tour contre les Spurs. La saison suivante, Cotton Fitzsimmons ne remporte aucun de ses huit premiers matches et son aventure sur les bancs NBA s’achève définitivement après 1 607 matches dirigés.

Encore aujourd’hui, à quelques heures de son entrée au Hall of Fame, il est le 15e coach le plus capé de l’histoire et le 16e le plus victorieux (832 victoires au total).

A lire aussi